la pyramide des besoins Maslow - 14 besoins de VIRGINIA Henderson

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la pyramide des besoins Maslow - 14 besoins de VIRGINIA Henderson

Message  coralie le Mar 27 Juil - 16:01

Bonjour à tous,

Je suis SEPienne depuis 2006, j'ai actuellement 25 ans et plusieurs poussées à mon actif, mais pas vraiment de séquelles à l'heure actuelle. Je suis depuis bientôt 1 an sous Copaxone (immuno modulateur), et je me suis tournée récemment vers un changement d'alimentation (sans gluten ni laitage, plus précisément le régime Seignalet) qui m'a l'air efficace.
Je m'intéresse aussi au décodage de cette maladie, le critère de dévalorisation est constant chez moi depuis pas mal d'années, mais par contre je n'arrive pas bien à comprendre celui de la verticalité. Pourriez vous me témoigner vos expériences à ce sujet S.V.P., et qui consulter pour travailler sur ce point ?
Je vous remercie par avance !



e a écrit:

Lun 8 Aoû 2010 - 8:58

Bonjour Coralie,

Nous relayons votre message sur différentes messageries de personnes touchées par ces pathologies ?
une adresse de courriel serait la bienvenue sur nos M.P.

Pour coder vos pensées, voici une proposition pour exprimer la dévalorisation et la verticalité.

c'est celle de la Pyramide des besoins, Maslow (1970)
Vous pourrez décoder une partie des symptômes et tenter de comprendre
pourquoi les maladies auto-immunes se développent.

Beaucoup de personnes rencontrent des difficultés dans leurs parcours.
On oriente ces personnes vers des psychologues ou des traitements sans vraiment les aider.
Reprendre le contrôle de son corps est une épreuve et un combat difficile.
Mais pas insurmontable.
L'alimentation est peut-être une piste mais il y en a tellement à suivre.
Vous avez enclenché une première étape.
Interrogez vous sur d'autres domaines
n'hésitez pas à remettre en question des idées pré établies.
Nous vous aiderons de notre mieux si vous acceptez de partager.

Donc pour la Pyramide des besoins, Maslow (1970)

Le premier niveau est attribué aux besoins physiologiques :
manger, boire, dormir, évacuer, respirer, se vêtir, s'abriter, avoir des relations sexuelles, faire de l'exercice, se reposer etc. Ces besoins sont fondamentaux. En effet, selon l'auteur, un manque, une privation aura obligatoirement un impact sur les autres besoins, car la construction des étages supérieurs est alors impossible.

Le deuxième niveau concerne les besoins de sûreté et de sécurité, appelés aussi besoins psychologiques : faire face à ses émotions, ses blessures, ses conflits, son environnement, bénéficier de stabilité, d'ordre, de liberté, se sentir raisonnablement à l'abri des menaces et des dangers présents et futurs, vivre sans peur, dans un environnement protecteur, sûr, ordonné, structuré, stable, prévisible (et non pas menaçant, anarchique, insécurisé), avoir une philosophie ou une religion qui permet de donner un sens aux choses et aux événements, etc.

Le troisième niveau est celui des besoins sociaux, besoins d'amour et d'appartenance : aspirations et ressources par rapport à autrui, pour se sentir inséré dans les milieux où on se sent bien et auxquels on peut apporter sa contribution, où on est accepté dans un équilibre harmonieux des échanges, besoin de donner et de recevoir de l'amour, de donner et recevoir de l'affection et de l'amitié; avoir des contacts intimes et enrichissants avec des amis, un conjoint, des parents, des enfants ; faire partie intégrante de groupes cohésifs et où on se sent accueilli à bras ouverts : un club, une équipe, des collègues de travail, un clan, une tribu, un «gang» ; ne pas être seul, rejeté, étranger, oublié, etc.

Au quatrième niveau, nous retrouvons les besoins de reconnaissance et d‟estime de soi : sensation d'être adéquat, d‟être estimé, non coupable, d'être respecté, le besoin de s'aimer soi-même, d‟être fier de ce qu'on est et de ce qu'on fait ; le besoin de se sentir fort, compétent, indépendant des autres, capable de faire face au monde et à la vie, capable de réussir ce qu'on entreprend, être regardé positivement, accepté pour ce que l'on est de manière inconditionnelle, estimé par soi et par les autres, admiré par les autres, le besoin d‟avoir un certain prestige, une bonne réputation, un statut social élevé, le besoin d‟être félicité, apprécié, reconnu, etc.

Le dernier niveau recouvre les besoins d'actualisation : propension à se réaliser, à être soi-même, à trouver sa voie propre, à créer, à être autonome par rapport au changement requis par son propre développement, à acquérir des connaissance et à comprendre, à maîtriser son
environnement, utiliser et développer tout notre potentiel et tous nos talents, devenir tout ce qu‟on est capable de devenir, mettre à contribution tous les éléments de notre personnalité : intelligence, imagination, aptitudes et habiletés diverses, capacités physiques et autres, croître, grandir, s‟améliorer de toutes les façons possibles, etc.

à connaitre également :

2. Les 14 besoins infirmiers de Virginia Henderson

Virginia Henderson, pour définir sa conception du rôle de l'infirmière, a proposé quatorze besoins fondamentaux de tout être humain.

Ils ont souvent été formalisés sous forme d'une grille. Ils peuvent être résumés comme suit :

1) Respirer;
2) Boire et manger;
3) Eliminer,
4) Se mouvoir et maintenir une bonne posture;
5) Dormir et se reposer;
6) Se vêtir et se dévêtir;
7) Maintenir la température du corps dans les limites normales;
8- Être propre, soigné et protéger ses téguments (peau, enveloppe, cuir, membrane, épiderme, derme, carapace, écaille);
9) Éviter les dangers;
10) Communiquer avec ses semblables;
11) Agir selon ses croyances et ses valeurs;
12) S'occuper en vue de se réaliser;
13) Se divertir, se recréer ;
14) Apprendre.

On pourra utilement préciser que selon Pellissier, dans la conception de Virginia Henderson, une personne est « en santé » tant qu'elle peut satisfaire seule à ces (ses) besoins. Le problème de santé va atteindre cette indépendance et rendre la personne dépendante du professionnel. Le rôle de ce dernier consistera donc à agir (en soignant, aidant, suppléant, etc.) pour permettre à la personne d‟assurer la satisfaction de ses besoins fondamentaux avec le moins de « dépendance » possible. (7)

Cette théorie a servi de base à la création de la démarche de soins. Il s‟agit d‟une méthode de résolution de problème basée sur l‟identification des quatorze besoins qui est enseignée dès les premières semaines d‟apprentissage de l'art infirmier, comme une technique qui fournit des réponses préconçues à des situations standards.
Il s'agit d'un outil pour apprendre à résoudre correctement des problèmes de santé, pour apprendre à répondre précisément aux besoins émis par chacun d‟entre nous. Partant du recueil d'informations afin de personnaliser le patient et d‟analyser ses besoins, la démarche de soins se finalise par la formulation d‟objectifs de santé permettant d‟apporter la réponse adaptée aux besoins. De plus, lorsqu'elle est comprise par l'ensemble de l'équipe, elle peut induire des soins fondés sur des perceptions et non sur des habitudes de gestes routiniers ou systématiques.

Depuis les années nonante, les formations de soignants ont également intégré la notion de « diagnostic infirmier », toujours basé sur les 14 besoins de Virginia Henderson. Il s‟agit d‟un « énoncé de jugement clinique sur les réactions aux problèmes de santé présents ou potentiels d'un(e) patient(e), d'un groupe ou d'une collectivité »

8-
Complémentaire du diagnostic médical, il doit permettre à l'infirmière d'acquérir davantage d'autonomie et de prendre en considération la personne plutôt que la pathologie. Ce diagnostic détaille particulièrement les besoins d'éviter les dangers, de communiquer et de s'occuper et ouvre ainsi la voie à une meilleure prise en considération des besoins humains.


6 Concept de soins de V. Henderson : la démarche de soins
7 Pellissier, J., Lecture critique, disponible sur le site www.jerpel.fr
8 http://fr.wikipedia.org/wiki/Diagnostic_infirmier

Pour la nutrition : le sujet est abordé également dans d'autres pathologies (autisme)...
Avez vous d'autres pathologies associées ???

Important :
Vous ne trouverez aucun conseil médical sur notre site - uniquement des pistes d'échanges d'expériences.
à bientôt



coralie

Messages: 2
Date d'inscription: 27/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

merci

Message  coralie le Mer 28 Juil - 10:33

Merci pour votre réponse !! pour répondre à votre question, oui j'ai d'autres problèmes se rajoutant à la sclérose en plaques, notamment digestif, de peau (dermite seborrhéique), tendinopathie C'est pourquoi je fais un test en changeant mon alimentation, car d'après mes recherches tous ces problèmes pourraient bien venir d'un facteur alimentaire.
Pour des témoignages mon mail : cora2907@hotmail.com
merci

coralie

Messages: 2
Date d'inscription: 27/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum