Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Etude SFT par le Dr Milhorat

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Etude SFT par le Dr Milhorat

Message par Anne H. le Dim 23 Jan - 6:34

Bonjour,
Je m'étais engagée auprès de l'un d'entre vous à traduire le texte ci-dessous. -Chose promise …- Ce texte date de fin 2009. C'est le résumé d'une étude menée par le Dr Milhorat de l'Institut Chiari de New-York je crois. Je n'ai pas trouvé ce texte ou une quelconque référence à ce texte dans le site officiel du Centre de Référence.
L'approche de l'indication de la Section du filum est différente de celle du Dr Royo, mais les résultats positifs sont confirmés par cette étude. La traduction est imparfaite. Si un bon angliciste veut la revoir, qu'il le fasse. Je suis en effet étonnée de la conclusion qui malgré les résultats convaincants obtenus dans l'étude semble conseiller la S.F.T. après la chirurgie classique…

Association of Chiari malformation type I and tethered cord syndrome: preliminary results of sectioning filum terminale.
Milhorat TH, Bolognese PA, Nishikawa M, Francomano CA, McDonnell NB, Roonprapunt C, Kula RW.
Department of Neurosurgery, The Chiari Institute, Harvey Cushing Institutes of Neuroscience, North Shore-Long Island Jewish Health System, Manhasset, NY 11030, USA. milhorat@nshs.edu
Erratum in:
Surg Neurol. 2009 Nov;72(5):556.

Combinaison d'une Malformation de Chiari I et d'un Syndrome de moelle attachée : premiers résultats sur la section du film terminale

Abstract
OBJECTIVE: The pathogenesis of CM-I is incompletely understood. We describe an association of CM-I and TCS that occurs in a subset of patients with normal size of the PCF.
Résumé
OBJECTIF : La pathogenèse de la malformation de Chiari I (Note du traducteur : l'auteur définit un Chiari I par un dépassement des amygdales supérieur à 5 mm) n'est pas encore complètement comprise. On traite ici une combinaison de Chiari I associé à un syndrome de moelle attachée, combinaison trouvée chez un sous ensemble de patients dont la taille de la fosse postérieure crânienne est normale

METHODS: The prevalence of TCS was determined in a consecutively accrued cohort of 2987 patients with CM-I and 289 patients with low-lying cerebellar tonsils (LLCT). Findings in 74 children and 244 adults undergoing SFT were reviewed retrospectively. Posterior cranial fossa size and volume were measured using reconstructed 2D computed tomographic scans and MR images. Results were compared to those in 155 age- and sex-matched healthy control individuals and 280 patients with generic CM-I. The relationships of neural and osseus structures at the CCJ and TLJ were investigated morphometrically on MR images. Intraoperative CDU was used to measure anatomical structures and CSF flow in the lumbar theca.

METHODES : La prévalence du syndrome de moelle attachée a été déterminée dans une cohorte progressivement constituée de 2987 patients Chiari-I et de 289 patients avec amygdales cérébelleuses en position basse. (LLCT)(Note du traducteur : l'auteur fait entrer dans cette catégorie les patients dont le dépassement des amygdales cérébelleuse est compris entre 0 et 4 mm). Les résultats obtenus chez 74 enfants et 244 adultes qui subiront la SFT ont été passées en revue rétrospectivement. La taille de la fosse crânienne postérieure et son volume ont été mesurés à partir d'images IRM et de scans tomographiques calculés en 2D reconstruits. Les résultats ont été comparés à ceux des 155 individus d'âge et sexe équivalent du groupe de contrôle sains et à ceux de 280 patients ayant un Chiari-I générique. Les relations entre les structures neurales et osseuses à la jonction craniocervicale (CCJ) et à la jonction thoraco-lombaire (TLJ) ont été examinées sur des IRM par mesures morphométriques. Une technique ultrasonographique (CDU) Intra opératoire a été utilisée pour mesurer les structures anatomiques et le flux du liquide céphalorachidien (CSF) dans le fourreau lombaire.

RESULTS: Tethered cord syndrome was present in 408 patients with CM-I (14%) and 182 patients with LLCT (63%). In 318 patients undergoing SFT, there were no significant differences in the size or volume of the PCF as compared to healthy control individuals. Morphometric measurements demonstrated elongation of the brain stem (mean, 8.3 mm; P < .001), downward displacement of the medulla (mean, 4.6 mm; P < .001), and normal position of the CMD except in very young patients.
Compared to patients with generic CM-I, the FM was significantly enlarged (P < .001). The FT was typically thin and taut (mean transverse diameter, 0.8 mm). After SFT, the cut ends of the FT distracted widely (mean, 41.7 mm) and CSF flow in the lumbar theca increased from a mean of 0.7 cm/s to a mean of 3.7 cm/s (P < .001). Symptoms were improved or resolved in 69 children (93%) and 203 adults (83%) and unchanged in 5 children (7%) and 39 adults (16%) and, worse, in 2 adults (1%) over a follow-up period of 6 to 27 months (mean, 16.1 months +/- 4.6 SD). Magnetic resonance imaging 1 to 18 months after surgery (mean, 5.7 months +/- 3.8 SD) revealed upward migration of the CMD (mean, 5.1 mm, P < .001), ascent of the cerebellar tonsils (mean, 3.8 mm, P < .001), reduction of brain stem length (mean, 3.9 mm, P < .001), and improvement of scoliosis or syringomyelia in some cases.

RÉSULTATS : le syndrome de moelle attachée était présent chez 408 des 2987 patients ayant un Chiari I (14 %), chez 182 patients des 289 ayant les amygdales cérébelleuses en position basse ( LLCT) (63 %). Chez les 318 patients qui subiront la SFT, on n'a relevé aucune différence significative de taille ou de volume de la fosse postérieure (PCF) par rapport au groupe de contrôle sain. Des mesures morphométriques montraient chez ces patients un allongement du tronc cérébral (moyenne de 8.3 mm; P < .001), un déplacement de la moelle vers le bas (moyenne de 4.6 mm; P < .001) et une position normale du cône médullaire (CMD) sauf chez les très jeunes patients.
Par rapport aux patients Chiari I générique, le trou occipital (foramen magnum) était significativement agrandi (P < .001). Le filum terminale était typiquement mince et tendu (diamètre transverse moyen, 0.8 mm). Après la section du FT, les extrémités coupées du filum terminale se sont détendues largement (moyenne de 41.7 mm) et les flux du fluide cérébro-spinal (CSF) dans le fourreau lombaire ont augmenté pour passer d'une moyenne de 0.7 cm/s à une moyenne de 3.7 cm/s (P < .001). Les symptômes ont été améliorés ou résolus chez 69 enfants (93 %) et 203 adultes (83 %) inchangés pour 5 enfants (7 %) et 39 adultes (16 %) et, empirrés chez 2 adultes (1 %) ; ceci pendant une période de suivi de 6 à 27 mois (moyenne de 16.1 mois +/-4.6 SD). L'imagerie par résonance magnétique 1 à 18 mois après la chirurgie (moyen, 5.7 mois +/-3.8 SD) a révélé la migration ascendante du cône médullaire (CMD) (déplacement moyen, 5.1 mm, P < .001), la montée des amygdales cérébelleuses (remontée moyenne, 3.8 mm, P < .001), la réduction en longueur du tronc cérébral (réduction moyenne, 3.9 mm, P < .001) et l'amélioration de scoliose ou la syringomyélie dans quelques cas.

CONCLUSIONS: Chiari malformation type I/TCS appears to be a unique clinical entity that occurs as a continuum with LLCT/TCS and is distinguished from generic CM-I by enlargement of the FM and the absence of a small PCF. Distinctive features include elongation and downward displacement of the hindbrain, normal position of the CMD, tight FT, and reduced CSF flow in the lumbar theca. There is preliminary evidence that SFT can reverse moderate degrees of tonsillar ectopia and is appropriate treatment for cerebellar ptosis after Chiari surgery in this cohort.

CONCLUSIONS: la Malformation de Chiari type I associée au Syndrome de moelle attachée(TCS) semblent constituer une entité clinique unique qui se produit en continuité de la combinaison amygdales basses (LLCT) associées au syndrome de moelle attachée(TCS) et qui se distingue du Chiari-I générique par un agrandissement du trou occipital et par la présence d'une fosse postérieure normale (trop petite chez un Chiari-I). Ses particularités incluent un allongement et un déplacement vers le bas du de la partie postérieure du cerveau, une position normale du Cône médullaire, un filum terminale tendu et un flux réduit du CSF dans le fourreau lombaire. Il y a un début de preuve dans cette cohorte que la SFT peut inverser l'ectopie (position anormale) des amygdales à des degrés modérés et constitue le traitement approprié après une chirurgie Chiari (?) pour une descente cérébelleuse .

NB L'auteur définit dans l'étude complète la notion de syndrome de moelle attachée ainsi :
On a basé le diagnostique du syndrome de moelle attachée sur les symptômes et indications suivants, non spécifiques mais généralement acceptés : troubles urinaires (incluant l'incontinence, besoin impérieux, perte sensorielle, vidage incomplet de la vessie), incontinence fécale, lombalgie, douleur des pieds et jambes, engourdissement des dessous de pieds, perturbation de la démarche, faiblesse des jambes, atrophie de muscles des mollets, perte des réflexes tendineux des membres inférieurs, scoliose thoraco-lombaire, varus équin ou déformations equi-novalgus des pieds, et dysraphisme spinal.










a écrit:





bonjour Anne H.

Merci pour les traductions et tout le travail d'abnégations que vous réalisez.

Les rayons de soleil que vous distribuez, réchauffent notre vie.



Après une première lecture de votre traduction.

On apprend que

1- Ce texte date de fin 2009.

C'est le résumé d'une étude menée par le Dr Milhorat de l'Institut Chiari de New-York.


Question :

Pourquoi êtes vous étonné que ce texte ou une quelconque référence à ce texte ne soit pas indiqué dans le site officiel du Centre de Référence ?

Faites vous allusion au centre de référence français ? Kr. B. ? Ce n'est pas dans leur intérêt ?


An.

- Avez vous entendu parler de "deux écoles" ?





- réflexions générales ?


Pensez vous que les patients ont le temps d'attendre que les grands se mettent d'accord ?

Qu'il y en ait 2 ou 1000 ce qui nous importe, c'est qu'il y ait enfin un consensus.







Soleil pour tous :

On retient cette phrase qui nous semble optimiste.

L'approche de l'indication de la Section du filum est différente de celle du Dr Royo,

mais les résultats positifs sont confirmés par cette étude.








Et pour ceux qui aiment creuser et se poser des questions.
Que pensez vous du message d'appels au don (site internet du cent. de réf.) -

Creusez vous : amalgame étiquettes, libellés, adresse ?
"Appel au Don pour le développement et la recherche en neurologie et neurochirurgie.
Libeller les dons à l’ordre de :
Association pour le développement de la neurochirurgie en Ile de France ou ADNIF

Les chèques sont à adresser au :
Pr P.
Service de Neurochirurgie
Centre de Référence Maladies Rares pour la prise en charge et le traitement des Syringomyélies de l’Adulte et de l’Enfant
CHU de Bicêtre"









Qui de vous donnera ?
pour ce qui me concerne ! nul besoin de le publier !



Vous hypothéquerez ma réponse.
"Recevoir, se mérite"




Anne H.
Invité


Revenir en haut Aller en bas

traductions Etude du Dr BOLOGNESE Paolo - filum terminale - moelle attachée occulte

Message par Admin le Lun 20 Juin - 12:10

Donc, pour la traduction de la vidéo - elle semble de nouveau en cours de remaniement sur le lien cité. Patience !



http://www.chiariinstitute.com/Videos/

message de ce jour : This area of our website is currently under construction. Please check back at a later date.



La difficulté de nos traductions émanent de nos faiblesses : termes médicaux, mais également des difficultés à bien comprendre les tournures humoristiques du Dr BOLOGNESE, conversions américaines (tournures spécifiques, typiques....)



Ma belle soeur anglaise Mary, ainsi que son mari ont apporté leur contribution à ce travail (traduction française)



Comme vous le savez, la compréhension peut varier d'une personne à une autre.

En son temps, j'ai transmis une partie de cette traduction au Dr BOLOGNESE et au Dr ROYO afin de leur rappeler notre intérêt à leurs recherches et travaux respectifs.



Et comme les publications ne vont pas tarder -

Il serait intéressant POUR CEUX QUI LE SOUHAITENT de se documenter sur ce sujet.



Et Pourquoi pas !

vérifier si vous êtes concernés ? (approche personnelle, individuelle, discussion avec votre médecin traitant à envisager)



Ces traductions peuvent peut-être vous aider à comprendre le débat des différents professionnels et vous donner une ébauche de réponse sur vos interrogations.



Qu'est ce qu'une moelle attachée occulte ?

Qu'est ce qu'un filum terminale ?

Quel rapprochement avec chiari - syringomyélie ?

Qu'en pense le Dr BOLOGNESE ?




Donc, ce soir, le lien ne fonctionne pas-



http://www.chiariinstitute.com/Videos/



Pour la lecture : C'est assez long - bon courage

donc encore mille fois merci pour vos compléments et vos ajouts.



rappel - Spécial Annonce - Announcement

en attendant



--



The Chiari Institute 5 year retrospective study entitled, "Association of Chiari Malformation Type 1 and Tethered Cord Syndrome : Preliminary results of sectioning filum terminale " , has been accepted for publication in a major peer-reviewed journal and will appear shortly on line and in print form later this year. The paradigm-shifting implications of this work will be presented by Dr. Milhorat as keynote speaker at an international Chiari Consensus Conference, held in Milan, Italy, May 7-9ational Chiari Consensus Conference, held in Milan, Italy, May 7-9, 2009.



L'Institut Chiari, depuis 5 ans, travaille sur une étude : intitulée "Association de malformation de Chiari de type 1 et Tethered Cord Syndrome: Les résultats préliminaires de la section filum terminale", ont été acceptés pour être publiés dans une grande revue et apparaîtront prochainement sur les journaux et seront diffusés prochainement.



Le résultat de ces travaux a été présenté par le Dr Milhorat en qualité de conférencier d'honneur lors d'une conférence de consensus sur Chiari, qui s'est tenue à Milan, Italie, du 7 au 9 Mai 2009.







RAPPEL /

Notes - présentation du professionnel américain.



Dr. Paolo Bolognese

A native of Torino, Italy, Paolo A. Bolognese, MD, graduated cum laude from the Medical School of the University of Turin. Originaire de Turin, en Italie, Paolo A. Bolognese, MD, diplômé cum laude de la faculté de médecine de l'Université de Turin. In 1990, he completed his neurosurgical training at the same university under the guidance of Professor Victor A. Fasano, an international leader in the field of high-tech applied to neurosurgery. En 1990, il a complété sa formation en neurochirurgie à la même université, sous la direction du professeur Victor A. Fasano, un leader international dans le domaine de la haute technologie appliquée à la neurochirurgie.



During this time, Dr. Bolognese became the leading worldwide expert in the field of laser Doppler flowmetry applied to neurosurgery and the top European figure in the field of neurosurgical intraoperative ultrasound. Pendant ce temps, le Dr Bolognese est devenu le leader mondial d'experts dans le domaine du laser Doppler flowmetry appliqué à la neurochirurgie et le sommet européen figure dans le domaine de la neurochirurgie et l'échographie peropératoire. Upon the death of his former mentor, in 1992 he accepted the invitation of Dr. Thomas H. Milhorat to transfer his laser Doppler research to the United States and to be retrained under Dr. À la mort de son ancien mentor, en 1992, il a accepté l'invitation du Dr. Thomas H. Milhorat de transférer son laser Doppler de recherche aux États-Unis et de se recycler en vertu de Dr. Milhorat at SUNY Health Science Center at Brooklyn.1n addition to his US neurosurgical training, Dr. Bolognese became the first trainee of the Fellowship in the Surgical Management of Chiari I Malformation and Related Disorders under Dr. Milhorat. Milhorat au SUNY Health Science Center à Brooklyn.1n plus de sa formation américaine de neurochirurgie, le docteur de Bologne est devenue la première élève de la bourse dans la gestion de la chirurgie malformation de Chiari I et les troubles de M. Milhorat.



In August 2001, Dr. Bolognese joined Dr. Milhorat at the Departments of Neurosurgery at North Shore University Hospital and Long Island Jewish Medical Center and as Associate Director of the Chiari Institute. En août 2001, M. Bolognese joint au Dr. Milhorat les départements de neurochirurgie au North Shore University Hospital de Long Island et le Centre médical juif et en tant que directeur associé de l'Institut de Chiari.



Our Physicians Nos médecins

- Physicians & Staff - Médecins et personnel

- Thomas H. Milhorat, MD -

- Paolo A. Bolognese, MD -

- Rohit B. Verma, MD -

- Misao Nishikawa, MD -

- Roger W. Kula, MD -

- Sol N. Mora, MD -

- Amit M. Shelat, DO -

- L. - L. Thierry Remy, MD


Traductions démarrées en 11/2008 et en 06/2009 on est toujours sur ces textes...



Moëlle attachée occulte - premières traductions des travaux du Dr BOLOGNESE Paolo - U.S.A.



IL FAUT AVANCER !

et on avancera si l'on veut bien se pencher sur les travaux des différents spécialistes.





Un grand MERCI à Christian S. - ses enfants ainsi qu'à BERNARD ET MARY L. (ma famille) qui ont effectué ce travail de traduction, et auront ainsi contribué à une nouvelle approche du sujet :

études du Dr BOLOGNESE Paolo







Présentation de la vidéo du Dr Bolognese Paolo :



"Nous allons parler aujourd’hui d’un sujet chaud qui fait toujours débat : « le syndrome de la moelle attachée ».

Avant d’entrer dans les détails de la controverse entre l’interprétation classique de la moelle attachée et celle, plus récente de la moelle attachée occulte, nous devons nous référer à des connaissances anatomiques de base.



Nous débuterons en évoquant initialement, l’anatomie locale, afin d’élaborer ensemble une sorte de terminologie commune à laquelle nous ferons appel dans la conversation qui suivra.



le docteur Bolognese montre un croquis qu'il a esquissé.

Ce que nous avons ici est une très mauvaise représentation de la partie inférieure du "sac dural." Ce dernier contient un certain nombre de structures.



La première est la partie inférieure du cordon spinal ou moelle épinière, la partie inférieure de la dure-mère qui entoure l’extrémité.



Le coccyx sur lequel vient s’ancrer la dure-mère. Le liquide céphalo-rachidien entourant la moelle épinière, enfermé dans l’enveloppe extérieure : la dure-mère, enfin un certain nombre de fils qui partent des extrémités inférieures et latérales de la moelle.



Tout le monde sait que les racines nerveuses démarrent à intervalles réguliers des côtés de la moelle épinière ... Ils quittent le sac dural, entre les vertèbres et ils se ramifient puis se regroupent pour former les nerfs que nous reconnaissons tous, pour atteindre en aval leur destination finale.



Ici, nous avons tous les nerfs concernés atteignant leur destination finale, dans le bassin, les jambes, jusqu’aux pieds.



Sur ce tableau, figure un fil qui a été coloré à l’aide d’un marqueur de manière plus prononcé afin de le reconnaître plus rapidement et plus facilement.



Nous l'appelons le filum terminale.



Filum terminale est un mot latin.



Filum signifie «petite corde» et

« terminale » signifie « situé à la fin ».



De quoi s’agit-il ?

Il s'agit d'un dispositif d'ancrage qui attache et sécurise de façon souple, l‘extrémité inférieure de la moelle épinière, qu’on appelle cône, parce qu'elle ressemble à un cône, position haute du cône en direction du bas ou si vous préférez inversée, à la partie inférieure de la colonne vertébrale qui est le coccyx.



Par définition, il existe un décalage entre cette partie inférieure de la moelle épinière et la partie inférieure de la colonne vertébrale. Le filum terminale sert en quelque sorte de pont entre ces deux points ou ce fossé.



Le filum terminale n'est pas un nerf. C’est comme un élastique, C'est un morceau de tissu conjonctif ou tout simplement une petite corde.

Honnêtement, nous ne connaissons pas vraiment quel est le rôle de cet élément, la raison d'être, la fonction ou la destination de ce filum terminale.



Ce que nous constatons, c'est qu'il est là et nous savons que parfois, il peut nous causer des ennuis.



Comme je l'ai dit précédemment, ce n'est pas une structure nerveuse, il n’est fait que de tissu conjonctif.



C’est donc quelque chose de différent en termes de structures et d'anatomies, de tous les autres fils passant aux alentours...



Les autres fils sont des nerfs.



Ces autres fils sont blanchâtres, ils sont fragiles, ils peuvent suivre la pondération de la respiration, parce que chaque souffle transmet une impulsion au liquide céphalo-rachidien et ils se déplacent alors comme des feuilles en mouvement dans le vent.



D’autre part, les nerfs véhiculent l'électricité. C'est pour ça que ce sont des nerfs.



Le lien élastique (filum terminale) a des caractéristiques différentes, tout d'abord :



- couleur plus foncée parce que très souvent, elle intégre une veine ou une artère, mais la plupart du temps, c'est une veine qui la parcoure, par dessous.



Il se différencie par la variabilité de son diamètre et semble subir plus de tension que les nerfs qui l’avoisinent.



Le Filum terminale est moins sensible aux mouvements respiratoires, on convient que ce fil ne conduit pas l’électricité.



Ainsi, si nous nous vérifions avec une électrode et en touchant chacun de ces fils, sur chacun d’eux, on trouvera de l'électricité,



Maintenant, supposez que vous possédiez une barque, vous décidez de vous amarrer. Donc, vous jetez votre corde et votre ancre par la même occasion sur un endroit précis.



La corde relie bien votre barque à votre ancre. Supposons que la corde est trop petite ou que votre ancre est trop lourde, votre bateau ou barque risque d’avoir des difficultés , il risque d’être rempli d’eau, ou de connaître des inclinaisons préjudiciables à sa stabilité.



En poussant ce raisonnement, si la longueur de votre corde est nettement supérieure à la profondeur réelle du fond de l’eau, votre barque sera peut-être ancrée mais de quelle manière ?

(trop ou pas assez !)



un peu de réflexions serait bienvenue pour solutionner cette instabilité.



Il existe des théories sur le filum terminale –







Pourquoi le filum terminale est apparu dans l'anatomie.



L'une des théories soutient que c’est probablement, cette structure qui serait capable de synchroniser la relativité entre la croissance de la moelle épinière et la colonne vertébrale.



D’où l’hypothèse, qu’au terme de toute gestation, lorsque vous sortez du ventre de votre mère, vous n'auriez pas la colonne vertébrale jusqu’au bas du dos et que la moelle épinière s’achèveraient ....au centre du cou.




Ce que nous savons (cf colloque), c’est que, si, pour une raison quelconque, et dès l’apparition de certains problèmes, particulièrement dès l’enfance, le filum terminale peut être traité chirurgicalement très rapidement et sans aucun souci majeur à craindre.



Paradoxalement, si vous deviez retirez une partie du cerveau à une personne, vous devez systématiquement vous attendre à des anomalies déficitaires pour le bon fonctionnement de son corps.



Dans le cas du Filum Terminale, vous pouvez sectionner une partie conséquente, la proposer à votre chat, vous serez agréablement surpris de ne pas rencontrer de problème. (métaphore...)



Il va de soi, que si vous coupez le filum d’une personne sans problème particulier de moelle etc.. cela n’occasionnera également aucun handicap.



Par conséquent, et vu de ces éléments fondamentaux, nous allons tenter de définir les concepts de la moelle attachée :



Le filum terminale se comporte comme un fil, et il intègre par la même occasion des aléas :

soit il peut être trop épais, soit trop tendu.....



Créant une tension de la moelle épinière vers le bas.



Maintenant, rappelez-vous, il existe un décalage entre la fin de la moelle épinière et la fin de la colonne vertébrale : précisément le coccyx.



La réponse scientifique, pourrait être que ces deux structures auraient des vitesses de croissance différentes, tout au long de la vie



Dès la naissance ou chez le nouveau-né, ces deux structures sont similaires.



Cependant, lorsque vous continuez à grandir, la colonne vertébrale se développe plus rapidement que la moelle épinière et le filum terminale, matérialisé par ce lien élastique aurait tendance à se relâcher pour que la croissance de l'un ne perturbe pas la croissance de l'autre.



Dans les faits, si vous observiez cette image en mode accéléré, (exemple prenez des photos de vous régulièrement tous les 6 ou 7 mois, et effectuez un montage pour réaliser un vieillissement personnalisé)



Donc, pour le cas d’études, si vous preniez une photo tous les six mois, vous constateriez que la moelle épinière s’accroit plus rapidement.



En fait, les deux interagissent de pair et se déplacent vers le bas pendant votre croissance.



Mais si vous choisissez un autre point de référence, par exemple l’espace entre le coccyx et le début du cône médullaire et si vous considérez que le coccyx est immobile.



Vous conviendrez alors que la moelle épinière est en mouvement relatif vers le haut.



Qu'advient-il si le filum terminale est trop épais ?



Au fur et à mesure de la croissance de la colonne vertébrale, la moelle épinière est tirée vers le bas



C’est comme…Vous savez, quand vous faites de la plongée, et que vous êtes surchargé par un poids très lourd et qui vous entraîne vers le bas.

Ainsi, au tout début il va se produire une légère traction...



Progressivement, il va y avoir des altérations anatomiques dans les fonctions … les structures, le cône commencent à devenir un peu plus étiré, un peu plus sous tension, puis s’étirera vers le bas.



Et puis finalement, ce qui se passe, c'est que cette partie de la moelle épinière, le cône, commence à dire :



"Aie", et quand cela se produira, vous rencontrerez un certain nombre de problèmes.









Le premier de ces problèmes : votre vessie.



Votre vessie connaitra des dysfonctionnements.



Nous en parlerons ultérieurement.



Le deuxième problème : vos intestins.



L'intestin connaitra des dysfonctionnements



Ensuite, problème de dos :



vous découvrez la lombalgie.



Quatrièmement : problème aux membres inférieurs ;



Engourdissements, picotements, difficulté de coordination, et consécutivement, diminution résistances etc….



La progression est évolutive pendant toute la croissance.



Le déplacement vers le bas de la partie inférieure de la moelle épinière est en cours.



Pour que certaines conditions anatomiques et physiologiques s'appliquent. Il faut qu’il y ait un tissu conjonctif normal dans ce fil.



Maintenant, toutes les personnes concernées présentant le syndrome d’Ehler-Danlos (voir sur internet : relations avec problème de cicatrisation, peau, vergetures...)



Combien vont comprendre qu'ils n'ont pas vraiment que cela !

Et qu'ils n'ont pas un tissu conjonctif normal.



Donc, nous devrons donc nous souvenir de cette population spéciale pour y revenir plus tard dans les différentes parties de cette discussion.



Maintenant, le point final de tout cela, c’est la maladie qu’on appelle "moelle attachée".

Ainsi, la " tension exercée vers le bas" par le filum terminale? épingle au final, la moelle vers le bas, en créant un effet supplémentaire d’ancrage.



La moelle épinière est ainsi déplacée vers le bas, elle est sous tension.

Cette partie commence à dire "aie aie aie" – et est en partie localisée vers le cône médullaire. (à vérifier il montre position vers le filum terminale)



En réalité, c’est l'ensemble de la moelle épinière qui subit l’effet de la tension qui la tire vers le bas.



L’intensité diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne du point d'application.



Exemple: si je tire ma joue droite avec ma main droite –

ou de manière identique si j’avais été hameçonné ?

comme dans le film " Something about Mary", sur cette partie de mon visage et je tire ici, toute la peau de mon visage va se déplacer, mais c’est seulement la partie bien accrochée qui subira la traction.



On en convient que la traction vers le bas affecte l'ensemble de la moelle épinière, mais va être maximale ici (cône médullaire ou cône terminal).



Nous allons maintenant parler un peu des symptômes et signes que ces affections peuvent engendrer.



Le premier, avant tout, pour ce qui nous concerne est la vessie.



Tous les nerfs allant de la moelle épinière à la vessie, et de la vessie à la moelle épinière passent par ce nœud de circulation :



c'est-à-dire le cône qui est la structure dont j'ai parlé auparavant, qui recueille l’essentiel du stress dû à une surtension du filum terminale, dans le cadre du processus de moelle attachée.



Maintenant, dès le tout début, les problèmes de vessie sont par nature bien tolérés ou, mieux, bien gérés par le patient.



OK bien. poursuivons !



Au début, vous êtes censé aller six fois par jour aux toilettes.



Une fois que le problème démarre, un des tableaux les plus courants sera l’augmentation de la fréquence.



Ca veut dire OK



…au lieu d’aller six fois par jour, vous y allez maintenant neuf fois.



OK…la bonne affaire ! Vous n’avez toujours pas de quoi vous exclamez là dessus.



Enfin, alors que le temps s’écoule (les années) et que vous commencez à grandir ou à atteindre l’âge adulte et que tout devrait s’équilibrer, vous aurez alors tendance à aller uriner quinze fois par jour. Aussi, toutes les heures vous vous excuserez,



Vous imaginerez je suppose, une sorte d’excuses confuses, typiquement sociales, du style habituel, rituel ?… et vous continuerez à aller régulièrement aux toilettes.



A présent, rien ne semblera anormal dans votre raisonnement personnel,



il y a un petit peu de…



vous savez probablement : votre modestie ou vos craintes....



Tout le monde est du genre à ne pas faire grand cas de tout cela,

Rien de surprenant …d'être embarrassé de parler de ce sujet..



ainsi, très souvent, cet état sera un point de départ de tout ce que l’on pourrait abordé ultérieurement.



Et puis, au fur et à mesure que cet état progressera, vous commencerez à connaître des épisodes nocturnes, ce qui signifie que vous devrez vous lever, de votre lit en pleine nuit, réveillé par votre vessie qui vous dira :



"eh, il faut que j’aille",



et vous y allez.



Et puis vous commencerez à présenter des problèmes appelés



« urgence », ce qui veut dire que



Habituellement, vous aviez un léger avertissement de votre vessie lorsque vous deviez aller aux toilettes, et maintenant vous devez y aller très rapidement.



Les personnes ayant une moelle attachée, présentent de façon permanente des urgences très fréquentes.



Et ces personnes disposent d’un temps très court entre le moment où elles sentent qu’elles doivent se rendre aux toilettes et le moment où elles doivent y être.



Pour couronner le tout, autre façon d’expliquer votre propre ressenti, vous devez être à votre humble avis, incontinent.



Il existe 2 types d'incontinence urinaire.



La première est dite incontinence par hyperactivité vésicale et l’autre est dite miction automatique par regorgement.



L'hyperactivité est simple à comprendre, la vessie est nerveuse, instable et elle s'étire.



La vessie est une grosse bulle évidée intérieurement et constituée de muscles.



Ces muscles peuvent devenir soit hypo actifs, c’est à dire paresseux soit hyper actifs, et dans ce cas, ils se contractent.



Si c’est ce qui se passe.



Vous constaterez que vous ne pourrez plus vous contrôler.



En sens inverse, si la vessie est paresseuse, elle peut aisément s’étirer, s’étirer, s’étirer..., et accueillir un litre et demi, deux litres et plus d'urine, elle devient une grande vessie dans la partie inférieure de votre bassin et finalement, un peu d'urine finit par échapper régulièrement.



Ainsi, d’un côté, vous avez les conditions physiques de rétention, et d’un autre, les conditions où vous ne pouvez pas vous retenir, et même si vous le vouliez.



Maintenant, le problème avec la vessie, c'est qu'elle dispose de deux entrées et une sortie, et le trafic en général va dans ce sens.

(il montre sur son croquis)



Il vient du rein, et il va à la vessie,



excusez-moi ! il va à l’urètre.



L’urètre est le tube conduisant à la sortie.



Là où il va gérer selon qu’on soit un garçon ou une fille.



Et voici la vessie.

La vessie, nous l’avons dit précédemment, c'est un muscle.



De manière générale, l'urine provient du rein, elle se déverse en permanence et s'accumule dans la vessie, et, après un certain temps, quand se présente un besoin physique, anatomique ou physiologique de sortir, vous allez à la salle de bains (toilettes), et vous l’évacuez.



Donc vous manifestez une action et la vessie évacue.



Et généralement quand vous vous contractez, puisque la vessie entière se contracte, cette porte s'ouvre et ces 2 portes se ferment, ces 2 portes-là se ferment.



On évite ainsi un problème que n’importe qui peut avoir … celui du reflux. Lorsqu’il y a reflux, l'urine va alors en sens inverse de la bonne direction et, allant à contre-courant, elle va à l'intérieur des reins.



Maintenant, quand cela se produit, et qu’elle va dans les reins, à travers le tube appelé uretère, dont la particularité est d’être à sens unique.



La vessie ne fait pas de distinction avec ces dispositifs de collecte que sont les reins et cela peut créer un désordre appelé : Hydro néphrose.



Puisque vous êtes des patients qui relèvent de la neurochirurgie, l’hydro néphrose agit, à l’intérieur de vos reins, comme le ferait une hydrocéphalie ; au lieu d’y avoir une accumulation normale, par vos reins, vous allez avoir de l’urine s’accumulant à cause du mauvais fonctionnement de votre vessie.



Toutefois, on peut retrouver tous ces problèmes dans un certain nombre de maladies affectant cette zone.

Les problèmes les plus courants sont les atteintes traumatiques de la moelle épinière et les scléroses en plaque.



La plupart d’entre vous, êtes de sexe féminin.



La plupart d’entre vous avez entre 25 et 45 ans, en quelque sorte, le même profil de personnes avec malformation de Chiari de type 1, etc....



Aujourd’hui, la plupart des neurochirurgiens et neurologues extérieurs identifient rapidement ces troubles caractéristiques affectant la moelle attachée parmi une catégorie de patients dans secteur pédiatrique. Par contre, ils sont moins aptes à identifier ce même type de trouble chez des patients adultes, et puis vont s’ajouter d'autres critères radiologiques dont nous aborderons ultérieurement et qui génèrent aussi, les difficultés de diagnosticS.



Ainsi, chaque problème de la vessie se résume pour cette maladie à un réflexe important. ...



Maintenant le problème est que ... beaucoup d'entre vous sont des femmes, beaucoup d'entre vous ont accouché d’un bébé, de deux bébés, de trois enfants … ou plus quoiqu’il en soit, et après avoir accouché d’un bébé il y a un état que l'on appelle le prolapsus pelvien ou prolapsus utérin, ou encore prolapsus de la vessie.



Théoriquement, le contexte anatomique est typique : relâchement, descente des structures anatomiques, affaissement etc.



Vous conviendrez et vous me direz bien sûr que tout ceci n’a rien à voir avec la moelle attachée, ce n’est pas une maladie neurologique, c’est la conséquence de votre corps ou tissu qui devient mou.



Et ceci pourra aussi entraîner des problèmes vésicaux et intestinaux.



Aussi, avant de soupçonner (penser à) votre moelle épinière, si vous avez eu plus d’un enfant, et que vous êtes du genre distendu dans cette zone, vous aurez également peut-être consulté un spécialiste qui pourra être votre gynéco ou votre urologue afin d'écarter chez vous un état de prolapsus pelvien.



L’intestin



La plupart d’entre vous, pourraient être des gars, à cause des pré médications ou à cause d’autres problèmes, vous vous plaignez d’être constipés.



Un des aspects habituels de la moelle attachée est la constipation, toutefois de nos jours, avec tous ces aliments sans valeur nutritive qui nous entourent, tout le monde est constipé.



Ce n’est donc pas une des choses à retenir



et, oh Bon Dieu, parce que vous allez faire «caca» tous les quatre jours, c’est une moelle attachée !



Vous vous arrêterez seulement sur cette hypothèse après avoir écarté un tas d’autres probabilités.



Cet élément sera donc examiné dans le contexte de tout le reste.



La lombalgie



Du à une moelle attachée peut se confondre avec des lombalgies liées à d’autres maladies qui peuvent vous affecter avec l’âge.



Par exemple : hernie discale.

Une hernie discale peut provoquer une lombalgie avant d’entraîner une sciatique.



Vous pouvez également avoir de mauvaises articulations, ça vous donne mal au dos. Une tumeur, cela peut aussi vous donner mal au dos.



Vous pouvez également avoir un muscle en mauvais état à cause d’une entorse ou autre…



lombalgie !



Vous êtes peut-être bien enveloppé, obèse....



Trop de poids sur votre colonne lombaire : mal de dos !



Encore une fois donc, tout ceci doit être examiné de manière plus contextuelle.



Maintenant, les membres inférieurs.



La présentation concernant les membres inférieurs diffère de beaucoup d’autres maladies familières, comme par exemple l’hernie discale.



Dans le cas de la hernie discale, la douleur habituellement descend de la jambe et va dans un endroit précis de votre pied. Ici, vous avez une jambe qui s'est engourdie et en particulier sous toute la plante de votre pied.



Vous pouvez aussi avoir ce que nous appelons des engourdissements pelviens, ce qui signifie que votre espace intime ne se porte pas très bien.



Vous pouvez rencontrer des répercussions à travers votre vie sexuelle.



Donc, une fois établi que vous présentez un regroupement d'indicateurs types, que l’histologie (ou histoire) de ces éléments s’aggravera et à chaque fois que vous aurez une poussée de croissance, (au cours de l'adolescence), contribueront à vous informer que vous aurez de fortes suspicions cliniques d’être porteur d’une moelle attachée.







Et maintenant vient le moment où nous devons définir quand le diagnostic de moelle attachée doit être fait ou ne pas être fait de manière traditionnelle.



Le mot que j'utilise est : TRADITIONELLE MENT, parce que maintenant il y a une nouvelle idée et vous comprendrez à la fin de ce prochain paragraphe.



Maintenant, comme je l'ai déjà dit auparavant, le problème des moelles attachées viendrait de ce lien élastique qui est relié au coccyx, tirant et déplaçant vers le bas la partie inférieure de la moelle épinière.



Maintenant, de combien peut on qualifier le déplacement ?



Son déplacement est d'un millimètre, nous l'appelons bien déplacement ,



son déplacement est de deux pieds et demi, nous l'appelons toujours déplacement ?



Alors, il y a quelques temps, un bon nombre de docteurs se sont réunis et ont alors défini la ligne «Mason-Dixon", la frontière Texas- Mexique au-delà de laquelle vous aurez des problèmes si vous la dépassez,

c’est la limite entre le deuxième et le troisième vertèbre lombaire (L2,L3).



Bien, chacun peut voir cela…Pourquoi ?

Parce que l'on voit la moelle épinière généralement ici au niveau de la 12ème (dorsale) ou jusqu'à et incluant le milieu de la première (lombaire).

C'est bien, ce que l'on voit dans la plupart des moelles épinières normales.

Ainsi si vous voyez quelque chose qui est étiré largement en direction du bas ici, vous savez, chacune de toutes ces vertèbres est grande comme ça…



Vous comprenez, alors, que vous êtes loin de la norme retenue.



OK, d'autre part, vous prenez une centaine de personnes chez lesquelles la moelle épinière est très décalée, et à peu près, chez 100 % d’entre eux, vous constaterez que le diagnostic est positif.



Donc ce critère serait valable lorsque vous dépassez la ligne.



Cela veut dire que ces personnes sont des vrais positifs.



Cela veut dire que non seulement ils ont satisfait ce test ;

ce test est toujours la représentation de la réalité, n’oubliez pas cela, il s’agit d’un moyen pour arriver à ses fins, mais n’en faisons pas un but en soit, ce n’est qu’un test.



L’avantage du test est donc de vous dire le test est positif,

le test est négatif.



Maintenant, il y a quelque chose appelé



« vrai positif »,



« faux positif »,



« vrai négatif »,



« faux négatifs »



Qu’est-ce que ça signifie ?



Ces notions m’indiquent, je veux dire le « vrai positif » signifie que le test me dit :



« il est positif, et la réalité était réellement positive » ;



donc, ce patient doit être diagnostiqué, et bénéficier d’une opération du filum terminale.



L’opération est une solution à son problème.



Le gros problème ici , qui a été le sujet de la controverse au cours de cette dernière année, c’est que il n’y a pas cent pour cent des personnes au-dessus de cette ligne qui sont vraiment négatifs, ce n'est donc, pas vrai.



Cela signifie qu'il existe un nombre non connu de la population, nous ne savons pas combien ... leur moelle épinière décalée se termine au nord de cette ligne Mason-Dixon, et pourtant ils sont porteurs de la maladie, ils présentent les symptômes, ils ont toutes les options qui seraient admises pour cette maladie, ils pourraient même bénéficier pour beaucoup d’une chirurgie, mais ils sont tous privés de ce diagnostic parce que ce test ne correspond pas.



Alors, qu’est-ce que vous dites à ces malades ?



Vous leur dites ce n’est pas cette maladie que vous avez.

Pourtant, cela a une implication médico-légale, la réalité statistique serait que ces patients sont des « faux négatifs ».

Et nous ne savons pas combien ils sont.



Comprenez-vous ?

C’est comme si vous étiez accusés à tort, d’un crime.

Vous savez comme : Je l'ai fait ! ou je ne l'ai pas fait !



Vous savez, comme dans l’épisode :



« je n'ai pas tué Nicole, je suis accusé à tort » signé (O.J. Simpson).



Non, vraiment, c’est une blague humoristique.



Mais dans ce cas, ils apparaissent vraiment

comme des « faux négatifs ».



Alors, ce qui se passe, c'est que, de nombreux médecins à travers le pays et depuis peu, sont en train (en cours) d'élaborer différentes stratégies, afin d'identifier les



« faux négatifs ».



Ainsi, afin d'identifier ce groupe "écarté.

D'intégrer, ces personnes qui seront des "laissés pour compte», exlus, ou hors jeu, ou oublié au froid...



Ces médecins se sont prononcés pour le nom : moelle attachée occulte



certes, peu être, mal référencé, de moelle attachée occulte !



Syndrome de la moelle attachée.

Occulte : occulte est un terme déplaisant, il augure des pensées telles que… sorcières, (pièges), magie noire.



La réalité, c’est qu’on aurait pu le nommer de bien d’autre façons ; mais la réalité, c’est aussi qu’il y a des personnes affectées d’une moelle attachée qui pourraient, quand même, tirer profit de ce diagnostic correct, approprié et par la même occasion de cette thérapie mais qui sont mis hors jeu par rapport à la ligne traditionnelle de référence.



Ainsi, depuis ce sont quelques-unes, des stratégies que les médecins pourront utiliser afin de faire un diagnostic de syndrome de moelle attachée occulte.



Pourquoi alors avons-nous besoin de tests ?

Parce que dans le cas contraire, il n’y aura pas de réglementations du tout.



En disant que la vielle méthode traditionnelle n'est pas aussi exacte, et en se fixant comme mission de sauver les personnes qui sont des « faux négatif s » ou faussement accusés d'être normaux, alors qu’ils ont une moelle attachée, cela ne signifie pas que vous devez opérer de la moelle attachée tous les gens qui passent la porte de votre bureau, y compris le livreur de pizza !!!



Cela signifie que si ce critère n'est pas suffisant, vous devez en trouver davantage.

Trouver un moyen plus fin comme on le ferait en prenant par exemple, une autre paire de lunettes, pour mieux sonder le problème des gens qui ont bien l’extrémité de leur moelle épinière au nord de la ligne Mason-Dixon .



Autres différentes stratégies :



- L’IRM sur bascule



- L’IRM de flux



- Spécial T.C.I.



IRM sur bascule :



Facile à comprendre



Vous savez qu’il y a l'extrémité inférieure de la moelle épinière, et la structure élastique.

OK bien.



Nous savons que la moelle épinière est faite de chair, et qu'elle est à l'intérieur d'un tube.



Il va donc y avoir une prédisposition à un mouvement qui devrait se manifester précisément autour du liquide céphalo-rachidien, que l’on constatera en position horizontale dorsale. Ainsi, la moelle épinière aura tendance à aller vers le bas.



En position couchée, sur le ventre, une fois encore par gravité, la moelle va commencer à descendre.



Voilà, simple non ?

C’est comme, si vous vous aviez une cerise dans une bouteille de liqueur, vous savez ces fruits dans les liqueurs. Si vous renversez la bouteille, les cerises vont vers le bas.



Facile !

À condition que tout ceci soit relâché!



Ainsi, si ce n’est pas le cas et que vous avez malgré tout, une moelle attachée, vous remarquerez que la moelle épinière restera en haut, défiant la gravité, cela matérialisera un blocage en partie supérieure, principalement dans la partie postérieure de la position ventrale. .



Rappelez-vous !



Vous retournez, le patient, comme « une crêpe ».

Donc, si ceci est la partie postérieure, et ceci la partie supérieure quand elle est en position ventrale, elle s‘inverse.



Ainsi, le résultat c’est, que si vous avez ainsi un effet de rigidité manifeste, et qui se maintient bien dans sa position initiale.



Et donc, si vous inversez, et malgré l’effet de gravité attendu, il ne produit aucun mouvement. Vous pourrez avoir des informations.



Certains médecins utilisent ce procédé. Le Dr. Flemish de Chicago, je sais de source sûre qu’il l’a pratiqué à plusieurs reprises…



Voyons le suivant.



Le suivant est l’I.R.M. de Flux de la colonne vertébrale.

Le concept est le suivant :

On a observé que les personnes ayant un filum terminale normal auraient leur moelle épinière qui bougerait longitudinalement avec les nerfs, notamment pendant leur respiration ; et dans ce cas, cela se comporte comme une sorte de ventilation ambiante, produite par un ventilateur... un ventilateur de plafond, semblable à ceux qu’on voit dans les vieux films romantiques, ou encore d'une autre manière similaire... pensez à la queue d’un poisson, vous saisissez (imaginez), un poisson remuant sa queue pour évacuer l’eau.



Il est évident que si vous êtes en présence d’un phénomène de tension.



(Il montre la représentation du filum horizontal) Elle sera raide comme une corde de violon, je pense qu'il ne pourrait pas y avoir de mouvement de cette partie.



Par conséquent, il est normal de constater que le liquide ambiant demeure stable.



Alors certaines personnes déduiront : Mon Dieu !



On pourrait donc faire une I.R.M. de flux.



Nous faisons une I.R.M. de flux à ce niveau (il montre ses cervicales), nous pouvons en faire une d’ici (il montre ses lombaires), et on peut voir si elles montrent des traces de flux à cet endroit.



Si nous avons une bonne circulation dans une position normale de la moelle, à ce moment, nous allons avoir plus d'éléments pour dire que le patient est normal.

Si la moelle se termine au nord de la ligne Mason-Dixon, et que vous n'avez pas visualisé de flux, vous allez dire :

" oh !, ici, ça pourrait être un cordon avec un syndrome de moelle attachée occulte."



Maintenant, le problème est purement technique... comme beaucoup d'entre vous le savent pour avoir testé une centaine d'appareils d'I.R.M. dans de nombreux différents Etats, vous savez par expérience que l'I.R.M. de flux restera une technique hasardeuse.



Il faut que la machine soit dans un bon jour, le technicien dans un bon jour, le radiologue dans un bon jour, et il faut également espérer un entourage astral favorable pour escompter un examen parfait.



Au niveau de la charnière cranio-cervicale, cela semble facile.



Cependant, il est plus hasardeux de visualiser une colonne vertébrale dans son intégralité, et les vérifications plus difficiles car il y a de nombreuses interférences issues d’impulsions et structures avoisinantes etc…



Au final, l’I.R.M. de flux de la colonne vertébrale lombaire demeure trop sophistiquée, difficile à préconiser.... pour atteindre le diagnostic..



Pour illustrer, imaginez que vous tentiez de régler vos images sur votre poste de télévision, vous captez d’autres chaines plus nettes.



Il serait compréhensible que vous renonciez aux réglages et que vous vous contentiez des chaines interceptées.



Le T.C.I. spécial c’est notre approche personnalisée.



Pourquoi cette approche ?



Parce que nous avons examiné plusieurs centaines de personnes avec une moelle attachée occulte.




Pourquoi ?



Souvenez vous de l'histoire de la ligne de Mason-Dixon ?



Remémorez vous, il y a la moelle épinière qui en raison d’ un filum terminale tendu ne peut être entraînée vers le bas bien qu’elle soit toujours sous tension.

Nous avons donc pratiqué une opération sur ces personnes et nous avons remarqué quelque chose d’étonnant …



Le filum terminale était très mince. Beaucoup, beaucoup plus mince que la normale. Et puis, nous avons pensé que mais oui !!,



le filum terminale est fait de tissu conjonctif.



Ces patients ...



La plupart d'entre eux étaient des personnes ayant le syndrome d’Elhers-Danlos !.



Ils ont donc un mauvais tissu conjonctif,



c’est comme s’ils avaient vraiment un élastique. Si vous avez un élastique, vous le tirez, tirez, tirez, il devient très fin, comme un fin spaghetti.



Ainsi, quelque chose d’aussi déficient pourrait-il encore exercer une tension ?

mais ne pourrait probablement pas tirer vers le bas la structure relativement importante que constitue la partie inférieure de la moelle.



Alors, on s’est dit : OK,



il y a une tension, mais le décalage a raté parce que l’élastique est inapproprié.







En conséquence, comme nous avions un groupe de patients volontaires et confiants en nos méthodes et recherches. Nous avions ainsi pu mener une multitude d examens confirmant cette probabilité.



Ainsi, nous avons observé sur une centaine de personnes, ce phénomène.



Et si on se base d’après les résultats de « I.R.M. sur bascule », fréquemment, on obtenait des résultats incorrects et l’on parvenait systématiquement à « des faux négatifs unanimes »

Les I.R.M. de flux de la colonne vertébrale lombaire ?



abandonnez, car vous ne pourrez pas obtenir un résultat garanti.



vous ne pouvez pas également escompter de résultats sur des manipulations intensives car trop d’improbabilité de résultat.



Nous avons donc développé le T.C.I. spécial (Test Chiari Institute) qui est une combinaison de plusieurs éléments :



1- De données cliniques. Souvenez-vous de tous les signes et les symptômes que j'ai décris auparavant ?



- Ainsi, nous avons demandé aux patients de compléter un questionnaire :



- Du style : avez-vous cela ? ... Il s'agit d'une liste de cases à cocher, beaucoup d'entres vous l’ont déjà vue !



2 –De données radiologiques : nous consignons tous les éléments intéressants après chaque intervention opératoire et nous constituons ainsi des bases de données après chaque intervention. Parfois, nous découvrons que le patient n’a pas de particularités eu égard à la fameuse ligne Mason-Dixon.



- Certes, pas de constat possible sur ce repère, cependant, des particularités résideront pour chaque individu, nous l’identifions, le consignons et l’utilisons ultérieurement.





3 - Le point suivant est "le test de stimulation".



- Le « test de stimulation " que voulons nous dire ?



- Et bien : par exemple, « que se passe-t-il si nous tirons sur l'élastique par en dessous ?? »



Allons nous aggraver ce phénomène ?

et inversement que se passe t-il si on le détend un peu ?

allons nous l’améliorer ?



Si l’action de tirer davantage sur ce filum accentue les symptômes issus de cette pathologie alors il est probable qu’en revanche, on obtient une amélioration quand on le relâcherait ?

et serons nous certain de cette approche ?



- Enfin !

nouveau critère inconnu par l’ensemble du groupe excepté les personnes coutumières aux présentes études.



- Ce sont les morpho métrics.



- Les Morpho metrics sont des nouvelles mesures de l'effet de la moelle attachée identifiées par notre nouveau collègue, le Dr Michikago.



- Dr. Michikago est un ancien professeur de l'Université d'Osaka, qui a été embauché par l'Institut Chiari ...



- C'est la tendance actuelle.



- Vous savez les Yankees et d'autres équipes de base ball embauchent actuellement des japonais, les neurochirurgiens aussi !



Nous avons donc un système de score.



et si vous terminez de marquer le dernier point de toutes ces choses, au final, vous obtiendrez une preuve objective en faveur de ce syndrome.





Maintenant de quoi sont faits ces tests de stimulations ?



Ce sont les mêmes tests de stimulations qu’utilisent tous les neurochirurgiens.



A ce propos, lorsque vous marchez sur vos talons sur quelques mètres ou plus : 10, 15 mètres, (voir longueur à confirmer) comme vous voudrez… Ce que vous faites sur le plan physiologique, c’est tirer la partie supérieure de cette extrémité (il la désigne sur son schéma),

et vous étirez de la même façon, voir plus fort, la partie inférieure de votre cordon médullaire.



Ainsi, lorsque cela se produit, certains enfants ou adultes peuvent présenter des problèmes de vessie, des sensations d’« envies pressantes», sensation de vessie pleine, douleurs du bas du dos, douleur des membres inférieurs, ils ont "des gaz", parfois, ils vont même, jusqu’à rester avec la grosse commission dans leur caleçon. Voila, toutes les choses auxquelles on peut s’attendre.



Inversement, si lors de ces moments de détresse, vous leur dites

O.K :



Marchez maintenant sur la pointe des pieds, s’il s’avère que toutes ces manifestations disparaissent simplement par le fait de marcher sur la pointe des pieds, ça veut dire qu’il y aurait bien un phénomène. Une action qui favoriserait le départ du « stress » (ou tension)



Marcher sur la pointe des pieds est la position privilégiée des enfants possédant un attachement sévère de la moelle.



Autre particularité, détestée par les enfants et adultes présentant une moelle attachée, c’est celle de monter des escaliers.




Autre caractéristique, ils ont horreur ;

qu’on leurs tirent les jambes.





Ce sont ces critères que nous pourrions retenir.



D’un point de vue scientifique, il existe toujours ce débat autour de la moelle attachée occulte, en neurochirurgie. Il y a eu des articles, comme celui de l’an passé, dans une revue importante de neurochirurgie : le « Journal of Neurosurgeon » du moi de mai 2008.



Il y avait divers articles de différents groupes, les « pour et les contres » : « Ils y croient », « Je n’y crois pas »…Tout est basé sur une faible expérience… sur un petit nombre de patients.



Finalement, le dénominateur commun de toutes ces remarques c’est que :



OK, nous devions approfondir la recherche en conservant un esprit d’ouverture.



Nous avons donc chercher à détailler.



Ainsi, l’année dernière, nous avons opéré plus de 250 patients présentant ce problème avec les résultats que vous connaissez si vous me suivez bien.



Ainsi, le syndrome de la moelle attachée occulte est quelque chose de réel. C’est quelque chose qui est fréquemment associé à des patients ayant une malformation de Chiari 1.



Evidemment, ces chiffres, nos chiffres ne peuvent réellement s’appliquer à une population type, parce que nous avons tendance à récupérer les cas extrême du pays et nous avons tendance à recueillir les personnes ayant des affections associées venant vers nous plus souvent que vers d’autres … nos concurrents et collègues.



Mais, néanmoins, nous avons une évaluation statistique "grosso modo" qui montre que l’association entre la Malformation de Chiari et la moelle attachée occulte chez beaucoup de personnes est comprise entre 12 et 18 %, probablement 12 %.



Nous avons encore besoin de quelques années pour confirmer la fiabilité de ces études, et avant que la communauté des neurochirurgiens et neurologues acceptent ces idées dans leur globalité, les années s’écouleront.



Malgré, ce débat qui n’en finit pas, on doit bien admettre que beaucoup d’entre vous ont été aidé par ce procédé.



De même, il est plus difficile de poser un diagnostic suivant l’âge du patient. Comme abordé précédemment, la grande majorité des neurochirurgiens et neurologues perçoivent ou l'identifient plus facilement chez l’enfant notamment en période de croissance.



La question est :

combien de temps peut-on tolérer cette situation limite chez un adulte ?



Car très rapidement,



c’est comme si vous votre belle mère emménageait chez vous, vous faites face au début, cependant insidieusement elle continue à vous ennuyer, aussi vous prenez sur vous, un mois, deux mois, trois mois, et puis finalement, au bout d’un moment vous explosez.



C’est la même chose pour la moelle attachée chez l’adulte, si elle n’est pas suffisamment prononcée, de sorte qu’elle apporte des problèmes rapidement dès l’enfance, elle le fera à l’âge adulte et vous êtes accroché à un fil qui tirera en permanence encore et encore. Cela finira par vous faire atteindre le point de rupture.



On peut avoir un début de ces symptômes seulement à l’âge adulte



En gardant cela à l’esprit, vous comprendrez pourquoi des adultes se présentent à des neurologues ou des neurochirurgiens à l’âge adulte, sans avoir été diagnostiqués préalablement, parce que cela ne leur paraissaient pas évident.



Ainsi maintenant, vous aurez une meilleure approche de ce problème et vous serez, je l’espère mieux en mesure de traiter les informations reçues de vos médecins



Merci de votre attention

Dr. Bolognèse Paolo



premières notes de 11/2008 - rajout 02/2009 et toujours des modifications en cours.









Réflexions personnelles à mener par chaque personne concernée





Peut être qu'il est temps de comprendre qu'il est temps de couper et dès que possible ce fil tendu ! si vous êtes concernés bien sûr.



qu'il n'y a aucun risque (quand il est fait par un professionnel expérimenté)





on anticipe bien pour d'autres pathologies ?

Pourquoi le chiari - syringomyelie doit-il attendre que les symptômes soient irréversibles ?

cela ne vous fait-il pas penser à une appendicite ?

doit-on attendre la péritonite ?



Alors une section du filum terminale ?

ou une belle mère pour la vie ?



Dr BOLOGNESE Paolo : j'accepte la belle-mère

mais chiari !!! non - chiari OUT !

Et je referai bien l'opération du FILUM TERMINALE sans aucune hésitation



Merci pour vos études ainsi que celles des Dr ROYO, Dr ORO (et Dr MILHORAT bien sûr)



N'est-il est préférable de tenter quelque chose plutôt que de laisser notre corps mourir (souffrir) un peu plus chaque jour.















Et le rêve : c'est qu'un jour cette opération du filum terminale soit possible et soit accessible à tous ceux concernés par ce type d'intervention et qui rempliront ces critères.


bien cordialement

estelle L. /BAMBINA71



02/2009

Notes relatives à la vidéo du Dr BOLAGNESE Notes on the video of Dr. BOLAGNESE

Approche intéressante – plusieurs hypothèses – explications de l’utilisation du terme occulte. Interesting approach - several theories - explanations of the use of the word occult.

Comme sur le colloque du Dr ROYO – il explique le rôle du filum – As the symposium Dr. ROYO - it explains the role of filum --

Plusieurs critères – on voit bien que le neurochirurgien a compris la difficulté de diagnostic – il conclue toutefois qu’il faut encore de nombreuses années avant que la communauté médicale se décide à adopter ces hypothèses. Several criteria - it is clear that the neurosurgeon understands the difficulty of diagnosis - he concluded that it is still many years before the medical community decides to adopt these assumptions.

Il manque les autres symptômes neurologiques que l’on retrouve de part et d’autres dans tous les cas typiques : It lacks other neurological symptoms that are found on both sides in all typical cases:

Œil, difficultés de vision, de compréhension etc… Eye, vision problems, understanding etc ...

Problèmes ingurgitation Problems swallowing

Problèmes nauséeux Problems nauseous

Problèmes menstruels Menstrual Problems

Dysfonctionnement respiratoires etc.. Respiratory dysfunction etc. ..

Tout cela figure t-il dans le questionnaire ? All this is contained there in the questionnaire?

Quel argument scientifique incontournable vous manque t-il ? What scientific argument incontournable t you miss it? pour apporter la preuve to prove

incontestable de cette présence de moelle attachée occulte…liens avec chiari doubt of the presence of occult spinal attached ... links with chiari

mais lequel ? but which one? TYPE 1 ou l’ensemble... TYPE 1 or all ... quel questionnaire est élaboré pour les patients ? What is the questionnaire developed for patients?

base des textes de la vidéo du Dr Bolognese : basic texts of the video of Dr. Bolognese:

Nous allons parler aujourd’hui d’un sujet chaud qui fait toujours débat : « le syndrome de la moelle attachée ». We will speak of a subject which is still hot debate: "syndrome of the spinal cord attached. Avant d’entrer dans les détails de la controverse entre l’interprétation classique de la moelle attachée et celle, plus récente de la moelle attachée occulte, nous devons nous référer à des connaissances anatomiques de base. Before going into details of the controversy between the classical interpretation of the cord attached and the more recent occult spinal committed, we must refer to the anatomical knowledge base.

Nous débuterons en évoquant initialement, l’anatomie locale, afin d’élaborer ensemble une sorte de terminologie commune à laquelle nous ferons appel dans la conversation qui suivra. We begin by referring to initially, the local anatomy, in order to develop a common terminology so that we'll use in conversation to follow.

Ce que nous avons ici est une très mauvaise représentation de la partie inférieure du sac dural. What we have here is a very poor representation of the lower part of the dural sac. Ce dernier contient un certain nombre de structures. The latter contains a number of structures.

La première est la partie inférieure du cordon spinal ou moelle épinière, la partie inférieure de la dure-mère qui entoure l’extrémité. The first is the lower part of the spinal cord or spinal cord, the lower part of the dura mater that surrounds the tip.

Le coccyx sur lequel vient s’ancrer la dure-mère. Coccyx which has anchored the dura mater. Le liquide céphalo-rachidien entourant la moelle épinière, et enfermé dans l’enveloppe extérieure : la dure-mère ; enfin un certain nombre de fils qui partent des extrémités inférieures et latérales de la moelle. Cerebrospinal fluid surrounding the spinal cord, and placed in the outer envelope: the dura mater and finally a number of son leaving the lower extremities and the spinal side.

Tout le monde sait que les racines nerveuses démarrent à intervalles réguliers des côtés de la moelle épinière ... Everyone knows that the nerve roots starts at regular intervals along the spinal cord ... Ils quittent le sac dural, à intervalles réguliers, entre les vertèbres et ils se ramifient puis se regroupent pour former les nerfs que nous connaissons tous très bien, pour atteindre en aval leur destination finale. They leave the dural sac at regular intervals between the vertebrae and branch then merged to form the nerves that we all know very well, reaching down to their final destination.
Ici, nous avons tous les nerfs concernés atteignant leur destination finale, dans le bassin, les jambes, jusqu’aux pieds. Here we have all the nerves involved reaching their final destination in the pelvis, legs, feet up.

Sur ce tableau, figure un fil qui a été coloré à l’aide d’un marqueur de manière plus prononcé afin de le reconnaître plus rapidement et plus facilement. On this table, is a thread that has been colored with a marker of more pronounced in order to recognize more quickly and easily.

Nous l'appelons le filum terminale. We call it the filum terminale.

Filum terminale est un mot latin. Filum terminale is a Latin word.

Filum signifie «petite corde» et « terminale » signifie « situé à la fin ». Filum means "little string" and "terminal" means "at the end."

De quoi s’agit-il ? What is it? Il s'agit d'un dispositif d'ancrage qui attache et sécurise de façon souple, l‘extrémité inférieure de la moelle épinière, qu’on appelle cône, parce qu'elle ressemble à un cône, position haute du cône en direction du bas ou si vous préférez inversée, à la partie inférieure de la colonne vertébrale qui est le coccyx. It is an anchoring device that attaches and secures in a flexible manner, the lower end of the spinal cord, called cone, because it resembles a cone, the cone position in the direction of low or reverse if you prefer, at the bottom of the spine is the coccyx.

Par définition, il existe un décalage entre cette partie inférieure de la moelle épinière et la partie inférieure de la colonne vertébrale. By definition, there is a gap between the lower part of the spinal cord...[/b] Voir sur blog de traductions - voir liens première page de ce blog

Admin
Admin

Messages : 114
Date d'inscription : 15/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://amis-d-mom.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum