Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



COMPRESSIONS MEDULLAIRES

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COMPRESSIONS MEDULLAIRES

Message par AMIS19 le Dim 6 Déc - 1:13

J'ai trouvé ce lien intéressant
beaucoup de points communs avec les pathologies que vous partagez
les compressions medullaires,
les phases dégénératives...

# COMPRESSION MÉDULLAIRE NON TRAUMATIQUE (230) 1. Compression ...
une malformation d'Arnold Chiari (les amygdales cérébelleuses s'engagent dans le ... Sténose du canal cervical en C4-C4 et en C4-C5, d'origine dégénérative ...

www.univ-lyon1.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHE=194746&OBJET=0017&ID_FICHIER=44422

je vous mets un copie collé pour ceux qui ne peuvent pas télécharger.

1 COMPRESSION MÉDULLAIRE NON TRAUMATIQUE (230)
1. Compression médullaire non traumatique
1.1 Connaissances requises
1.1.1 Décrire les principaux symptômes révélateurs
1.1.2 Décrire la séméiologie clinique du syndrome de compression médullaire
(syndrome rachidien, syndrome lésionnel, syndrome sous-lésionnel)
1.1.3 Décrire le degré d’urgence et la place cruciale de l’IRM médullaire
1.1.4 Citer les causes principales de compressions épidurales
1.1.5 Citer, au titre du diagnostic différentiel, les principales tumeurs
intramédullaires, la myélopathie cervicarthrosique, le syndrome syringomyélique, les myélopathies inflammatoires
1.1.7 Principes du traitement des compressions médullaires
1.2 Objectifs pratiques :
1.2.1 Chez un patient réel ou simulé atteint de compression médullaire non
traumatique :
- conduire l’interrogatoire et l’examen clinique
- proposer une stratégie diagnostique et thérapeutique
1.2.2 Evoquer le diagnostic de compression médullaire sur un cas vidéo

LES POINTS FORTS
- Urgence diagnostique (IRM) et thérapeutique
- Reconnaissance rapide des formes débutantes : douleurs rachidiennes + gêne motrice MI
- Compression médullaire constituée : syndrome lésionnel radiculaire + syndrome
sous-lésionnel (moteur, sensitif, sphinctérien) + syndrome rachidien (douleur,
raideur)
- Diagnostic positif : IRM
- Etiologie : extradurale (métastases vertébrales, myélopathie cervicarthrosique) ;
intradurale et extramédullaire (méningiome, neurinome) ; médullaire (tumeur,
malformations vasculaires)
- Diagnostic différentiel : PRN, SEP, SLA, Sclérose combinée de la moelle

2 La compression de la moëlle ou des dernières racines rachidiennes formant la queue de cheval
constitue une urgence diagnostique et souvent thérapeutique neuro-chirurgicale.
La reconnaissance des différents syndromes cliniques de compression médullaire entraînera la
réalisation de l’IRM qui confirmera le diagnostic et précisera la stratégie thérapeutique.

1. PHYSIOPATHOLOGIE
La moëlle chemine du trou occipital au bord supérieur de L.2 dans un canal ostéoligamentaire
inextensible. Elle est plus courte que le canal rachidien, expliquant un décalage
entre le niveau vertébral et celui du métamère médullaire (exemple : le métamère D.12 est en
regard de la vertèbre D.9).
De la moëlle émergent les nerfs rachidiens qui sortent par les trous de conjugaison.
La moëlle se termine par le cône terminal au niveau des dernières vertèbres dorsales et de
L.1 ; les dernières racines rachidiennes (L.2 à L.5 et les racines sacrées) forment la queue de
cheval.
La moëlle est entourée d’une pie-mère épaisse, résistante, puis par l’arachnoïde où circule le
liquide céphalo-rachidien (LCR) et la dure mère qui réalise un fourreau cylindrique épais.
L’espace extra-dural est graisseux, rempli de vaisseaux, surtout veineux.
La moëlle est organisée transversalement en métamère et longitudinalement en fibres longues.
Celle-ci comporte des fibres sensitives et des fibres motrices :
- les fibres sensitives se répartissent :
- En voie spino-thalamique qui véhicule la sensibilité thermo-algique. Elles croisent
à chaque niveau métamérique, elles cheminent dans le cordon latéral de la moëlle
du côté opposé.

3 - En voie lemniscale qui véhicule le tact épicritique et la sensibilité profonde située
dans le cordon postérieur de la moëlle, homolatéral. Elles croiseront plus haut à la
partie inférieure du bulbe.
- le faisceau pyramidal moteur après avoir croisé dans le bulbe descend dans le cordon
latéral de la moëlle.
De cette organisation anatomo-fonctionnelle, certains éléments cliniques orientent vers une
compression médullaire :
- l’atteinte pyramidale et sensitive des deux membres inférieurs ou des quatre membres,
- l’existence d’un niveau sensitif correspondant à la limite supérieure de l’atteinte sensitive,
- la dissociation des troubles sensitifs aboutissant au maximum au syndrome de Brown-
Sequard,
- l’association de signes centraux et périphériques.
2. CLINIQUE
La compression médullaire non traumatique doit être diagnostiquée dès les premiers signes
cliniques car elle nécessite une prise en charge urgente.
2.1 La compression médullaire débutante :
Elle est dominée par des douleurs rachidiennes tenaces, rebelles aux antalgiques avec raideur
segmentaire rachidienne. Elle s’associe très précocement à des troubles moteurs aux membres
inférieurs qui entraînent simplement une gène fonctionnelle dans les tâches quotidiennes.
Une déformation de la colonne vertébrale est parfois observable dès cette phase précoce.
Les troubles sensitifs et surtout sphinctériens sont en général beaucoup plus tardifs.
Cette symptomatologie impose la réalisation d’une IRM rapide.
2.2 La compression médullaire constituée :
Le diagnostic de compression médullaire non traumatique est posé sur l’existence d’un
syndrome lésionnel et d’un syndrome sous-lésionnel associé le plus souvent à des signes
rachidiens.

4

AMIS19
Invité


Revenir en haut Aller en bas

IRM LOMBAIRE

Message par AMIS27 le Dim 3 Jan - 23:05

Hernie discale
Un article intéressant est publié sur le net.
Les explications m'ont permis de comprendre mes I.R.M. et de m'orienter vers le centre orthopédique médico chirurgical de Dracy le Fort 71640

Pour ceux qui veulent comprendre - n'hésitez pas à visualiser ce site.
Les illustrations sont de bonnes qualités et accessibles à tous.



il semble qu'il faut retenir :

Le disque intervertébral peut se fissurer et libérer par une petite brèche du matériel discal: c'est la hernie discale. Le plus souvent, le matériel discal libéré aboutit dans le canal rachidien. Lorsque la hernie discale est située dans le trou de conjugaison (foramen intervertébral), on parle de hernie foraminale. Lorsque la hernie discale est localisée latéralement au trou de conjugaison (à la sortie du foramen intervertébral), on parle de hernie extra-foraminale.

90% des hernies discales lombaires apparaissent aux niveaux L4-L5 et L5-S1.

L'irritation d'une racine lombaire par le matériel discal hernié peut entraîner l'apparition de douleurs dans une zone particulière des membres inférieurs (le territoire radiculaire), des troubles de la sensibilité superficielle, une diminution ou une perte de la force musculaire, et des altérations de l'arc réflexe. L'examen clinique va permettre d'évoquer le diagnostic topographique de l'atteinte neurologique.

Syndrome radiculaire Racine Arc réflexe Groupe musculaire atteint Territoire sensitif
L4 Rotulien Quadriceps, jambier antérieur Face antérieure de la cuisse
L5 Tibial postérieur Extenseur propre du gros orteil (court extenseur des orteils) Gros orteil
S1 Achiléen Flexion plantaire du pied Bord latéral du pied
Hernie discale et radiologie

Une perte de hauteur des disques, des troubles dégénératifs (arthrose) sont bien démontrés par des radiographies de la colonne lombaire. Par contre, le diagnostic de hernie discale ne peut être posé que par un examen tomodensitométrique ou une IRM. L'IRM a l'avantage de permettre une exploration du canal rachidien, d'apprécier précocement l'état des disques et des plateaux vertébraux adjacents.

L'IRM lombaire ci-dessous montre des disques d'aspects normaux de L1 à L4. A l'étage L5-S1, une partie du matériel discal s'est échappée dans le canal rachidien.



IRM lombaire, coupe sagittale, pondération T2.
Flèche n°1, moelle épinière (cône terminale). 2, Vertèbre L1. 3, Vertèbre L5. Double flèche, canal rachidien.



Flèche, Hernie discale L5-S1: le matériel discal fait saillie dans le canal rachidien.



IRM lombaire, coupe axiale, pondération T2.
1, Disque intervertébral. 2, Trou de conjugaison (L5-S1 droit). 3, Apophyse épineuse. Flèche, Hernie discale L5-S1.
La sciatalgie gauche est expliquée par la compression des racines nerveuses par le matériel discal hernié.

AMIS27
Invité


Revenir en haut Aller en bas

IRM

Message par DD le Dim 17 Jan - 23:44

on ne dit pas toujours qu'il est difficile de vivre avec une

arthrodèse
il a commencé par un problème de descente des amygdales cérébelleuses, diagnostiqué chiari de type 1.
Intervention invasive effectuée : crâne.
Evolution prévisible :
Il a subi par la suite une arthrodèse. Un parcours, une histoire,
une vie qui s'est arrêtée subitement après une tentative de seconde intervention.
Il n'avait pas 30 ans.



Voici la dernière radiographie qu'il nous a transmise.
Merci Petit Dom. de ne jamais avoir abandonné.



DD
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: COMPRESSIONS MEDULLAIRES

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum