Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Hydrotomie percutanée à visée thérapeutique

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hydrotomie percutanée à visée thérapeutique

Message par Syringo67 le Dim 20 Oct - 16:36

Traitements que l'on me prescrit pour des douleurs sur les cervicales et les dorsales.  liens
 http://www.hydrotomiepercutanee.com/index.html

LA MESOCHELATION 


Il s’agit de la technique d’Hydrotomie percutanée couplée à l’utilisation de l’E.D.T.A. (Éthyl-Diamino-Tétra-Acétique) selon un protocole bien établi (mésodilution). Dans un processus dégénératif tel que l’Arthrose, l’Hydrotomie percutanée et la Mésochélation agiraient conjointement sur le processus Éthio-physio-pathologique, à savoir :
- l’Hydratation ostéo-articulaire locale injectable, ciblée sur la lésion dégénérative. Dans l’avenir, l’utilisation validée des Oligo-Éléments, voire de l’Eau de Mer, sera d’un réel intérêt pour le praticien.

- la Mésochélation, par ses propriétés, permet « la détoxication » loco-régionale des métaux lourds et du calcium qui constitue un véritable fléau dans l’articulation arthrosique engendrant des contraintes mécaniques articulaires particulièrement destructrices. L’Arthrose naîtrait d’un trouble de la distribution du calcium au niveau osseux entraînant, d’une part, une ostéoporose au sein de l’os, et d’autre part, de l’ostéophytose marginale périphérique avec ostéocondensatin radiologique (cf. Schémas de l’Arthrose lombaire et du Genou) (« becs de perroquets »).

- la Micro-Circulation est également un élément important pour enrayer le processus dégénératif. Son déficit local est à l’origine de l’état pathologique sous-jacent. Ex.: Dans l’Arthrose du Genou du compartiment interne, on observe souvent des patientes ayant des varices importantes avec des antécédents de phlébite sur un terrain d’obésité).

Ainsi, l’Hydrotomie et la Mésochélation seront des nouvelles techniques qui pourront améliorer un certain nombre de processus dégénératifs compressifs (Arthrose) en actionnant localement divers procédés essentiels : micro-circulation, hydratation, nutrition et détoxication.


INDICATIONS :

- Arthroses dégénératives d’origine mécanique, Lombalgies, Discopathies, Périarthrite calcifiante de l’épaule (Travaux de Dalloz-Bourguignon)

- Myélocervicarthrose (par réduction du calibre du Canal rachidien)

- Névralgies Cervico-Brachiales, Sciatique, Radiculalgie

- Migraines, Névralgie d’Arnold

- Canal lombaire étroit (voir Mésoperfusion)

- Tendinite avec hyperostose calcifiante périphérique (ex. Tennis-Elbow)

- Chondro-calcinose articulaire (Genou)

- Exostoses inflammatoires (Trochantérite)

     - Séquelles d’affections chroniques de l’appareil loco-moteur


LA MESOPERFUSION


La Mésoperfusion utilise le Méso-Kit-Perfuseur, mis au point par le Docteur Bernard GUEZ. Elle pourra constituer la perfusion du 3ème millénaire par voie sous-cutanée pour remplacer souvent la perfusion intraveineuse classique (cf. Les perspectives de la Recherche médicale en Hydrotomie).
Intérêts thérapeutiques.
La Mésoperfusion utilise en priorité la voie locale ou loco-régionale et permet une action directe immédiate (« in situ ») sur la zone lésionnelle sans dégradation des principes actifs des médicaments en métabolites, évitant les surcharges hépatiques et rénales ou une certaine toxicité gastrique, neurologique ou myocardique de certains produits. Ici, le premier filtre stratifié est la peau avec la lésion au premier plan.
Sur le plan technique, il faut noter le côté « pratique » de la Mésoperfusion (pas de recherche veineuse), retrait facile  pouvant être effectué par l’entourage du patient. Elle permet « d’amplifier » le procédé d’Hydrotomie percutanée dans le temps, le rendant plus efficace dans les pathologies compliquées. Elle pourra constituer une méthode d’avenir dans des pathologies diverses ou spécialisées : Hydratation des personnes âgées, Canal rachidien rétréci, Fibrose post-opératoire, Arthrose évolutive avec tassements vertébraux, Dégénérescence vasculaire, Zona, Insuffisance rénale, Maladie de Crohn, Colopathie, grands brûlés, Médecine esthétique (Cellulite), etc.

LA MESOVACCINATION
La plupart des maladies inflammatoires ou infectieuses et récidivantes relèvent d’un dérèglement immunologique (DYSIMMUNITÉ). La muqueuse ORL, digestive, intestinale devient hypersensible, hyperactive entraînant une inflammation chronique avec mode réactionnel (Hypersécrétion, Oedèmes, Douleurs, Spasmes…).
La technique consiste à stimuler de façon contrôlée et codifiée cette muqueuse immuno-incompétente de façon à réinitialiser son fonctionnement en stimulant ses défenses immunitaires par de petites quantités de vaccins non-spécifiques à médiation cellulaire et en la régénérant avec des vitamines et des oligo-éléments (Vitamine B5, Soufre, Manganèse-Cuivre-Cobalt, Zinc-Nickel).
Ainsi, au cours des séances, la muqueuse peut acquérir une nouvelle compétence immunologique et un état de régénération lui permettant de réactiver ses mécanismes d’autorégulation, pouvant acquérir une nouvelle immunité proche du sujet normal, après un réentraînnement immunitaire adéquat.


INDICATIONS :
- Traitement des Allergies type Rhinite, Rhino-sinusite, Angines récidivantes, Asthme, Bronchite, Gastrite, Colite ou Colopathie fonctionnelle.




TRAITEMENT :
En France, la disparition du vaccin RIBOMUNYL pénalise fortement le patient. Les études qui ont été faites ont utilisées la forme injectable en sous-cutané au niveau du bras alors que son site d’élection thérapeutique se situe au niveau O.R.L. et respiratoire, donc trop loin de son site d’action pour être efficace (il n’aurait pas fait preuve de son efficacité ?)
Il faut rappeler que des dizaines de milliers de praticiens l’ont utilisé depuis plus de 25 ans en Mésothérapie pour son effet strictement local avec une très grande satisfaction des patients.

Syringo67

Messages : 1
Date d'inscription : 20/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE

Message par SFC10 le Mar 22 Oct - 21:48

Liens utiles : http://www.sommeil-mg.net/spip/-Syndrome-de-Fatigue-Chronique

Définition du Syndrome de Fatigue Chronique


Le Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) est un tableau clinique associant depuis au moins six mois :


  • une sensation de fatigue intense, d’allure infectieuse (avec parfois une impression de fébricule ou de gonflement des ganglions), entraînant une réduction significative (au moins 50%) de l’activité.
  • des troubles de la mémoire, de la concentration et du caractère, pouvant laisser croire à un tableau de dépression ou d’anxiété,
  • des troubles fonctionnels intéressant plusieurs appareils (locomoteur, digestif, cardio-respiratoire etc...) et pouvant faire penser à des symptômes de « somatisation » (cf. hypocondrie, hystérie...) que l’on retrouve dans les attaques de panique et les troubles anxieux (Cf. "Phobies sociales et Agoraphobie"),

  • des troubles du sommeil, constants mais souvent négligés (au début) par le malade et son médecin parce qu’ils se présentent de façon insidieuse :

    • - d’abord comme un tableau de somnolence excessive : "en ce moment je dors beaucoup",
    • - ensuite de clinophilie : "si, docteur, je dors quand même... mais le soir, à 19 heures, j’ai besoin de me reposer parce que je suis épuisé !",
    • - enfin d’une insomnie d’apparition tardive, lorsque le malade s’enfonce dans le cercle vicieux du "vouloir dormir à tout prix".





Autres liens intéressants :
http://www.asso-sfc.org/syndrome-fatigue-chronique.php


Définition du S.F.C.



C'est un syndrome somatique fonctionnel répondant à des critères cliniques.

Les critères de Fukuda font autorité.
Fukuda K et al. Annals of Internal Medecine 1994.

Fatigue persistante:

- Depuis plus de 6 mois (enfants 3 mois)
- Nouvelle ou à début précis
- Sans lien avec une activité physique intense, mais augmentée par les exercices physiques modérés (à la différence des états dépressifs)
- Non améliorée par le repos
- Avec baisse importante des performances antérieures : professionnelles, sociales, scolaires, personnelles
- Persistance d'un épuisement continu sévère, inexpliqué ou rechutes depuis plus de 6 mois, entraînant la réduction, voire l'abandon de toutes les activités, augmenté par les exercices physiques modérés (à la différence des états dépressifs).

Absence de cause identifiée à cet épuisement spectaculaire.

Associée à au moins 4 des symptômes suivants qui n'ont pas précédé la fatigue :

- État subfébrile
- Maux de gorge
- Ganglions cervicaux ou axillaires sensibles
- Myalgies
- Arthralgies migratrices
- Faiblesse musculaire inexpliquée
- Épuisement durable même après un effort très léger
- Céphalée d'un nouveau genre, de nouvelle localisation ou de nouvelle intensité
- Sommeil non réparateur
- Troubles de la mémoire ou de la concentration
- Troubles visuels transitoires






Evolution du S.F.C.



L'évolution peut être longue, de quelques mois à des années. Cet épuisement est le plus souvent consécutif à une infection virale ou bactérienne.

Le Syndrome de Fatigue Chronique ne doit pas être confondu avec la « fatigue chronique » inhérente à toute maladie sévère.


L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît le Syndrome de Fatigue Chronique (G93.3) depuis 1992.



Le Diagnostic du S.F.C.



La fréquence du SFC a été diversement appréciée : entre 1 pour 1000 et 3%.

A ce jour, aucun marqueur biologique ou organique ne permet d'identifier ce syndrome. C'est un diagnostic difficile qui requiert l'exclusion des autres maladies responsables de fatigue chronique (exemple : cancer, maladies endocrines, maladies inflammatoires systémiques, psychiatriques, auto-immunes...)

Le diagnostic peut se faire en milieu hospitalier particulièrement dans un service de Médecine Interne.


Le Traitement du S.F.C.



Seuls les médecins sont compétents pour déterminer le traitement qui convient à chaque malade, reposant sur une prise en charge globale avec participation active du patient




Principaux Syndromes Somatiques Fonctionnels associés au S.F.C.




D'autres syndromes somatiques fonctionnels peuvent être associés ou se superposer au SFC. Il est important de bien les différencier du SFC afin de mieux les traiter :


- Syndrome fibromyalgique
- Syndrome de l'intestin irritable
- Syndrome d'hypersensibilité chimique multiple
- Syndrome de la vessie irritable.


Dernières versions :
http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/maladie-anomalies-cerebrales-causeraient-syndrome-fatigue-chronique-55830/

Le syndrome de fatigue chronique (SFC), également appelé encéphalomyélite myalgique, se caractérise par une fatigue persistante et inexpliquée qui perdure pendant des mois, voire des années, malgré le repos. Considérée comme une maladie neurologique, elle apparaît souvent de façon soudaine, entraînant une détérioration rapide et importante de la santé. Les symptômes ne se limitent pas à une grande fatigue mais comprennent aussi des douleurs articulaires et musculaires, des migraines, un gonflement des glandes lymphatiques, des problèmes gastro-intestinaux et une tension artérielle anormale. Plus d'un million d'adultes et d'enfants en sont affectés aux États-Unis, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
Dans le cadre d'une nouvelle étude dont les résultats sont parus dans la revue Radiology, des chercheurs ont effectué des examens d'imagerie par résonance magnétique (IRM) sur quinze patients, hommes et femmes, atteints de ce syndrome et sur un groupe témoin de quatorze personnes des deux sexes et du même âge en bonne santé. Ils ont utilisé trois différentes techniques d'IRM pour obtenir une analyse volumétrique permettant de mesurer la taille des différents compartiments du cerveau; pour observer la substance blanche composée de fibres nerveuses transportant des messages entre les neurones; pour mesurer le flot sanguin cérébral.

Un biomarqueur pour diagnostiquer un S.F.C. ?


La comparaison des différents résultats a révélé que les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique ont un volume légèrement plus faible de substance blanche. Il existe aussi chez elles une diffusion anormale de molécules d'eau dans une partie de la substance blanche de l'hémisphère cérébral droit. Enfin, les chercheurs ont constaté chez les sujets souffrant de ce syndrome des anomalies dans deux parties du cerveau qui relient le lobe frontal et le lobe temporal.
« Plus ces deux parties du cerveau sont anormales, à savoir plus épaisses dans leur apparence, plus les symptômes sont sévères », souligne le docteur Michael Zeineh, professeur adjoint de radiologie à la faculté de médecine de Stanford en Californie (Ouest). Ces résultats permettent d'envisager la disponibilité d'un biomarqueur du syndrome de fatigue chronique qui pourrait aider à le diagnostiquer, estime-t-il.
Bien que cette étude ne porte que sur quinze malades, les techniques d'imagerie sont prometteuses comme outil de diagnostic afin d'identifier les personnes souffrant de cette pathologie, jugent les chercheurs, qui précisent avoir obtenu un taux de détection de 80 %. Outre l'outil diagnostique, des IRM pourraient aussi identifier les mécanismes du cerveau où la maladie affecte le système nerveux central, selon les auteurs. L'hypothèse d'une cause virale est volontiers retenue car une infection est souvent repérée comme facteur de déclenchement, couplée à un dysfonctionnement du système immunitaire.

SFC10
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hydrotomie percutanée à visée thérapeutique

Message par DEM1 le Mer 22 Oct - 19:03

bonjour,
il est toujours difficile d'avoir un bon diagnostic.
Il existe des centres spécialisés en France.
Mon diagnostic a basculé après être passé dans leurs services.
En cas de doute, il est préférable d'avoir plusieurs avis.
A découvrir American Hopital à Paris

http://www.american-hospital.org/fr/notre-offre-de-soins/unite-de-neurologie.html

Présentation



L’Unité de Neurologie est composée de médecins neurologues seniors de grande expérience et de neurochirurgiens.

Elle prend en charge :


  • les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les accidents ischémiques transitoires (AIT),
  • les pathologies dégénératives : maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson…,
  • les épilepsies, la sclérose en plaques et les vascularites, 
  • les tumeurs cérébrales,
  • les pathologies du système nerveux périphérique (polynévrites, sciatiques) et les maladies musculaires,
  • les migraines et les céphalées.


L'Unité est organisée afin d'assurer aux patients tout au long de l'année :


  • une grande disponibilité : les consultations sont proposées chaque jour de la semaine,
  • et une prise en charge en urgence si nécessaire : une astreinte de neurologie est assurée 24h/24 et 7j/7, en liaison avec la Permanence médicochirurgicale de l'hôpital.


Equipe


L'équipe est placée sous la responsabilité du Docteur Jean-Marc GUGLIELMI, Responsable de l'Unité de Neurologie.


Les + de l'Unité




  • Explorations fonctionnelles neurologiques
  • Plateau d'Imagerie Médicale de très haut niveau : Scanner, IRM, Doppler, PET scan ...
  • Consultation pluridisciplinaire des troubles de la mémoire
  • Environnement médical spécialisé et pluridisciplinaire permettant la prise en charge des pathologies associées.
  • Prise en charge possible en urgence 24h/24, 7j/7




Explorations neurologiques

Explorations fonctionnelles neurologiques





  • Électroencéphalogramme standard : pour l'exploration des malaises, pertes de connaissance ou épisodes de confusion.
  • Électroencéphalogramme de longue durée (Holter) : lorsqu'une épilepsie est suspéctée et que l'électroencéphalogramme standard est normal (examen réalisé en ambulatoire).
  • Électromyogramme : pour l'étude des nerfs périphériques et des muscles en cas de polynévrite, compression nerveuse (syndrome du canal carpien), sciatique ou névralgie cervico-brachiale, maladie musculaire.



Autres explorations

=YTozOntzOjY6ImhlaWdodCI7czo0OiI2MDBtIjtzOjc6ImJvZHlUYWciO3M6NDE6¶meters[1]=Ijxib2R5IHN0eWxlPSJtYXJnaW46MDsgYmFja2dyb3VuZDojZmZmOyI%2BIjtzOjQ6¶meters[2]=IndyYXAiO3M6Mzc6IjxhIGhyZWY9ImphdmFzY3JpcHQ6Y2xvc2UoKTsiPiB8IDwv¶meters[3]=YT4iO30%3D]
IRM d'Accident Vasculaire Cérébral


  • Imagerie médicale :
    IRM et angio IRM, Scanner, Doppler, PET scan, sont disponibles sur place pour évaluer rapidement les diverses maladies neurologiques.
  • L'étude du liquide céphalorachidien peut être effectuée en ambulatoire dans certaines maladies (sclérose en plaques, maladie d'Alzheimer) avec des procédures allégées.




Neurochirurgie périphérique


  • Neurochirurgie du rachis : hernies discales, canal lombaire étroit, canal cervical étroit, neurinomes et méningiomes
  • Neurostimulation : prise en charge chirurgicale de la douleur.

DEM1
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hydrotomie percutanée à visée thérapeutique

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:03


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum