Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



fiche PROTOTYPE-ESSAI-ETUDES - pré-apprentissage lecture destinée à un public "expression verbale" restreinte. TED'S AUTISTE - apprentissage lecture

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

fiche PROTOTYPE-ESSAI-ETUDES - pré-apprentissage lecture destinée à un public "expression verbale" restreinte. TED'S AUTISTE - apprentissage lecture

Message par Admin le Jeu 16 Mai - 14:14

Bonjour,

Voici le lien qui devrait vous permettre d'ouvrir le power point ou la fiche prototype
apprentissage lecture destinée à un public particulier (peu verbal-démarrage), élaborée par Estelle
vous pouvez télécharger, intégrer différentes images puisées dans les différents fichiers d'images, d'album photos de l'enfant, ajoutez ses mélodies...le casque doit être de bonne qualité, bonne acoustique, interactivité....la répétition....la régularité...l'adaptation....).

L'évolution de cet outil de pré apprentissage de base constitue une étude ou application en cours, auprès d'un jeune adolescent...à suivre....


vous pouvez envoyer vos suggestions sur le courriel ou la messagerie de l'association.
amis.d.mom@gmail.com

La solidarité et le partage continuent.




estelle


La date/heure actuelle est Jeu 16 Mai 2013 - 23:25

Ciào a tutti,

Bon ben voilà, le dossier "pré-apprentissage-basique" élaboré sous format POWER POINT, est diffusé sur le site AMIS D MOM.

Précisions :
Avis a tutti, le modèle diffusé ci-dessous est volontairement "écrémé ou édulcoré", je souhaitais avec ces diapositives, tout d'abord, vous COMMUNIQUER, dans un premier temps, les idées principales.

on avisera sur le retour des essais.


L'intérêt de ce partage est d'avoir, avant tout, une méthode d'essai et un schéma-suggestion d'apprentissage pour des cas bien spécifiques.


N.B. N° 1 - Ces diapositives s'adressent à des "enfants-adolescents-mais aussi des adultes"... au préalable, sans base de lecture. C'est vous qui devez composer vos fiches de travail.

Il y a bien évidemment, de nombreux modèles référencés....beaucoup plus structurés, reconnus.....-

Ce modèle n'a aucune prétention, il n'a d'autres ambitions que de chercher à reconnecter de multiples réseaux cérébraux entre eux. (visuels, auditifs, inter connectivité....neurones, et il n'a pas la prétention de solutionner le dysfonctionnement des neurones miroirs * (1).....

Je vous encourage également à essayer de capter l'attention de votre interlocuteur atteint T.E.D.S - AUTISME.....en vous documentant préalablement et parcourez les théories sur les hertz cérébrales - soit
Stades 3 et  4 ou rythme Gamma 30-60 hz.....(cf liens internet ci-dessous).


Fiche pré apprentissage-préparation.
Comment devez vous procéder ?

Si, effectivement, vous partagez beaucoup de temps avec votre enfant ou vous faites partie du public-référent-intéressé (parents, familles....Enseignants, éducateurs...Assistante, A.V.S.....) vous devez probablement avoir l'aptitude à POUVOIR... re composer SES MOTS, continuez à cultiver sa confiance et espérer que vous serez celui à qui, il ouvrira enfin ses portes....(en clair, le concept de "power point" est relativement simple : .....Tâches induites....modifications, évolutions, adaptations.....répétitions fastidieuses....)

Utilisation :
Outils : touches, souris, ordinateur, (émetteur, récepteur, empathie.)...
sur le logiciel confère :
"Sélection/RECHERCHER/REMPLACER/INSERER....images, fichiers..../enregistrez son/Cliquer....."

N.B. N° 2
Power point 2007 est relativement accessible mais vous pouvez tout naturellement, convertir cette base, la télécharger, l'adapter. (cf utilisation simultanée ou transférée sur tablettes, ou galaxy notes, IPOD, smartphone...).

Si l'enfant a pu s'adapter aux nouvelles techniques sans l'assimilation : "phases tri-appariement..."
cette fiche de pré apprentissage ne lui sera d'aucune utilité.

- modulez, sélectionnez et intégrez SES.....photos, SES textes....SES musiques.... adaptez, enregistrez, "bidouillez", "cuisinez",
(suggestions : vous pourrez mettre votre photo ou la sienne sur les icônes Répétitions
-cf haut parleur, changer l'ordre d'apparitions, servez vous du curseur, du digital, si transfert sur ces précieux appareils...,

Vous pourrez incorporer autant de diapositives et plus que nécessaire...,
vous pourrez ajouter des extensions- "lettres-syllabes "

exemple -
BO.... puis BOU", des mots complets : "
BOU TON,
BOU LAN GE RIE...." en associant si possible, les images-clés. (son apprentissage est facilitée par ses capacités visuelles)

Répéti-répeta
- expliquez lui, autant de fois, que nécessaire les consignes,

n'hésitez pas à les,
- modifier... 0 les réajuster...avec les mots qui lui sont utiles pour se faire comprendre.

- Recommencez, répétez, adaptez, évoluez....



but, PLEASE,
per favore,
S.V.P......
acceptez également de vous remettre en question : les phases que je qualifie ci-après (tri-appariement....) et qui devraient lui être familières ou acquises....

En l'occurrence, pour les initiés... "tri-appariement...", sont sous entendues acquises ou en cours d'acquisition *.

N.B. N°3
Sans que je puisse vous l'expliquez ;
* Ces phases semblent fondamentales à sa construction et à son évolution.

Please,
per favore,
s'il vous plait.....


Croyez en lui, en elle, en eux...........
car la "cerise sur le gâteau", c'est que
"L'Attention Conjointe" suivra... ainsi que la complicité et l'inter-relation....

Au fait
l'Attention-conjointe.....c'est quoi......
cf ....Kerry Hogan....1997
" .....c'est la capacité à partager son attention avec une autre personne où si vous comprenez mieux, les deux personnes prêtent attention au même objet."......

- Pourquoi ?  
enfin !
me diriez vous, devez vous utiliser un micro,

de surcroît, si l'enfant ou la personne, ne parle pas. ou peu....?

- Hum.....vous répondrais-je !

- Pourquoi, cherchez vous une réponse......

De toute les façons, je vous répondrai  volontairement de manière évasive.


- Patience, ne vous "braquez pas avec lui-elle",
et

S.V.P. cessez un instant de penser de manière rationnelle ou comme, on VOUS  a appris à le faire....

c'est-à-dire, parfois, de manière systémique ou institutionnelle.

Acceptez....
Partager leurs concepts et les codes de son monde (personnes autistes, TED' S.....troubles envahissants du développement).

Euréka
Quelquefois, c'est plus simple, que vous ne l'auriez imaginé.

a) commencez, à accepter leurs différences.

b) reproduisez ou imitez leurs comportements.

Allez, (S.V.P.-P.V.S.-V.S.P.-V.P.S)

laissez vous aller et imprégnez vous un instant de "leurs T.O.C.", imitez, reproduisez...
Marchez, sautez, fuyez le regard des autres.....
Votre perception sera différente.

D'ailleurs
"Qui ne connait pas, peut-il juger.......?"

Et un instant, demandez lui, comment ils nous tolèrent....

parce que notre normalité.... Eux, ils doivent bien la trouver  "très complexes".

Lassitude, fatigue, découragement......
Mamamiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!!!!!!!!   PERSEVEREZ;

Un jour, quand il  (elle) sera prêt(e), il (elle) essayera et il  (elle) s'exprimera.

Donc, pourquoi

- Micro-casque ?

Le principe du "casque-micro" ou "écoute-parole"  - accès en "boucle"?
devrait vous permettre après plusieurs séances d'apprentissage...
de synthétiser ses réaction ou de constater, s'il reconnait effectivement, sa voix , ses murmures, la vôtre etc....

au fait, reconnaissez vous votre voix quand vous écoutez un de vos enregistrements ? à débattre ultérieurement.

Pour revenir à cette fiche de base....
N'hésitez pas, modulez, "surprenez le"...INNOVEZ

Ré-adaptez

activez
- la TOUCHE "lecture" pour qu'il puisse ré-écouter autant de fois qu'il le souhaite les recommandations, les mots....

(important :le casque doit, si possible, être de bonne qualité notamment si l'intéressé, éprouve ou manifeste le besoin d'être isolé du bruit ambiant ;

- privilégiez un cadre de travail paisible et rassurant

Per favore, évitez  les lumières vives,
please, pensez à lui proposer "la veste ankylosée" (besoin d'être compressé-rassuré-protégé),
S.V.P. - Proposer  lui des lunettes teintées.....

Pendant ces séances d'apprentissage, de composition..
Alternez, balancements, murmures, jeux, espaces détentes, relâches, récréations, congratulations, renforcements, bonbons, goûters.....

et quand vous aurez la sensation d'être sur la même longueur d'ondes.

DERNIER RAPPEL (ben oui, l'essentiel c'est quoi pour eux ????)

-  LANCEZ Vous,

 en duo (avec l'intéressé).- décuplez votre patience.

Moduler son attention.
- "Piano-piano" ,
et Zen, son attention est précieuse et rarissime.

- interprétez,  enregistrez vos et SA voix, SES mélodies principales....et continuez, en rajoutant d'autres lettres, d'autres syllabes, d'autres mots, d'autres voyelles, d'autres consonnes - cf liens que je joins plus bas) ou qui seront incorporés dès conversion et téléchargement;

- évoluez à son rythme, ne le "braquez" pas, 10 minutes/de séances/jour au démarrage de ce travail....sont largement suffisantes.

L'apprentissage, le jeu, la patience.....travaillez quand vous percevrez qu'il est à l'écoute, disponible....
Et ne le forcez Jamais. Vous êtes compositeur et réalisateur de manière conjointe.


Enfin, sorry, je le répète et le rappellerai de manière inconditionnelle.

- Votre investissement PERSONNEL (affect) est MAJEUR...dans cette apprentissage.

Parce que :
L'affect, les émotions.....sont sans doute des émulateurs, ou des freins..... mais aussi le trampoline....des autistes....T.E.D.S'


Question récurrentes :

Quel est rôle de l'inconscient ?  Autisme - T.E.D.'S

dans certaines formes d'autisme ?
J don't known;

Cependant :
L'affection, la confiance mutuelle et votre pugnacité, vous permettront de vaincre et de surmonter, bien des obstacles...


Et si parfois, les résultats ne vous semblent pas immédiats...

Conseils:

Prenez du recul,
car, un matin, vous réaliserez qu'ils sont bien là,
alors que vous vous, ne vous y  attendiez plus.


N.B. n° 4 Imprimez bien dans votre cortex (ou autre) qu'il n'existe aucune règle dans le monde de l'autisme et que ce monde ne nous appartient pas.

Courage !

Dopez vos neurones et laissez libre cours à votre imagination et à la sienne.

Notez les évolutions, les régressions, les remarques....ADAPTEZ.

Les autistes, les T.E.D.S. ont des capacités d'apprentissage différentes et parfois, enfin, un jour, ils parviennent à "décoder", voir à réajuster...ou à accepter vos "différences".

Quand ?
comment....??

Nobody,
personne,
nessuno, ne le sait vraiment (aucun résultat scientifique ou pédagogique).

Enfin, si je peux me le permettre...
Allez, je me le permets....
S.V.P. ou P.V.S.

Penser à conserver votre modèle de base "fiche de travail-apprentissage",
enregistrez-le par exemple en point DOT ou procéder à son VERROUILLAGE .
(idem, à chaque rajout pédagogique-réalisation et pensez bien à le renommer chronologiquement)

A plus, dès à présent, je collecte vos idées, vos remarques, vos suggestions.....j'avance...je partage...je collabore...

Cordialement
Estelle

oups j'oubliais d'insérer un lien très intéressant.
Activités multiples à expérimenter - entre chaque séance de travail, vous pouvez insérer des jeux. (concentration et intérêts cycliques)


http://www.pinterest.com/annieoliver5/prop-slant-activities/

Ma rencontre avec Anne S. (71) est une belle expérience.
Anne a collationné et mis en application une multitude de méthodes d'apprentissage.
Elle a beaucoup axé et réajusté, son travail pédagogique, à l'évolution de la maturité de son enfant.

N'hésitez pas à contacter cette jeune maman, et partager AVEC ELLE, "les trésors de Basile".


Parfois, on pense que l'on est "seul(e)", que l'obstination est peut-être"pathologique" que l'on est proche de la solitude.

Mais et un jour, on rencontre quelqu'un qui partage cette quête et qui cherche tout comme vous, des clefs.

C'est une autre quête du Graal, l'ère de la raison irrationnelle...quête qui vous semble parfois frugale.
Un sourire quotidien de ces enfants-adolescents-adultes....multipliera votre envie de "tirer ses clones-miroirs*" vers notre  "carte du monde".


contact@lesteds.fr
www.lesteds.fr

Les trésors de Basile :
Voir téléchargement en exemple, toutes les dossiers sont consultables. Contacter Anne S. - contact@lesteds.fr
Sa passion et son investissement sont inépuisables.
L' Amour d'une maman, c'est indéniablement, retranscrit ou s'écrit avec un GRAND "A"



1)* clones-miroirs*  : jeu de mots, pensées personnelles, pour évoquer la piste : Neurones miroirs défectueux.


Liens INTERNET- documentaires - réflexions - partages....


compléments notes ou informations :


stades 3 et 4-Rythme gamma-30-60 hz- processus cognitif.

voir lien
http://mon.univ-montp2.fr/claroline/backends/download.php?url=L0plYW5fVkFMQVQvQUNUSVZJVEVTX0VMRUNUUklRVUVTX0NFUkVCUkFMRVMucGRm&cidReset=true&cidReq=L2L3ETM

RYTHMES .....Hertz ???? électricité cérébrale ?

...."Rythme synchronisé :
tracé  E.E.G.  de  grande  amplitude  et  de  faible  fréquence  qui  traduit  un niveau de vigilance faible.
Rythme  désynchronisé :
tracé  E.E.G . de  faible  amplitude  et  de  grande  fréquence  traduisant  un niveau de vigilance élevé....."


Classification/Fréquence en hertz/ Rôle

Rythme bêta 13 – 30 hz -Vigilant, yeux ouverts

Rythme alpha 8 – 12 hz - Éveillé, calme, yeux fermés
Rythme thêta 5 –7 hz - Somnolent, sommeil stades 1 et 2
Rythme delta < 4 hz - Sommeil profond
stades 3 et 4-Rythme gamma -30-60 hz - processus cognitif.

Informations à découvrir :


http://www.blog-ie.fr/application-dis-moi/

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/science/2011/11/09/001-autistes-cerveaux-grosseur.shtml

http://www.visualisationcreativerelaxation.com/technologie/technologie/technologie-a-propos-du-cerveau-et-des-ondes-cerebrales/

http://www.vaincrelautisme.org/content/la-piste-genetique

http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/plan-autisme2013.pdf

http://www.psychomedia.qc.ca/autisme/2011-05-06/autisme-chez-l-adulte-prevalence


Conseils sur utilisation tablette IPAD APPLE etc...
https://itunes.apple.com/fr/app/tunetrace/id638180873?mt=8&affId=2139937

http://www.rtflash.fr/changements-epigenetiques-eclairent-sur-mecanisme-biologique-l-autisme/article

http://www.leconomistemaghrebin.com/2013/04/02/que-savons-nous-au-juste-sur-lautisme/

http://www.facebook.com/AnnieFilionTablettesAutisme
Fichiers joints
alphabet correspondances majuscules minuscules.doc (48 Ko) Téléchargé 202 fois


Dernière édition par Admin le Mer 15 Jan - 7:36, édité 46 fois (Raison : Insertions des liens internet et informations diverses réceptionnés ces derniers jours.)

Admin
Admin

Messages : 114
Date d'inscription : 15/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://amis-d-mom.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

fiche de la lettre P et alphalbet inversé posté sur le forum autisme.

Message par ICREM le Jeu 16 Mai - 14:39

Bjr,

j'aimerai bien recevoir les fiches prototypes P (b-p) et avoir l'autorisation de recopier votre alphabet publié sur calque ou à l'envers.
Merci pour ces outils.
Je vais les tester avec mes deux jeunes enfants TEDS et AUTISTE;

mon adresse est postée à l'instant sur votre M.P.
ICREM-MERCI




Estelle

La date/heure actuelle est Mer 22 Mai 2013 - 20:34


bonjour,
il n'y a rien sur ces informations, que je ne veuille pas partager.
Copiez, puisez, appliquez, aidez vos enfants.
Sans vous, ils n'avanceront pas.
L'affect est pour moi MAJEUR dans le déblocage et l'évolution progressive.


Pour les applications sur tablettes, I POD, ANDROID....
Voir liens....
http://www.nellycoroir.fr/psychologue/Applis.html


ICREM
Invité


Revenir en haut Aller en bas

avis

Message par clamps le Jeu 16 Mai - 22:00

Merci pour tous ces précieux conseils.
Effectivement, c'est basique et cela doit être difficile pour des personnes qui ne connaissent pas cet environnement de comprendre votre démarche.

Imaginer, des adolescents ou des adultes qui ne connaissent pas les lettres et n'arrivent pas à les prononcer correctement ou qui peinent à comprendre de quoi on parle. Analphabètes, immigrants...d'autres situations aussi délicates.
Comprendre, ce n'est pas à la portée de tout le monde.

Si j'ai bien compris,

* L'idée majeure, c'est d'apprendre en pénétrant leurs affects, la voix peut-être celle de leur maman, ou de la personne qui les boostent.....

* Les hauts parleurs leur permettent de réécouter autant de fois qu'ils le souhaitent et visent "leur stimulis", pourquoi pas.
Ce n'est pas facile de canaliser leurs T.O.C.S. troubles obsessionnel compulsifs;

ils ont fréquemment de nombreux temps de latence avant de comprendre ce qu'on leur demande et on ne sait pas toujours s'ils ont compris ce dont on parle, puis bizarrement, ils semblent être en contact avec nous. D’où, vous avez permis de leur donner accès à des touches similaires pour reprendre le texte.

oui, c'est épuisant de répéter plus de 50 fois les consignes avant de toucher leur compréhension et obtenir une réaction.

En effet, le passage écrit, ou vous exprimez votre ressenti me parait volontaire et calculé.

Libre à chacun de l'exprimer et pourquoi pas.
Après tout, ils aiment aussi nos différences, nos déficiences et ils acceptent nos faiblesses.

Malgré tous ces acharnés du contre ressenti.
Il serait bien que l'on cesse de dire au gens de se taire, et il n'est jamais trop tard pour accepter ses déficiences.

si, je peux le justifier de cette manière, je dirais que c'est parfois aussi ce qui fait qu'ils nous reconnaissent.

Pour ceux qui ont pu le remarquer :
leurs voix (..) est différente (modulations, tons, régularités....), tout comme pour d'autres pathologies, ils ne supportent pas la lumière, le bruit....

Et si je poursuis, ce numéro deux a été pensé et modulé pour un cas spécifique.

Merci, pour toutes ces adaptations.
Je le copie pour l'adapter à mon enfant.

clamps
Invité


Revenir en haut Aller en bas

photo sur l'îcone répétition

Message par LANOITAN le Dim 19 Mai - 16:31

RUOJNOB ou bonjour ou ruojnob en commençant par la fin

Je ne peux pas encore dire que ma fille écrit ou reconnait des syllabes ;
les essais sont difficiles ;
elle commencent du mauvais côté,
l'idée d'une maquette-étude-modulable-personnalisée est intéressante,

Comme vous l'avez suggéré, je vais essayer de mettre ma photo dans l'icône répétition et enregistrer ma voix.
Ce ne doit pas être difficile de trouver un casque avec un micro.


C'est possible qu'elle ait du mal à reconnaitre sa voix,
j'ai la chance qu'elle ne soit pas hyper active, mais elle a tout de même beaucoup de mal à se concentrer, elle répète beaucoup de stimulis avec sa main, par exemple en retour-allé..etc....


à bientôt.
j'ai posté mon adresse pour avoir le fichier images-mots


Admin.


La date/heure actuelle est Mer 22 Mai 2013 - 23:12




bonjour NATIONAL ou LANOITAN

pouvez vous nous redonner votre courriel perso ou vous inscrire.
le dossier images-mots-syllabes comportent beaucoup de fiches et il est difficile de le poster sur un forum.
A bientôt

ou contacter ANNE S.
contact@lesteds.fr
www.lesteds.fr


Si vous ne parvenez pas vous connecter via les liens référencés ou transmis par retour courriel

voici un copié-collé" d'un extrait ou vous trouverez beaucoup de conseils précieux.

lien -

http://www.lesteds.fr/qu-est-ce-que-l-autisme/

ou lecture

EXTRAITS DE : « L’autisme : trucs d’enseignement pour enfants et adultes souffrant d’autisme » Par Temple Grandin (écrivain, chef d’entreprise et autiste de haut niveau)


Par Temple Grandin (écrivain, chef d’entreprise et autiste de haut niveau)

Traduit par Claude Jolicoeur, m.d. pédopsychiatre

"…Beaucoup de personnes souffrant d’autisme sont des penseurs visuels. Je pense avec des images. Je ne pense pas avec des mots. Toutes mes pensées se comparent, dans mon imagination, à une course sur vidéo. Les images sont ma première langue et les mots mon deuxième langage. Les noms demeuraient les mots
les plus faciles à apprendre parce que je pouvais fabriquer, de ce mot, une image dans mon esprit.

Eviter les longues tirades de directives verbales. Les personnes souffrant d’autisme n’arrivent pas à se mémoriser la séquence des événements. Si l’enfant peut lire, écrivez les directives sur un morceau de papier. Moi, je suis incapable de me rappeler les séquences. Si je demande la direction d’une station service, je ne peux me souvenir que des trois premiers pas. Les directions comprenant plus de trois pas doivent m’être écrites. J’ai aussi de la difficulté à me souvenir des numéros de téléphone car je ne peux en faire une image dans mon esprit.


J’avais la pire écriture de toute ma classe. Beaucoup d’enfants autistiques ont des problèmes manuels de coordination motrice. Une écriture bien formée peut devenir quelquefois très difficile. L’enfant vit alors une frustration totale. Pour réduire la frustration, aidez l’enfant à se plaire dans l’écriture ; laissez le taper des lettres sur l’ordinateur. La dactylographie devient souvent plus facile que l’écriture manuelle….

Quand j’étais enfant, les sons bruyants comme la cloche de l’école me blessaient les oreilles comme la foreuse du dentiste qui touche le nerf d’une dent. Les enfantsautistiques ont besoin d’être protégés des sons qui blessent leurs oreilles.

Les sons qui les agressent le plus seront ceux de la cloche de l’école, les systèmes d’alarme ou d’alerte du mur du gymnase, le son de la chaise qui grince sur
le plancher. Dans beaucoup de cas, l’enfant pourra tolérer la cloche ou l’interphone si on l’assourdit légèrement par du bourrage, des tissus ou du rubans adhésifs. Le grincement des chaises peut s’amortir en plaçant des parcelles de balles de tennis au bout des pattes ou en installant une moquette. Un enfant peut avoir peur d’une pièce de la maison parce qu’il craint le bruit soudain et criard du système d’alarme. La peur appréhendée d’un son peut entraîner un comportement inadéquat.

Les distractions visuelles et les lumières fluorescentes ennuient certaines personnes autistiques. Ils peuvent percevoir le vacillement des ondes électriques à 60 cycles.

Pour éviter ce problème, placez le bureau de l’enfant près de la fenêtre ou évitez l’utilisation de lumières fluorescentes.

Quelques autistiques répondront mieux, auront un meilleur contact visuel et réparties verbales si le professeur interagit avec pendant qu’ils s’amusent sur une balançoire ou se roulent dans un tapis.

L’impact sensoriel du balancement ou de la pression du tapis favorise quelques fois le développement de la parole. Le balancement doit toujours demeurer un jeu.
On ne doit jamais l’imposer de force.

Quelques enfants et adultes peuvent mieux chanter que parler. Ils peuvent mieux répondre si on leur chante les mots et les phrases. Mais certains enfants très
sensibles d’oreille répondront mieux si le professeur leur parle en murmurant.

Certains enfants et adultes non verbaux ne peuvent pas, en même temps, assimiler les stimuli visuels et auditifs. Ils fonctionnent sur un seul réseau. Ils ne peuvent pas voir et entendre en même temps.

On ne doit pas leur demander de regarder et d’écouter en même temps.

On doit leur donner l’une ou l’autre tâche visuelle ou auditive.

Leur système nerveux n’a pas la maturité d’intégrer la stimulation visuelle et auditive en même temps."



Une perspective développe-mentale par Kerry HOGAN





PENSÉE NON VERBALE, COMMUNICATION, IMITATION ET COMPÉTENCES DE JEU:

UNE PERSPECTIVE DÉVELOPPE MENTALE

Kerry Hogan. Août 1997. Révision 2 Septembre 1997


Traduction (Janvier 1998) : Evelyne ARTI-VARTAYAN, Neuropsychologue, A.F.E.E., E.D.I. Formation


Avec l'autorisation de l'auteur/blog les TED'S/relayé par AMIS D MOM


Tous les enfants, autistes ou non, progressent par une série de niveaux développe mentaux lors de l'acquisition de nouvelles compétences. Cette présentation se propose de remplir deux objectifs. Tout d'abord, nous décrirons les stades du développement observés dans la pensée non verbale, la communication, l'imitation et le jeu. De nombreux parents ont trouvé utile de se familiariser avec ces stades de façon à identifier le niveau actuel de développement de leur enfant afin de planifier les objectifs futurs. Ensuite, certains modèles d'activités ont également été intégrés pour illustrer les techniques d'enseignement qui peuvent être adaptées à ces différents niveaux de développement. La plupart de ces stades de développement sont communs à la fois aux enfants autistes et aux enfants se développant normalement. Cependant, les activités d'apprentissage décrites ici, sont spécifiquement adaptées aux styles d'apprentissage des enfants autistes.

Les enfants autistes présentent habituellement un profil de développement irrégulier caractérisés par des compétences non verbales plus élevées. Les activités
d'enseignement sont mieux intégrées quand on les adapte au niveau développe mental présent de l'enfant. Quelque soit le point de départ de chaque enfant, tous vont acquérir plus de compétences et chacun franchira chaque étape de développement à sa propre allure. Les activités proposées ci-dessous sont destinées à fournir des exemples favorisant le développement à chacun de ces stades. Bien que quelques suggestions plus avancées soient incluses, les stades de développement décrits ici relèvent plus de l'apprentissage précoce, s'adressant ainsi plus aux parents de jeunes enfants. Ces suggestions sont loin d'être complètes et devront être adaptées pour utiliser à son avantage les points forts et les intérêts de chaque enfant pris individuellement.

Compétences Non Verbales ou de Pensée Visuelle

Ce domaine est un point fort des enfants autistes. Lorsque vous enseignez une compétence nouvelle, essayez de penser à la manière dont vous pourriez enseigner cette compétence visuellement. Les chances de réussite seront plus grandes quand vous utilisez systématiquement une approche visuelle pour enseigner une nouvelle compétence.

Tri et Appariement Simples

1/ La première chose qu'un enfant apprend dans ce domaine est de coordonner ses compétences visuelles avec ses compétences motrices. Dans la forme la plus simple cela concerne l'aptitude à regarder un objet, à l'atteindre et à l'attraper. Une fois qu'un enfant peut tenir des objets, il peut apprendre à les
manipuler de manière plus complexe comme mettre les objets à certains endroits indiqués visuellement de manière évidente. Cette compétence peut être développée, en partie, en faisant ressortir la zone ou la boîte dans laquelle vous voulez que votre enfant place chaque objet. Par exemple, quand il y a seulement un trou sur le dessus de la boîte, il devient facile pour un enfant de voir où mettre l'objet. Par ailleurs, certains enfants apprendront à sortir les objets des boîtes avant de commencer à placer les objets dans les boîtes.

2/ Ensuite, un enfant apprendra à différencier les objets les uns des autres.
Ceci est la première étape dans l'apprentissage du tri. L'un des meilleurs moyens d'enseigner cette compétence est de mettre en place une tâche de tri éliminant les possibilités de faire des erreurs. Par exemple, vous pouvez fabriquer une boîte avec une ouverture étroite pour placer des cartes et une ouverture carrée
pour placer des cubes. Aucun objet ne pourra s'encastrer dans l'ouverture pour l'autre objet, et ainsi il sera très clair que certains objets sont différents des autres et vont à des endroits différents.

3/ Une fois qu'un enfant a appris à trier les objets dans une tâche où il n'y avait pas de risque d'erreur, il peut apprendre à trier deux objets dans des boîtes semblables. Par exemple, votre enfant peut apprendre à mettre des cuillères dans l'une des boîtes et des balles dans l'autre. Il est plus facile d'apprendre cette
tâche si vous utilisez des objets très visiblement différents, des boîtes transparentes, pour que votre enfant puisse voir les objets qui vont dans chaque boîte et si vous placez les modèles de chaque objet clairement sur ou dans chaque boîte. Votre enfant trouvera aussi qu'il est plus facile de trier des objets si les objets dans chaque catégorie sont identiques (ex : des cuillères en plastique blanc toutes identiques et des balles de tennis jaunes toutes identiques).

A mesure que votre enfant acquiert la capacité au tri d'objets, vous pouvez changer certaines caractéristiques de la tâche. Il est important de se souvenir, cependant, de ne changer seulement qu'un aspect de la tâche à la fois pour ne pas embrouiller votre enfant ou l'irriter. Par exemple, vous pouvez proposer à votre enfant de trier des groupes d'objets qui sont de plus en plus ressemblants (ex : à la place des cuillères et des balles, trier des cuillères et des couteaux) mais
vous ne devrez pas introduire ce changement en même temps que vous commencerez à utiliser des boîtes opaques.

4/ Un autre type de tri est appris relativement tôt, c'est la capacité à trier à partir de caractéristiques concrètes des objets, comme la couleur et la forme. Là aussi, commencez en rendant cette tâche aussi facile que possible. Par exemple, commencez par lui faire trier par couleur des objets plutôt que des images. La mise en ordre d'objets est plus facile car les objets se différencient par des caractéristiques supplémentaires par rapport aux images. Par conséquent, les différences entre objets seront probablement plus significatives pour votre enfant que les différences entre images. Au fur et à mesure que les objets deviennent de plus en plus ressemblant votre enfant deviendra plus attentif à la couleur comme trait distinctif. Par exemple, vous pouvez progresser en allant du tri de cuillères blanches et de balles de tennis jaunes au tri entre balles de tennis jaunes et balles en mousse rouges, et puis au tri entre balles en mousse rouges et balles en mousse jaunes.

5/ Les puzzles sont également des tâches de tri car votre enfant apprend à placer différents objets en différents endroits. Les puzzles sont comme les tâches de tri sans erreur possible décrites précédemment car chaque pièce peut uniquement s'adapter à un seul endroit. Les puzzles les plus faciles sont les encastrements où les pièces ne peuvent se placer que dans l'emplacement de même forme. Ces puzzles peuvent être même rendus plus faciles en copiant l'image
visible sur la pièce du puzzle et en la plaçant dans l'emplacement où la pièce doit s'encastrer. Les puzzles de ce genre seront assimilés longtemps avant que les puzzles ordinaires ne soient maîtrisés. Choisissez des puzzles compatibles avec les compétences motrices de votre enfant. Habituellement les jeunes enfants
commencent avec des puzzles qui possèdent de grandes pièces et des poignées pour aider à tenir et à manipuler chaque pièce.

6/ L'appariement est une compétence visuelle plus difficile. Apparier est souvent plus difficile que trier parce que cela n'implique pas de placer les objets appariés dans des boîtes, ainsi la tâche est visuellement moins évidente. Les gens pensent habituellement l'appariement en terme d'activité impliquant l'appariement d'images, de lettres, de nombres, etc. Cependant, apparier pourra également inclure les activités qui nécessitent de mettre ensemble des objets identiques ou des objets avec des images ou des photos.

7/ Une fois que votre enfant a acquis la capacité de trier une variété d'objets de différents types, vous pouvez évaluer s'il comprend ou non les images. Une façon d'évaluer cette compétence est de voir si votre enfant peut apparier les objets aux images. La première étape de cette compétence est de voir s'il est capable d'apparier un objet à une image de même taille et de même couleur que l'objet. Cette tâche est même facilitée si le modèle en image est présenté sous
forme d'encastrement afin que l'objet s'adapte effectivement à l'image. Vous pouvez créer une image encastrée en découpant la forme de l'objet dans une plaque de polystyrène, en collant l'image à la taille réelle dans ce trou sur une deuxième plaque de polystyrène, elle même collée sous la première. Une fois que votre enfant peut apparier les objets dans un emplacement présentant une image identique à l'objet, vous pouvez essayer l'appariement d'objets à des images plates, l'appariement d'objets à des images plus petites ou quelque peu différentes par la couleur des objets à apparier (ex: images en noir et blanc).

L'étape suivante dans l'apprentissage concernant les images est de faire en sorte que votre enfant apparie des objets et des images non identiques. Par exemple, vous pouvez revenir au tri en plaçant une image à l'extérieur d'une boîte opaque et puis demander à votre enfant de trier les objets en les appariant aux
images placées sur les boîtes.

L'acquisition de l'appariement des objets aux images est une étape importante avant de commencer les activités qui proposent l'appariement d'images à d'autres images. L'étape objet/image assure que notre enfant comprend la signification des images et pas seulement le fait qu'il y ait différentes images qui peuvent être triées ou appariées à partir de leurs caractéristiques visuelles.

Différents types d'images peuvent avoir plus ou moins de signification pour votre enfant.
Il vous faudra expérimenter pour voir ce qui marche le mieux. Certains enfants trouvent les photos faciles à comprendre. Pour d'autres enfants les photos sont trop littérales. Ils pensent qu'une photo ne peut représenter que l'objet qui est précisément sur l'image et pas un autre objet. Les enfants qui réagissent de cette
manière aux photos seront susceptibles de mieux réussir avec des dessins. Au fur et à mesure qu'un enfant améliore ses compétences d'appariement et sa compréhension des images, on pourra utiliser des images plus abstraites. Par exemple, de simples dessins au trait peuvent éventuellement être utilisés pour être appariés aux objets qui ont cette forme.

8/ Lorsque vous êtes certain que votre enfant comprend les images, vous pouvez essayer les tâches qui impliquent le tri d'images entre elles. Ici aussi,
commencez avec les types de tâches qui facilitent le tri. Par exemple dans chaque groupe, les images devront être identiques et il devra y avoir les modèles des images à l'extérieur de chaque boîte. Vous pouvez même placer les images sur des types de cartes différentes pour mettre en évidence les différences entre les images. A mesure que votre enfant acquiert ces formes de tri plus faciles, vous pouvez évoluer vers des types de tris plus difficiles tout comme vous l'avez fait avec les objets.

L'Objectif du Tri:

De nombreux parents demandent pourquoi nous passons tant de temps à enseigner aux enfants à trier des objets et des images.

Tout d'abord, le tri est une activité qui plaît aux enfants autistes parce qu'elle tient compte de leurs aptitudes visuelles. Quand un enfant commence à savoir s'asseoir et à travailler, il est utile de lui proposer des tâches ayant un sens et aisées à maîtriser.

Deuxièmement, le tri attire l'attention d'un enfant vers les différences entre objets. Les enfants non autistes peuvent apprendre ces différences par le langage. Ils poseront des questions telles que "qu'est-ce que c'est?" et les adultes leur enseigneront les expressions verbales qui donnent un sens aux différences entre objets. Les mots n'ont pas autant de sens pour les enfants atteints d'autisme alors que les différences visuelles en ont.

Troisièmement,
quand un enfant a appris à trier des objets et des images à partir de leurs différences visuelles, il est préparé à apprendre d'autres concepts plus difficiles au travers du processus de tri. Il est également capable de commencer à apprendre les noms des objets parce que les différences entre objets ont déjà attiré son attention, donnant plus de signification aux formes verbales d'expression. Les étapes du développement visuel exposées ci-dessous décrivent comment des concepts plus complexes peuvent être enseignés visuellement.

Techniques plus Complexes de Tri et d'Appariement

9/ Lorsqu'un enfant a appris à trier des images et des objets identiques, il peut commencer à trier des objets qui ne sont plus identiques mais qui appartiennent tous à la même catégorie.
En reprenant l'exemple du tri de cuillères et de balles, l'enfant qui sait maintenant trier des cuillères en plastiques identiques et des balles de tennis identiques peut alors commencer à trier des cuillères de tailles et de types différents et des balles de tailles et de types différents. Ceci attire l'attention de l'enfant vers l'idée que les objets appartiennent à des catégories : que les cuillères ne sont pas seulement des cuillères en plastique blanc, mais ce sont des choses qui ont un manche et une partie incurvée au bout. L'apprentissage des catégories est un type d'apprentissage conceptuel. Presque toutes les catégories ou les concepts peuvent être enseignés visuellement. La notion de couleur peut être enseignée en demandant à l'enfant de trier des images différentes mais qui ont toutes la même couleur.

10/ Les concepts et les compétences scolaires peuvent également être enseignés par cette méthode. Lettres et nombres peuvent être triés. Par exemple, les mots commençant par "B" et par "T" peuvent être triés dans des boîtes où sont affichées les lettres "B" ou "T". Les mots peuvent être enseignés de manière globale en triant des mots différents. Les concepts de nombres peuvent être enseignés en appariant une carte avec plusieurs "gommettes" à une carte où est écrit le nombre correspondant.

Des concepts simples tels que "même" et "différent" peuvent être enseignés en utilisant le tri. Vous pouvez donner à votre enfant plusieurs sacs d'objets,
certains contenant des objets identiques et certains contenant des objets différents. En apprenant à faire attention aux différences entre les deux objets, votre enfant peut apprendre que certains objets sont les mêmes et d'autres sont différents.

11/ Trier et apparier peuvent être utiles pour développer le langage
car cela donne à l'enfant de nombreuses occasions d'entendre l'expression verbale associée à une indication visuelle telle qu'un objet ou une image. A chaque fois que votre enfant met un objet dans une boîte vous pouvez prononcer le mot qui correspond à l'objet. Par exemple, quand votre enfant trie les cuillères et les balles vous pouvez simplement dire
"cuillère" ou "balle" à chaque fois qu'il met une cuillère (ou une balle) dans la boîte. N'oubliez pas d'utiliser le mot que vous voulez que votre enfant utilise. Par exemple, votre enfant aura plus de chance d'utiliser le mot "balle" plutôt que l'expression "balle de tennis". Les enfants capables de parler qui entendent de façon répétée l'expression verbale associée de manière pertinente à un objet, peuvent commencer à répéter le mot durant la tâche et peuvent éventuellement commencer à l'utiliser dans des contextes naturels. Les enfants non verbaux qui entendent ce terme ont plus de chance de comprendre ce terme quand ils l'entendent dans d'autres situations.

Ces étapes du développement des compétences de pensée visuelle ont été décrits en détail car c'est une façon extrêmement importante d'apprendre pour les enfants atteint d'autisme. Presque tout ce que nous enseignons impliquera d'une certaine manière des compétences visuelles. A chaque fois que vous enseignez un concept vous devez vous assurer que la tâche a un sens pour votre enfant. Utiliser des instructions visuelles est un des meilleurs moyens de s'assurer que ce que votre enfant apprend a une signification.

Communication

Tous les enfants franchissent certaines étapes en apprenant à communiquer. Les enfants autistes passent par les mêmes étapes mais peuvent rester à un même niveau pour une période de temps plus longue ou peuvent passer par ces étapes dans un ordre différent. Il existe également certains modes de communication qui vont favoriser le développement de la communication chez des enfants autistes mais qui ne sont pas toujours nécessaires pour les enfants qui se développent normalement. Voici les étapes du développement de communication constatées à la fois chez les enfants se développant normalement et chez les enfants autistes.

1/ Exprimer ses besoins.
Ceci est le type de communication le plus élémentaire. Exprimer ses besoins implique de donner des indications sur un besoin sans nécessairement diriger la communication vers une autre personne. A ce stade l'enfant peut ne disposer que d'une façon unique de communiquer des besoins multiples et différents. Par exemple, un bébé pleure quand il a faim mais il pleure également quand il a sommeil.

2/ Exprimer des besoins spécifiques.
Il s'agit habituellement de communication au travers d'une activité physique comme atteindre les objets, emmener une personne vers un objet, apporter un objet à une personne ou mettre la main d'une personne sur un objet. A ce stade l'enfant a une idée spécifique concernant son besoin et il essaie de communiquer ce besoin. Les intentions de l'enfant, cependant, peuvent ne pas toujours apparaître très claires à l'adulte.

Si votre enfant éprouve des difficultés à passer du stade d'expression des besoins généraux à l'expression de besoins spécifiques vous pouvez l'aider en créant des situations dans lesquelles il peut se servir de la communication à propos d'objets ou de besoins spécifiques. Utilisez votre propre connaissance sur ce que votre enfant aime ou n'aime pas pour créer des situations dans lesquelles votre enfant sera motivé pour communiquer.
L'objectif de cet exercice est de fournir des occasions répétées pour l'engager dans une communication réussie et motivante.
Même lorsque votre enfant n'est pas capable de communiquer de manière appropriée, donnez lui ce qu'il désire et en même temps que vous le faites, montrez lui comment communiquer. Voici quelques exemples de ces situations.


Mettez une nourriture que votre enfant aime beaucoup dans un bocal qu'il ne peut pas ouvrir.
Montrez le bocal à votre enfant afin qu'il puisse voir la nourriture puis déposez-le à portée de main de votre enfant. Voyez ce qu'il entreprend pour communiquer. Il peut juste tendre la main vers le bocal ou peut faire quelque chose de plus spécifique tel que placer votre main sur le bocal. Acceptez tous ces gestes comme des tentatives de communication et donnez la nourriture à votre enfant. Si votre enfant ne communique pas du tout, montrez lui alors comment communiquer en prenant sa main et en la dirigeant vers le bocal, puis donnez-lui la nourriture. N'oubliez pas de faire que ces situations soient amusantes et réussissent pour votre enfant. En comprenant que la communication peut apporter une récompense, votre enfant sera plus enclin à communiquer par le futur.

Voici d'autres situations qui pourraient motiver votre enfant: placer un jouet à un endroit en hauteur pour que votre enfant ait à communiquer pour l'obtenir. Donner à votre enfant son puzzle favori mais en gardant une pièce, ainsi il va avoir à s'adresser à vous pour obtenir la pièce manquante.
Créez un scénario social, tel qu'un jeu de chatouilles. Essayez de dire quelque chose comme "1, 2, 3" ou "je vais t'attraper" et puis chatouillez votre enfant. Recommencez jusqu'à ce qu'il commence à anticiper que vous allez le chatouiller. Finalement, quand votre enfant aura compris le scénario, arrêtez et voyez si votre enfant fait quelque chose pour obtenir que vous recommenciez.

3/ Utiliser des gestes: des gestes communicatifs tels que "pointer", "aller du regard alternativement d'un objet à une autre personne", "hausser les épaules" et bien d'autres gestes usuels.
Ce type de communication est habituellement difficile pour les enfants autistes et souvent n'émerge que tardivement dans leur développement. Les expressions gestuelles sont difficiles pour les enfants autistes car elles transmettent usuellement une information sociale ou une information au sujet d'idées intérieures. Par exemple, les enfants "pointent" souvent pour exprimer leur intérêt ou "haussent les épaules" pour communiquer qu'ils ne savent pas. La connaissance et l'intérêt sont des idées intérieures. De nombreux enfants autistes peuvent rater cette étape du développement de la communication ou commencent à utiliser les gestes après avoir développé des formes plus complexes de communication.

4/ Attention Conjointe: l'utilisation de l'attention conjointe est un aspect difficile de l'expression gestuelle pour les enfants autistes. L'attention conjointe est la capacité à partager son attention avec une autre personne où les deux personnes prêtent attention au même objet.
Par exemple, pointer vers un objet pour montrer son intérêt fait partie de l'attention conjointe.

Une manière d'aider les enfant à développer leur capacité à l'attention conjointe est de rendre ce type de communication plus concret. Par exemple, vous pouvez toucher l'objet sur lequel vous pointez plutôt que de le faire à distance.

Une activité qui peut contribuer au développement de l'attention conjointe est de créer des situations dans lesquelles l'attention conjointe a plus de chance d'apparaître. Par exemple, lire des livres d'images est une activité qui implique souvent l'attention conjointe. Pendant la lecture d'un livre, pointez une image et nommez l'image tout en regardant alternativement le livre et votre enfant. Ceci montre à votre enfant une forme d'attention conjointe qu'il peut imiter.

Créer des surprises peut également solliciter l'attention conjointe.
Il existe plusieurs façons de le faire. Vous pouvez mettre plusieurs objets qui intéressent votre enfant dans un sac et à tour de rôle, les sortir du sac. Ou vous pouvez cacher certains jouets dans toute la maison et partir à la recherche de ces jouets. Quand vous trouvez le jouet ou le sortez du sac exagérez votre manière de réagir et de façon très délibérée regardez alternativement votre enfant et le jouet ou pointez et faites une simple remarque verbale telle que, "regarde ! un lapin !". Quand vous exagérez votre surprise et partagez cette surprise avec votre enfant, il a plus de chance de remarquer ce type de communication.

Finalement, vous pouvez créer des situations dans lesquelles quelque chose d'inattendu se produit.
Cela nécessite un peu de créativité pour faire en sorte que ça arrive, mais vous avez la meilleure connaissance de votre enfant et êtes le mieux placé pour faire
cela. Par exemple, si votre enfant aime les "Smarties" et déteste les "corn flakes", vous pouvez faire semblant de verser des "corn flakes" d'une boite de céréales en ayantauparavant mis des "Smarties" dedans pour que des "Smarties" sortent de la boîte. Si vous avez un jouet télécommandé, vous pouvez actionner le jouet lorsque votre enfant ne s'y attend pas. Là aussi, créer ce type de situation vous donne l'occasion de pratiquer l'attention conjointe plutôt que d'attendre que ces circonstances apparaissent de façon fortuite.

5/ L'étape suivante de communication est habituellement très utile pour les enfant autistes mais qu'on ne voit généralement pas dans le développement normal. Cette étape consiste en l'emploi d'une information visuelle pour communiquer (classeur PECS).






LANOITAN
Invité


Revenir en haut Aller en bas

fiches complémentaires TED S AUTISTES Apprentissage lecture publics peu verbal

Message par ronnie1 le Mer 29 Mai - 11:31

bjr

pouvez vous diffuser sur le site, les fiches d'études complémentaires ?
je pourrai les télécharger.
merci

ronnie1
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: fiche PROTOTYPE-ESSAI-ETUDES - pré-apprentissage lecture destinée à un public "expression verbale" restreinte. TED'S AUTISTE - apprentissage lecture

Message par COSMT71 le Jeu 20 Juin - 14:10

ronnie1 a écrit:bjr

pouvez vous diffuser sur le site, les fiches d'études complémentaires ?
je pourrai les télécharger.
merci


IDEM - S.V.P. si vous pouviez me les envoyer sur ma messagerie personnelle.
MERCI

COSMT71
Membre

Messages : 7
Date d'inscription : 10/02/2010
Localisation : CHALON SUR SAONE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

merci

Message par BALOU le Lun 12 Aoû - 10:27

bonjour,
je vous remercie pour tous les documents et renseignements. C'est bien de pouvoir échanger.
Bonnes vacances

BALOU
Invité


Revenir en haut Aller en bas

ANORMALITE-DIFFERENCE AUTISTE TEDS - chercher à comprendre

Message par PUZZL2 le Lun 21 Juil - 8:12

bjr, mon petit frère est différent. Je ne sais pas comment faire pour le comprendre.
Tout ce qu'il fait me parait anormal. Les parents passent leurs temps avec lui et je n'existe pas.
Il est autiste.




el a écrit:
21.07.2014  17:55:18

[oHHH,
bonjour PUZZL2 ou -"je n’existe pas".

Je prends le temps de te répondre, je n’ai pas la réponse à ta solitude.
Parfois, il y a peu de chose à faire pour le comprendre - c'est l'accepter en tant que Tel.

Cependant, j’aimerai te donner un tremplin pour réfléchir à ton dilemme.
Tu écris : «mon petit frère est différent….».

Je comprends probablement, ton post à demi-mots, oups, désolée, je suis également pourvue d’une différence cérébrale.
Je présume que tu es en souffrance, tu écrits : « il est différent » ;
Qui ton petit-frère ?

Hum, j’aurai pu imaginer qu’il était de couleurs différentes, qu’il lui manquait un membre, une fonction.
Cependant, je constate que tu mentionnes qu’il est officiellement ou médicalement classé Autiste.

Ah ben, voilà, le sujet est à sa façon, reformulé.

Je vais essayer de te répondre dans la normalité, désolée, si mes mots sont un peu «bizarres»,
je n’ai qu’eux pour essayer de te répondre.

Donc, Autiste est-il dans ma définition étymologique des mots « ANORMAL, DIFFÉRENT » ?
Je ne crois pas.
Toutefois, la réflexion est intéressante.

Et voilà, ce qu'il en découle à ce moment précis. Toutes les réponses positives sont les bienvenues.

Chacun de nous, pourraient s’interroger sur la normalité.
Les psychiatres, les médecins, les éducateurs, les familles, les proches ; dans ton cas précis, ils ont convenu d’une pathologie :
L’autisme.
Je pourrai disserter des heures sur la normalité. La normalité est tour à tour subjective et objective.
Cependant, l’autisme est encore malheureusement mal défini et je n’aimerai pas que l’on puisse y construire une analogie. Si on considère que l’autiste est incapable de se conformer à des postulats préétablis alors, il est à craindre que tu ne comprendras jamais ton petit frère. Si l’anormalité se définit par opposition à ce qui n’est pas « normal », c’est-à-dire à ce qui ressemble à la majorité des types ou notion quantitative ou statistique.
« Tout ce qu’il fait me paraît anormal… » et conclure  par normal, il est autiste. En somme, il n’est pas conforme à une norme, à ce qui existe, ou ce qu’il devrait être ou qu’il existe en inadéquation avec les règles.
ha ! ces fameux dogmes, beaucoup d’êtres ont été incompris, jugés voire même enfermés ou exterminés pour leur différence. Pourtant, quoi qu’il en soit, "il n’y avait pas d’anormaux quand l’homosexualité était la norme". (Proust).
Les personnes différentes sont souvent incomprises et sont arbitrairement exclues et rejetées. Il existe tellement de manière de stigmatiser la différence. La tolérance réside dans l’acceptation que la « normalité » devrait être un concept mouvant, et je comprends bien que c’est difficile pour toi de le concevoir.
L’autisme, comme tu l’exprimes est jugé unilatéralement « anormal », pour l’instant, tu es concerné et tu souffres. Je respecte ta pensée et je suis touchée. Je conçois que tu t’exprimes en connaissance de cause et conformément à tes propres valeurs, c’est usuel de vouloir un petit frère avec qui tu pourrais vivre en conformité, de façon harmonieuse, agréable et d’évoluer dans la société qui t’entoure et c’est compréhensible de vouloir ressembler à toutes les autres familles.
Mais tu l’écris sans vraiment l’écrire et à ma façon, je perçois une pensée douloureuse comme: « il n’est pas des nôtres », je ne te juge pas et on pourrait le supposer bien entendu, sans discernement péjoratif.
Je me souviens personnellement des larmes d’un jeune autiste :
Sa sœur a dit à un moment : « je ne veux pas que les autres le voient…. ».
Ses larmes sont apparues et les gémissements ont suivi.
« Avait-il ressenti qu’il ne faisait pas partie du troupeau, avait-il une tare, un défaut de fabrication qui pouvait lui faire prendre conscience à ce moment : qu’il était exclu ?
J’ai longtemps, pour ma part, chercher à comprendre ce jeune autiste et puis je l’ai accepté en tant que tel et avec tous ses T.O.C.S. etc…
J’ai longtemps, « disséqué » les différents aspects de ce que l’opinion générale, appelle, la normalité.
C’est une étendue immensément floue et illimitée. C’est un peu, l’infini. Et parfois, l’infiniment « petit ».
Les uns s’accordent à dire qu’il existe plusieurs normalités. Attention aux frontières !
- la normalité individuelle : si tu changes ton attitude, ta vie, ta façon de vivre, tes habitudes subitement, tu pourrais être considéré comme « ANORMAL ».
- la normalité comme adaptation à l’environnement : si tu n’es pas capable de t’adapter et d’agir de manière autonome et adaptée dans les différentes situations de la vie, tu pourrais être jugé comme « ANORMAL ».
-La normalité statistique : si tu es dans la minorité des stéréotypes tu pourrais être regardé comme « ANORMAL ».
- La normalité culturelle : si tu n’intègres pas les valeurs de la société (N.B. elles sont en constantes évolution…), tu pourrais être classé  « ANORMAL ».
D’autres définitions énoncent des classifications. Pour les archétypes, j’ai découvert qu’il y avait des --
*normes collectives.
*Une normalité subjective
*Une normalité en psychologie du consommateur.
Après avoir parcouru, différentes explications, j’ai parachevé ma définition et admis que la notion d’ « ANORMAL ou de DIFFÉRENCE » resterait floue et difficile à définir ?
D’ailleurs, une chose ou voire même, une personne normale pourra souvent être perçue différemment selon sa sensibilité, son intellect et également par son ouverture d’esprit.
Pour Protagoras, "l'Homme est la mesure de toute chose", à chacun donc sa vérité, à chacun donc, sa normalité. Sous-entendus que l’on admet que les ouvrages majeurs de Protagoras sont les Antilogies (livres I et II) et une citation n’est pas une réponse qui détient la vérité.
Protagoras étant lui-même, un être différent mais, c’était à son époque, il serait peut-être un grand philosophe sophiste et très riche en 2014.....je le verrai bien psychanalyste
idem
Tu écris : « les parents passent leurs temps avec lui et je n’existe pas…. ».
Et oui, c’est ainsi, mais préférerais-tu qu’ils l’ignorent ?
Rien n’est plus terrible que l’indifférence. C’est important que tu exiges auprès d’eux, le juste milieu.
Quand j’étais adolescente, je pensais qu’un autiste c’était quelqu'un qui n’entendait pas très bien.
Puis, j’ai découvert que la majorité des personnes les définissaient comme des personnes retardées mentales.
Le hasard des circonstances m’a amenée à travailler avec des autistes et particulièrement auprès d’un jeune autiste et là, toutes mes valeurs et mes croyances se sont écroulées. A travers, ma petite expérience, j’ai réalisé que le terme :autisme, englobait un conglomérats de personnes totalement asymétriques. Autistes, T.E.D.S, pourquoi pas "anti-terriens - anti-humains" ?

On trouve tout et paradoxalement, Rien.
Allez, stigmatisons : je pourrais de ce pas, écrire - Ils sont souvent très différents les uns des autres.
Toutefois, j’ai laissé mon esprit critique dériver et accepter l’idée que l’on « nichait » beaucoup de personnes dans cette catégorie.
C’est tellement plus facile et comme beaucoup de pathologies orphelines et méconnues, on ne sait pas ou les mettre, on n’a pas de réponse médicale ou de solutions pour les intégrer dans le système des communs (hum ! normaux).
Cependant, les côtoyer est une source immense d’apprentissage.
J’ai découvert des êtres dotés d’une hyper-sensibilité et d’une supra-émotivité. J’ai du à nombreuses reprises, remettre en question mes propres valeurs.
Ma carte du monde a subi un véritable cataclysme.
Pour évoquer, l’une de ces personnes : il m’a fallu beaucoup de patience, de temps, de persévérance pour être acceptée et tolérée. L’expérience personnelle et strictement unique m’a ouvert des portes sur son monde.

Il ne voit pas les choses comme je les voyais. Pour le comprendre, il m’a fallu m’adapter à lui et remettre à chaque instant mes valeurs. Je crois qu’il perçoit les sons, les lumières, les regards d’une autre façon.
En s’immergeant dans leur monde, en exaspérant des situations, en contrebalançant…..on pourrait se rendre compte que leurs réactions sont tout-à-fait adaptées. Je ne suis pas une spécialiste de l’autisme, mais pour un cas précis, il m’a fallu repenser et me mettre à sa place.

Pour l’exemple, change les fréquences sonores de tes appareils audio, vidéo….
Porte des lunettes infrarouges toute une journée.
Affronte des peurs ou angoisses à répétitions.
Confronte tes réactions et ajuste ton raisonnement.
Filmes toi. Quelles sont ou seront tes réactions ?

Voilà ce que je peux t’écrire, c’est un peu sommaire mais, ne désespère pas, un jour, tu comprendras ton petit-frère.
Comme le terme autisme ne répondait pas à mon approche, je me suis résous à accepter que les autistes ou similaires avaient tout simplement un dysfonctionnement cérébral. Un jour, les scientifiques pourront établir une cartographie plus précise des neurones miroirs ou créer ou stimuler de nouvelles connexions neuronales…..

Il serait bien, enfin, que tu parles avec tes parents, ils sont tout-à-fait capables de remettre en question leur méthode.
S’ils sont exclusifs, c’est qu’ils ne sont pas vraiment différents des autres parents d’enfants handicapés.
Si tu as envie d’échanger avec des membres d’une fratrie qui te ressemble, n’hésites pas, on te met en contact rapidement.

- Commences à exister, si tu es bien ton frère sera bien et apaisé de te voir épanoui.


estelle





PUZZL2
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: fiche PROTOTYPE-ESSAI-ETUDES - pré-apprentissage lecture destinée à un public "expression verbale" restreinte. TED'S AUTISTE - apprentissage lecture

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum