Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



AUTISME - T.E.D.'S - FORUM - échanges - forum - Informations - Formations

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'expérience des uns et des autres

Message par Eliane le Ven 28 Mai - 22:43

oui beaucoup Scientifiques de Médecins , Chercheurs de se penchent sur l'autisme .

L' expérience des Nations Unies et des Autres
Peut UNO éclairer sur le parcours de Nos enfants .
Nait- sur AINSI ?
Génétique EST -CE ?
Tant de questions traversent UNO .

Témoignages des Surprenant SONT .
Méningites
vaccins ?

voilà
Une histoire et un contact Découvrir des Nations Unies
% http://membres.multimania.fr/cricrila/m E9ningite % m / E9ningite.htm

Eliane
Invité


Revenir en haut Aller en bas

mon ami est autiste1

Message par Quentin le Dim 27 Juin - 20:38

bonjour,
mon ami,
Il est dans son "petit monde".


moi aussi je rêve des fois.
yoan m'a touché et il m'a soulevé.
Il court, rit, crie.

quentin

Quentin

Messages : 2
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

mon ami est autiste2

Message par xavier le Dim 27 Juin - 20:41

bonjour,

nous avons rencontré un super copain il nous a serré dans ses bras.

Auparavant nous n'avions jamais rencontré un copain
aussi formidable.

Il est intelligent et doué.
On est allé à la piscine avec lui.

Il ne voit pas le danger, il ne parle pas, mais ceci ne le différencie pas des autres.
Nous espérons qu'un jour il nous parlera.

Il est autiste et il a mon âge
quentin et xavier

xavier

Messages : 4
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUTISME - T.E.D.'S - FORUM - échanges - forum - Informations - Formations

Message par Clarisse le Dim 27 Juin - 21:53

Bonjour Quentin et Xavier ,

Je suis Très Touchée de votre formidable expérience ,
Espèrons que grâce au progrès de la science votre ami autiste Pourra communiquer Un Jour !!!!!!

Merci pour Votre Témoignage


Dernière édition par Clarisse le Mer 30 Juin - 8:42, édité 1 fois

Clarisse
modérateur

Messages : 6
Date d'inscription : 20/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUTISME - T.E.D.'S - FORUM - échanges - forum - Informations - Formations

Message par xavier le Lun 28 Juin - 11:12

bonjour Clarisse,

Apprendre à parler, des fois c'est pas automatique.
j'ai aussi un petit frère, il a deux ans et ne parle pas non plus.

Quand j'ai entendu yoan, j'ai pensé à mon petit frère et je me suis dit que forcément,
Yoan parlera un jour !

En plus, yoan reconnait et bredouille les chiffres de 1 à 5, mon petit frère, ne les connait pas.

j'aimerai bien que yoan accepte mon amitié.

Peut-être que je le reverrai pendant les vacances.
On pourra si je le revoie faire d'autres activités.
Des jeux sur l'ordi...vélo...


xavier

Messages : 4
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'autisme - AUTISME - AUTISTE - O TISTE - OH TISME - c'est quoi

Message par estelle le Jeu 7 Oct - 13:58


AUTISME - AUTISTE - O TISTE - OH TISME - c'est quoi ?


Connaitre et définir cette particularité me semble une grande entreprise.

C'est quoi l'Autisme ?
Les définitions sont d'une complexité et difficilement compréhensible par la plupart d'entre nous.

Est-ce :

Une personne qui entend mal ?
une personne qui apprend toute seule ?
Une personne atteinte d'une déficience mais laquelle ? (oreille, voix, cerveau, corps ?????)
Une personne qui a des réactions très curieuses,
Une personne avec plein de T.O.C. ?
Une personne gentille ou insupportable ?
Une personne méchante ou dangereuse ?
Une personne qui ne parle pas ?
......
......
......
Vous en voulez encore ???


Malgré la lecture de toute la littérature compulsée, digérée.... la compréhension n'est pas venue à moi.


Pas utile de se plonger dans toutes les revues scientifiques - la meilleure façon de comprendre
c'est de partager un moment de votre vie avec l'un(e) d'eux (d'elle)


J'ai eu cette chance et voilà

j'ai craquée
non pas comme vous pourriez le penser...


Je suis tombée sous le charme d'un enfant autiste, un enfant à la fois différent et identique aux autres.

La rencontre d'une famille ou le bonheur est souvent présent et distribué risque de me marquer pour le restant de mes jours.

A leur contact :

J'ai découvert les difficultés de l'entourage, les soucis d'organisation, de gestion, de stress collectifs, d'inquiétude, de fatigues accumulées,
de difficultés d'ajustement des traitements, d'intégration centre éducatif, de surcroît d'investissement personnels, financiers....


Et oui,
Ce n'est pas facile pour l'entourage,


car parfois, il n'y a rien à comprendre dans les réactions d'un enfant Autiste.
(qui se bat contre lui-même, contre les autres....)



Vaincre, dominer ses angoisses, ses peurs...

Les difficultés de chaque jour, semblent des montagnes à franchir, et pourtant,
communiquer avec un autiste ne me semble pas impossible.



Il me semble avec le recul que c'est lui (ou elle) qui détient les clés,
que c'est lui (ou elle) qui nous accepte ou nous rejette.
que c'est lui (ou elle) qui nous aidera à traverser le chemin qui nous sépare.

L'adolescence, l'âge adulte sont des étapes importantes et constructives.
L'amour, le respect, la tendresse, l'affection sont très importants dans ces échanges



Il ou elle, aimerait être comme les autres et ne trouve pas toujours les codes, les gestes... il (ou elle) semble souvent décalé(e) dans ses réactions et ses actions.




A ma grande surprise, quand ses crises d'auto mutilation, de cris se sont estompés,
j'ai supposé qu'il m'avait accepté et qu'il me tolérait.

Accompagner, partager des moments, des jeux, avec un enfant autiste est une belle expérience.


J'aimerai qu'il soit mon Ami(e).

Peut-être l'est-il (elle) déjà ?
Puisque qu'il (ou elle) me tire vigoureusement dans ses bras.



Si l'autorisation m'en est donnée, je vous raconterai la plus belle journée que j'ai passée avec lui (ou elle).
c'est le jour ou il m'a aligné les chiffres que je lui rabâchais depuis des mois. Et il (ou elle) n'est pas dupe, il (ou elle) voit bien si j'inverse l'ordre....il (ou elle) me reprend en me jetant un regard réprobateur et coquin.

C'était merveilleux.

estelle
Admin

Messages : 83
Date d'inscription : 20/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CONGRES DE LYON - AUTISME FRANCE - premières notes - à compléter - modifier

Message par Admin le Mer 27 Oct - 21:55



publication des éléments collationnés.

La date/heure actuelle est Lun 29 Nov 2010


Pour le congrès du 20/11/2010
Nous étions présents et nous avons pris quelques notes.

Résumé – extraits de notes personnelles –
à compléter, modifier ou à améliorer.
Courriel AMISDMOM : AMIS.D.MOM@GMAIL.COM


Le 20 novembre 2010, s’est tenu le 20ème Congrès sur l'autisme à la Cité Internationale de Lyon.
Ce congrès a réuni un public varié pour une journée de conférences de médecins, psychiatres, ergothérapeutes, représentants ministériels.
Cette année, le congrès a été axé sur la reconnaissance du handicap autistique.
Cette 20ième édition a été ouverte par un mot du
Maire Sénateur G. Collomb, qui a accueilli les participants.
Dans son discours, il a précisé sa fierté d’apporter son soutien à cette manifestation et à cette association.
Il a confirmé que la ville de Lyon s'était et continuera de s’investir dans la prise en charge des personnes autistes en mettant en place des actions à destination des enfants malades et du personnel soignant : subventions d'associations en lien avec l'autisme, accueil dans des crèches municipales et associatives de plus de 130 enfants handicapés, favorisant la scolarisation de ces enfants par des services médico-sociaux, dans les écoles, et mise à disposition de locaux pour les associations....
Le député J. F. Chossy a quant-à-lui, présenté les actions qu’il entreprendra auprès du gouvernement.

Mme LANGLOYS, Présidente autisme union sud-est, de l’association AUTISME France a pris la parole pour rappeler les grandes lignes de la journée et de l’association.
Elle a remercié les différentes personnes ayant organisé les protocoles et l’organisation de congrès.
Autisme France, association créée en 1989 à l’initiative de parents d’enfants autistes ou atteints de troubles envahissants du développement.
Elle lutte pour que la dignité des personnes autistes soient respectée, si possible en favorisant leur autonomie, leur épanouissement et leurs possibilités.
Autisme France intervient auprès des pouvoirs publics pour garantir l’intégration des personnes autistes en milieu ordinaire ou pour la création de places adaptées en milieu spécialisé. Elle veille également avec la plus grande vigilance à la protection des personnes autistes contre les violences physiques, psychiques, sociales ou médicamenteuses.

Le discours préparé par le ministère a été lu publiquement et conforte les actions entreprises.

Voir actions en cours pour que l’autisme soit une cause nationale pour 2011 –
voir communiqué de l’association FRANCE AUTISME–
liens
http ://www.autisme-union-sud-est.asso.fr/


Extraits et notes sur quelques présentations :


A -Génétique et autisme : Dr Sylvain Briault, C.N.R.S., Université d’Orléans.


- Rappel de l’importance de la protéine FMRP comme chef d’orchestre.
- Test de Crawley : intérêt social et cognitif.


Et travaux sur le lithium.


Autisme ?

Anomalie du développement neurologique pendant la période de maturation du cerveau. Ce syndrome apparaît au début de la vie et affecte au minimum 1 personne sur 150, les garçons étant plus touchés. La pathologie peut être associée à d’autres handicaps, tels que troubles sensoriels, moteurs, maladies génétiques, épilepsie, déficience intellectuelle.
Difficultés rencontrées :
Développement d’une communication efficace, décryptage des rapports sociaux, acquisition des outils d’intégration.
Les personnes autistiques ont une vision très spécifique du monde qui les entoure.
Trouble neuropsychiatrique génétique, altération du développement du cerveau et de son fonctionnement, infections et produits toxiques durant la grossesse… les causes semblent multiples sont encore inconnues.


Evolution – prise en charge.


1- Diagnostic précoce.
2- Méthodes éducatives globales, structurées adaptées à la personne autiste.
3- Retarder l’hospitalisation en hôpital psychiatrique par la création de structure adaptée.
4- Projet de vie personnalisé.
5- Rôle des associations



B- Epidémiologie de l’autisme – Pr Eric Fombonne, Prof. de psychiatrie, hôpital pour enfants de Montréal.



- Importance de définir la maladie et l’identifier.
- Screening dépistage, différents outils.
- Tremplin Grandin, Gunilla Gerland, Stefany Bonnot-Briey


Pour ce professeur, l’auto stimulation est vitale.
Il est primordial de demander à la personne autiste pourquoi elle fait ses auto stimulations.
Communiquer avec des mots, des images.

Une auto stimulation peut-être "organisante ou envahissante".

Exemple, une auto stimulation vestibulaire peut aboutir sur une solution : hamac-balançoire.

Base sensorielle : essais sur soi-même.
Si la tête bouge, il a transfert de poids…
Important de décortiquer les actions, cela permet de comprendre.

Ressentir corporellement est différent pour chacun de nous.

Quels sont les bénéfices possibles et chercher à comprendre : tout simplement parce qu’on gagne à l’expérimenter soi-même.

Selon leurs hypothèses de stimulation, deux axes.

Envahissant : enfant dans sa bulle, difficultés de communication et de compréhension.
Donc si la stimulation est intense, le moyen sensoriel doit être également intense.

D’après quelques témoignages et études, on a compris que le cerveau des autistes ne percevait pas toujours leur corps comme nous le percevions.

Les personnes autistes donnaient plus d’importance à certaines parties de leurs corps :
mains et bouche, sont souvent pour eux, des parties démesurées.

Autres remarques :

Accumulation de stressi (stimuli), exemple se frapper la tête de manière répétée.

Solutions proposées : exemple, port d’un casque.

Questions :

Quand est-il de la fréquence et de l’intensité ?
Est-ce une zone plus sensible du corps ?
Est-ce que le moyen suggéré pour pallier est plus handicapant que l’auto stimulation elle-même ?
Est-ce que le moyen de compensation élimine une cause organique ou une cause physique ?

Pour les stéréotypie de l’autiste : éviter de tirer des conclusions trop hâtives.
Poser la question permet d’obtenir une réponse plus adéquate.

Perspectives :

Dynamique de développements avec atouts.
L’imitation au service des enfants avec autisme, système miroir, perception,
L’exécution d’une action, cf miroir brisé de l’autisme.
Dysfonctionnement cérébral du système miroir.

L’imitation est une capacité multi mécanisme.
L’imitation est une capacité flexible.

Actions familières ou nouvelles.
Significations concrètes.

La reconnaissance d’être imité est intacte.
Importance de reconnaître que l’on est imité et que l’on peut imiter.
Ces capacités modifient positivement l’état émotionnel immédiat et c’est durable.

Observer pour apprendre, c’est une autre facette du couplage perception-action.

Difficulté dans le but de la réalisation entraine l’impossibilité de l’anticipation.

C- Pour le Pr Berthoz A. (autisme et stratégies)

Stratégies cognitives du traitement de l’espace : une théorie spatiale de l’empathie.

Importance du corps et manipulation des référentiels spatiaux.
Difficultés d’interpréter un scénario pour l’autiste.
Importance de la cohérence et de l’unité du corps.

Certaines aires du cerveau, notamment le lobe temporal intervient sur l’orientation spatiale et la perception du mouvement du corps (cortex vestibulaire, le STS, le gyrus temporal supérieur)
Ce sont des zones importantes pour la réorientation, l’empathie et la théorie de l’esprit.

Gérard Jorland a établi une esquisse sur la théorie de l’empathie.

L’empathie n’est pas l’imitation,
L’empathie n’est pas la théorie de l’esprit.
L’empathie n’est pas la sympathie.

La sympathie consiste à éprouver les émotions d’autrui sans se mettre nécessairement à sa place.
Exemple, contagion des émotions, exemple «le fou rire».
La sympathie peut être considérée comme typique.

L’empathie consiste à se mettre à la place de l’autre (avec un changement de référentiel spatial)

Paradigme

Symétrie par rotation

Etudes Berthoz, B. Thiroux, B. Jorland, M. Tramus, Bret – Brain cognition 2009

Distinction entre soi et autrui.
Reconnaissance de soi dans le miroir.

Hypothèses :

Des fonctions déficientes dans l’autisme.

Manipulation de l’espace : espaces emboités.

Différence entre les hommes et les femmes dans les stratégies de traitement de l’espace.

Rôle de l’hippocampus ,

Quand on se déplace dans un bâtiment, une rue...
et que l’on veut se souvenir du trajet, pour mémoriser le parcours,
on a tous des méthodes qui nous sont personnels. (enregistrements de détails, perceptions différentes)


Différence entre "l’égo centré et l’allo centré".

On se repère de manière différente, en se remémorant le topo kinesthésique (plan avec description sommaire) – en somme route "égo centrique"
Ou on se sert d’une carte détaillée, comme un survol soit méthode "allo centrique".

Activation des régions différentielles (voir étude de Maguire E. – 2001)

Le cortex

Rétrosplénial : translateur entre égo et allo ?

Latéralisation des mécanismes de la mémoire spatiale, l’hippocampe gauche – mémoire épisodique.



D- Témoignage de Jérôme ECOCHARD – autiste asperger – T.E.D.
(SATEDI = Spectre Autistique troubles envahissants du développement International)

C’est avec beaucoup d’humilité que cet homme raconte son parcours atypique.
Scolarité , intégration, apprentissage des règles sociales…. Un parcours du combattant.

Tout au long de son témoignage, il nous rappelle qu’il est vital pour lui que l’on accepte leurs différences.

Il rappelle qu’il a commencé à sortir de son isolement en classe de quatrième avec la découverte des équations.

Comme il le sous entend :
Avant d’arriver à une certaine maturité, âge ou avant de découvrir un centre d’intérêt, il faut vaincre d’innombrables péripéties et obstacles.

Ses affinités pour les matières scientifiques lui ont permis de sortir d’un isolement prédestiné.

Aveu :
Il éprouve encore des difficultés à dominer ses appréhensions pour les relations sociales et même si les relations avec le monde extérieur demeurent un souci constant.
Il nous raconte avec modestie, ses combats contre ses stimuli et ses angoisses.





> – voici un ressenti personnel après avoir écouté ce témoignage> Pour résumer

« Diagnostic autistique -
Oubliez les différences.
Se souvenir que l’’incompréhension
affecte davantage leur quotidien.

Laissez du temps à ces personnes.

Pour qu’il nous rejoigne.
Et qu’on les comprenne»








E- Aspects comportementaux spécifiques à l’autisme par le Pr Eric Willaye
Directeur scientifique du SUSA (université de Mons Hainaut – Belgique.)
Compléments d’informations par d’ autres présentateurs qui se sont succédés.







Rappel
Définitions sommaires
Troubles du comportement

Difficultés à comprendre les situations sociales,
à exprimer ses besoins, ses attentes, ses émotions,
difficultés d’anticipation, exemple prévoir ses occupations,
sensibilité particulière (bruits, lumière…)



F- Tableau sommaire que l’on a pu découvrir (à améliorer et à compléter…notes rapides)
Essai conversion en JPEG pour publication sur ce site (assombrir pour lecture).




G- Compléments – interlocuteurs divers qui se sont succédés pour clôturer ce congrès 2010.

Informations générales -
Évènements contextuels :
Problèmes médicaux, co-morbidité, discontinuité des programmes, des services.
Imprévisibilité organisationnelle.
Effets secondaires majeurs de la médication psychotrope.
Variation de la médication.
Quasi absence.

Pro action :

Carnet de règle – règles explicites visuelles.
Contrats de comportements
Positif avec un code tarif
Adaptation de programmes
Adéquation du niveau des activités
Organisation des tâches.
Aménagement des espaces
Aménagement de votre communication
Aménager les facteurs déclencheurs.

Apprentissage des comportements.
Communication fonctionnelle. STOP – FINI – NON
Autonomie : apprendre à s’occuper seul.
Scénario sociaux.
Apprendre à comprendre les autres
Jeux de rôles
Self management.

Pour plus d'informations
Association Autisme France
04 93 46 01 77





Dernière édition par Admin le Sam 5 Fév - 20:20, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 114
Date d'inscription : 15/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://amis-d-mom.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

journée autisme 02 04 2011 Sanary sur Mer

Message par Caterine le Sam 5 Fév - 19:59

... Journée de l'autisme sur le Syndrome d'Asperger et l'Autisme de Haut Niveau - Sanary-sur-Mer
www.laprovence.com
Une journée spécialisée sur le syndrome d'asperger et l'Autisme de Haut Niveau

le samedi 2 Avril 2011.

Intervenants spécialisés : 2 Neuropsychologues d'Aix-en-Provence, une ergothérapeute et une orthophoniste du Var.

http://www.laprovence.com/agenda/education-formation/journee-de-lautisme-sur-le-syndrome-dasperger-et-lautisme-de-haut-niveau


Description
De Wikipédia, l’encyclopédie libre

Asperger syndrome or Asperger's syndrome is an autism spectrum disorder that is characterized by significant difficulties in social interaction, along with restricted and repetitive patterns of behavior and interests. It differs from other autism spectrum disorders by its relative preservation of linguistic and cognitive development. Although not required for diagnosis, physical clumsiness and atypical use of language are frequently reported.

Asperger syndrome is named after the Austrian pediatrician Hans Asperger who, in 1944, described children in his practice who lacked nonverbal communication skills, demonstrated limited empathy with their peers, and were physically clumsy. Fifty years later, it was standardized as a diagnosis, but many questions remain about aspects of the disorder. For example, there is doubt about whether it is distinct from high-functioning autism (HFA); partly because of this, its prevalence is not firmly established. It has been proposed that the diagnosis of Asperger's be eliminated, to be replaced by a diagnosis of autism spectrum disorder on a severity scale.

The exact cause is unknown, although research supports the likelihood of a genetic basis; brain imaging techniques have not identified a clear common pathology. There is no single treatment, and the effectiveness of particular interventions is supported by only limited data. Intervention is aimed at improving symptoms and function. The mainstay of management is behavioral therapy, focusing on specific deficits to address poor communication skills, obsessive or repetitive routines, and physical clumsiness. Most children improve as they mature to adulthood, but social and communication difficulties may persist. Some researchers and people with Asperger's have advocated a shift in attitudes toward the view that it is a difference, rather than a disability that must be treated or cured.

Caterine
Invité


Revenir en haut Aller en bas

mobilison nous pour nos enfants - http://www.autistessansfrontieres.com/petition.php

Message par françois le Jeu 2 Juin - 6:47

Bonjour,

Rejoignez nous,
signer la pétition - S.V.P. faites suivre ce lien à vos contacts.

http://www.autistessansfrontieres.com/petition.php

Signez la pétition à l’attention du

Conseil économique, social et environnemental

sur la situation économique des personnes autistes








  • Parce qu’il faut d’urgence apporter
    des réponses sur le coût économique et social de l’autisme, sur la
    nécessité de trouver des pistes de financement adaptées et sur le
    redéploiement des financements actuels.
  • Parce que la prise en charge des 600
    000 personnes autistes reste majoritairement inadaptée, inefficace et
    pire encore, parce que les traitements archaïques auxquels la France a
    encore recours aggravent les troubles des personnes autistes, les
    excluant ainsi de la société et plongeant des milliers de familles dans
    la détresse et l’impuissance.
  • Parce qu’il est capital de nous pencher sur le coût de la non prise en charge précoce de l’autisme :



1. coût sanitaire (dépendance, surhandicap, durée de vie plus courte…)

2. coût social (80% de séparations chez les parents d’enfants
autistes, obligation d’arrêt de l’activité professionnelle pour beaucoup
de mères),

3. coût économique (perte d’autonomie entrainant systématiquement des
hospitalisations et placements en institutions, pertes en terme
d’impôts, car les 400 000 autistes qui n’ont pas d’emploi ne sont pas
imposables).







Nos associations de parents estiment qu’une meilleure prise en charge précoce
fera considérablement diminuer le coût économique et social de ce handicap pour la collectivité.





Nous devons être 500 000 signataires sur ce site (http://www.collectif-autisme.org/PetitionCESE)
pour que le conseil se mobilise.
Ce sera la première fois en France que les citoyens auront saisi cette
institution représentative sur un grand sujet de société



Outre le fait de pointer une situation désastreuse, cette étude
permettra de mettre en évidence les économies qui pourraient être
réalisées si la personne autiste était prise en charge assez tôt, via le
recours à des thérapies éducatives adaptées ainsi qu’à la scolarisation
et la prise en charge en milieu ordinaire. Si celles-ci peuvent sembler
coûteuses au premier abord, il est temps de démontrer, comme cela a
déjà été fait au Québec notamment, qu’elles reviennent, à terme,
beaucoup moins cher à l’Etat qu’une prise en charge en institution.



Le Collectif Autisme se mobilise ainsi pour que l’autisme, pathologie
encore trop méconnue, soit mieux pris en charge par l’Etat tout en
maitrisant les dépenses de santé.


merci de votre solidarité.

françois
Invité


Revenir en haut Aller en bas

temoignage ASPERGER - un parcours atypique - des professionnels - Autisme - Asperger au singulier -

Message par grepolis le Jeu 2 Juin - 21:48

Bonjour,


Pas de problème pour répondre à vos questions. J'espère avoir un peu de temps d'ici quelques semaines pour participer au forum. Camille a 9 ans. Et nous venons d'apprendre en septembre 2010 qu'il avait un syndrome d'Asperger. Il n'y a pas eu de test permettant d'établir ce
diagnostic. C'est le Dr Testard qui a posé ce diagnostic après avoir vu Camille pendant 45 min. Il a aussi écouté ce que je lui racontais de Camille.



Et puis il l'avait vu en consultation 3 ou 4 fois depuis décembre 2007, date à laquelle nous sommes installés dans la région. Camille n'a pas les symptômes de manière
très aiguë. C'est peut-être la raison pour laquelle le Dr Testard n'avait pas remarqué cela auparavant. Jusqu'à présent, nous consultions ce médecin parce
que Camille avait eu un épisode épileptique (qui ne s'est pas reproduit). Et puis, comme il avait un comportement étrange à l'école, nous avons consulté une
psychomotricienne qui nous a dit qu'il était atteint de dyspraxie. Le Dr Testard a confirmé la dyspraxie.





Le Dr Testard a donc vu Camille pour un épisode épileptique, puis pour une dyspraxie. Et puis, nous nous disions : "c'est bizarre, cela n'explique pas son comportement étrange ; il y a autre chose". Et puis récemment le Dr Testard a constaté que Camille avait un syndrome d'Asperger. En nous documentant sur Asperger, nous nous sommes expliqué tout un tas de choses…Et nous avons découvert que les "Asperger" étaient fréquemment atteints de dyspraxies et qu'ils avaient des crises d’épilepsies !



Ces 2 pathologies n'étaient que des épiphénomènes d'un problème plus global pour Camille.


Ce médecin le voyait 1 fois par an environ. Nous allons déménager pour aller vivre en Belgique. Donc il n'assurera plus le suivi de Camille. Il n'y a pas de traitement médicamenteux. C'est
en thérapie de groupe dans un C.M.P.P. (Centre médico psycho pédagogique) depuis 18 mois et cela semble lui réussir. C'est un travail surtout basé sur la relation, qui est très utile puisque le problème des "Asperger" c'est d'être "handicapé" particulièrement pour les relations sociales.





Mais il n'y a pas de travail corporel dans cette thérapie. Nous nous sommes rendu compte qu'il fallait aussi que Camille pratique un travail corporel.



Camille a bénéficié de quelques séances de sophrologie avec une jeune femme très intéressante sur Ferney-Voltaire, Aurélie Milleret.


Grâce à elle, nous avons réalisé que Camille "ne ressentait pas son corps".



Elle nous a conseillé de le "corporaliser", de le masser, de lui faire éprouver des sensations physiques par le contact.

Nous avons alors compris pourquoi Camille avait eu du mal à devenir propre (la nuit surtout) et pourquoi il n'arrivait pas à faire du vélo par exemple.



Camille a fait quelques séances de rééducation dans l'eau avec un éducateur spécialisé à Genève qui pratique la méthode Halliwick, Yvan Cochard.



Cela lui apportait beaucoup.



Nous souhaitons que Camille continue à pratiquer cette méthode lorsque nous aurons déménagé en Belgique (prochainement).




Actuellement Camille va très bien. Depuis, quelques mois, il est devenu propre la nuit et le jour, grâce à l'excellent travail d'une pédiatre de l’hôpital de Thonon, le Dr Said-Menthon.


A 9 ans, il suit une scolarité normale en C.M.1 et il est plutôt bon.



Il a une très bonne mémoire et un niveau de langage très correct, même s'il a parfois de petits soucis d'élocution. Cela finit par se corriger progressivement.



Son comportement étrange avec les autres enfants a disparu (il faisait des bisous, souvent non souhaités, à tous ses camarades de classe). Il fait ses devoirs tout seul et sans qu'on lui
rappelle de le faire. Il a des copains.



Il est apprécié pour sa gentillesse, son intelligence, sa grande créativité.


Il fait de magnifiques dessins, aime la musique, le théâtre. Il récite de mémoire des textes qui lui plaisent.






Il est encore très centré sur lui, mais cela évolue. Il se préoccupe davantage des autres. Il prenait tout en premier degré et ne comprenait pas la plaisanterie. Maintenant il a de plus en plus d'humour. Il a encore parfois des réactions violentes, il a des crises, alors que nous constatons que ce sont pour des sujets anodins.


Exemple : si je fais de la soupe mixée, il crie "pitié, pitié" d'une voix mélodramatique.



Il a encore du mal à supporter certaines situations d'échec ou des remarques du style "tu ne dois pas bavarder en classe". Cela peut le conduire à faire une colère, à
taper dans les portes devant ses camarades. J'ai réalisé que Camille avait beaucoup de mal à supporter la cantine, à cause du bruit et du brassage.



Il a besoin d'un retour au calme pendant la pause de midi.


Depuis janvier 2009, il ne va plus à la cantine et nous l'avons vu s'épanouir de manière significative.


Comme nous avons compris son problème et que nous savons maintenant réagir en conséquence, il se sent plus écouté, il est moins anxieux. Il met en place ses stratégies pour se sortir des situations difficiles. Son papa et moi, nous sommes moins angoissés par sa pathologie, maintenant que nous avons pu mettre des mots.



Il sent cette confiance retrouvée et s'épanouit à vue d'œil. Il a un petit frère de 3 ans, Sylvain. Ils s'adorent tous les deux et partagent plein de choses ensemble.






Nous avons lu que la meilleure chose à faire avec un enfant Asperger est de lui faire suivre une scolarité normale. C'est ce que nous avons toujours fait. Les Asperger imitent beaucoup ce qu'ils voient.

Si on les met avec des enfants qui ont un comportement pathologique, ils vont développer le même genre de comportement.
Au contraire, s'ils suivent une scolarité normale, ils se conforment petit à petit au groupe. Il y a quelques années, Camille ne chantait pas au cours de musique.



Désormais, il chante avec les autres. Concernant les aides à la vie scolaire, nous nous sommes toujours dit que c'était à double tranchant.


]En C.P., la maitresse avait suggéré qu'on sollicite le soutien une A.V.S. (auxiliaire de Vie Scolaire). Le Dr Testard et nous, les parents, avons toujours refusé. Cela l'aurait singularisé encore plus aux yeux des autres et il n'aurait plus rien fait. "Je suis malade, j'ai besoin d'être aidé." etc… Notre stratégie a porté ses fruits. De même, il a eu quelques difficultés pour apprendre à écrire. Certains professeurs ont suggéré que j'écrive à sa place pour faire les devoirs. Nous avons limité ce conseil.


Je l'ai aidé quelques fois quand il y avait beaucoup de choses à rédiger. Maintenant, il écrit très bien, et plus vite que certains autres élèves.



Attention, c'est l'histoire de Camille ! c'est la sienne - les enfants sont différents.





Certains enfants auront besoin d'une A.V.S., d'autres d'un ordinateur pour réduire le travail de copie, qui est parfois cauchemardesque pour les dyspraxiques par exemple.


Voilà, j'espère encore une fois que mon témoignage pourra être utile.


Chaque histoire est tellement particulière ! Je peux communiquer les coordonnées des personnes (médecins ou para-médicaux) que nous avons rencontrés.


http://amis-d-mom.forums-actifs.com/t79-listes-medecins-specialistes-recenses-neuropediatrie-neurologie


grepolis
Invité


Revenir en haut Aller en bas

documents Vidéo à diffuser

Message par joelle le Mer 30 Nov - 8:23

bjr,

pouvez vous poster ce lien. merci

http://vimeo.com/8965271

joelle
Invité


Revenir en haut Aller en bas

demande conseils Aidant/Autiste

Message par noxial le Mer 4 Jan - 20:55

bonjour, je viens de me réorienter professionnellement et j'ai fait un stage auprès d'une structure accueillant des enfants autistes.
Je me demandais ce que l'aidant vivait au fil des années? la patience me fera t-elle défaut?








bonjour,

bravo pour vos projets de reconversion, effectivement, il est nécessaire d'avoir beaucoup de patience. L'expérience est une chose et la formation en est une autre, il existe des formations et un nouveau titre pour ceux qui se lancent dans cette aventure.

Rapprochez vous des centre de recherche autisme, ils vous communiqueront les informations et indications des formations.

Bonne continuation, je partagerai bien volontiers ma petite et humble expérience sur M.P. ou si vous le voulez bien de vives voix.

C'est aussi, une aventure unique.

A bientôt



noxial
Invité


Revenir en haut Aller en bas

conference avril 2012 - Lyon - autisme - T.E.D.

Message par babou le Ven 10 Fév - 9:36

Bjr

pouvez vous diffuser l'information sur la prochaine conférence.
Elle est prévue sur la région Rhône Alpes, elle concerne
le sujet Autisme et troubles du comportement.




merci

Liens en P.J. à débloquer

a a écrit:


bonjour, reçu différents liens et messages.
certains ne s'ouvrent pas.

pour la conférence de
on tente un essai pour insérer un lien:

Essai diffusion par copie-collé de l'information principale :

"L’association Autisme Rhône organise une conférence sur le thème des Troubles du Comportement chez la personne autiste.


Elle se tiendra le mardi 3 avril 2012 à 20h30 à la Mairie du 8ème arrondissement de Lyon, 12 avenue Jean Mermoz. (Tramway ligne T2 arrêt le Bachut Parking à proximité)


Elle sera animée par Gloria Laxer, Docteur en linguistique et en communication, Directrice de recherches, Auteure de nombreux ouvrages sur l’autisme.


Tarifs :


10 euros

5 euros pour les étudiants


Informations complémentaires : 06 21 02 28 54"



voilà c'est fait - si on peut télécharger l'affiche - on publiera sur d'autres rubriques ou sur le site.

- bonne journée


Lien reformaté pour LE SITE AMIS D MOM
Cliquer sur la ligne ci-dessous.

conference AUTISME TED AVRIL 2012 LYON

Moteur de recherche
http://www.cra-rhone-alpes.org/spip.php?article2387





babou
Invité


Revenir en haut Aller en bas

danger association phenobarbital et autres médicaments

Message par siam le Mar 3 Avr - 20:50

bonjour,
nous avons accepté un traitement pour les convulsions et les troubles du sommeil de notre enfant de 22 ans, reconnu autiste, T.E.D.

on se demande si on a bien fait d'accepter ce traitement.
Depuis la prescription et la prise de phénobarbital, il a perdu beaucoup de kilos, ses muscles se sont atrophiés, son activité est ralenti, nous avons décidé de stopper le traitement. Mais nous sommes consternés, des effets secondaires importants sont survenus:
troubles neurologiques, respiratoires, endocriniens et sanguins.

comment peut-on l'aider, il s'est replié sur lui-même, ses membres se sont atrophiés, le sommeil ne s'est pas régularisé.
c'est très difficile de retrouver un équilibre et on se sent impuissant devant les effets secondaires apparus depuis ces changements.
y aurait-il d'autres cas ?
depuis, nous avons refusé par la suite, tous les traitements, notamment à base de mélatonine,
alors que les nuits sont de plus en plus difficiles.
on n'a plus la force de se fier à des paroles.
on est épuisé de ne pas arriver à aider notre enfant.

comment font les autres parents ?
merci d'avance

siam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

copie collé informations phenobarbital

Message par speedy2 le Jeu 5 Avr - 11:29

bjr,

il y a un lien ou on trouve tous les effets indésirables du pms-Phenobarbital

(phénobarbital)


(si vous voulez l'insérer ou lire le copié collé)


"Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires.
Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament
lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave,
temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les
effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires
peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître
d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets
secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait
être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si
ces effets secondaires apparaissaient :



  • de l'anxiété ou un état de nervosité ;
  • des cauchemars ou des troubles du sommeil ;
  • de la constipation ;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère ;
  • de l'irritabilité ;
  • de la maladresse ou une démarche instable ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée ou des vomissements ;
  • une sensation de faiblesse ou de tête légère ;
  • une sensation de « gueule de bois » ;
  • une somnolence.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent
pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves
problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.


Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :


  • de la confusion ;
  • un état dépressif ;
  • une excitation inaccoutumée ;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée ;
  • des hallucinations ;
  • saignements inhabituels ou ecchymoses (bleus)

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :


  • une douleur musculaire ou articulaire ;
  • une douleur thoracique ;
  • une enflure des paupières, du visage ou des lèvres ;
  • une éruption cutanée ou de l'urticaire ;
  • une fatigue sévère ou de la difficulté à respirer ;
  • une fièvre ;
  • un mal de gorge ou une fièvre  ;
  • une peau rouge, épaissie ou écailleuse  ;
  • une respiration sifflante ou une oppression thoracique ;
  • des ulcérations qui saignent sur les lèvres ;
  • des ulcérations ou lésions, ou des points blancs (douloureux) dans la bouche.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament."


bonne lecture




bonjour,

merci, oui on va essayer d'insérer le lien reçu,

effets indésirables phenobartital
ou
http://santecheznous.com/drug_info_details.asp?channel_id=0&relation_id=0&brand_name_id=4761&page_no=2


N.B. Consultez votre médecin, votre neurologue etc....; il est votre interlocuteur privilégié et de vous renseigner et de vous orienter.

Bonne journée




speedy2
Invité


Revenir en haut Aller en bas

hyper activite

Message par coccinel le Ven 23 Nov - 13:53

bjr



j'aimerai avoir des conseils pour canaliser l'hyper activité de notre enfant TED;

merci de tous vos conseils.


La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc 2012 - 12:40


Bjr,
pouvez nous nous joindre sur la M.P. ainsi nous pourrions vous mettre en relation avec de nombreux professionnels ou parents.
A bientôt



coccinel
Invité


Revenir en haut Aller en bas

neurones miroirs

Message par arcil le Ven 8 Fév - 22:29

bonjour,
j'ai cherché des informations sur les neurones miroirs, mon demi-frère est autiste.
Comment peut-on compenser ce qui n'existe pas ?




La date/heure actuelle est Jeu 7 Mar 2013 - 15:15


bonjour,

Chaque personne autiste est différente et représente un cas à elle toute-seule.

Pour ma part, je travaille auprès d'un jeune adolescent autiste depuis bientôt 5 ans.

Et je fais régulièrement appel à l'apprentissage par le biais du cognitifs, l'imitation et des exercices différents que j'ai développé avec lui.

Les améliorations sont notoires, elles sont longues à acquérir et une très grande patience est nécessaire.

Je peux vous transmettre mes fiches de travail (copies) si vous souhaitez aider et accompagner votre demi-frère dans un travail régulier et constant.

Coordonnés et M.P. à votre disposition.




arcil
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Formation langage TED'S AUTISTE 13 AVRIL 2013 SAONE ET LOIRE

Message par angeyan1 le Lun 1 Avr - 21:29

Relayer pour informer et multiplier les partenariats.
Informations diffusées par
>> contact@lesteds.fr
>> www.lesteds.fr
détails informations courriel -


Bonjour,

je me permets de vous rappeler la venue d'Albane Plateau chez
nous le 13 avril afin de travailler le développement du langage. Albane
utilise l'ABA VB, la pédagogie Montessori, l'éducation structurée.


Le village où se trouve la formation est à 10 km de la sortie 8 de l'A39.
Savigny en Revermont 71 Saône et Loire - tarifs : 30 euros/journée.
horaire de 9 à 17 h.

Le repas se fait sur place "tiré du sac".

Nous contacter si vous êtes intéressés, laisser votre adresse courriel sur la M.P.
amis.d.mom@gmail.com
les fichiers d'inscription vous seront envoyés directement.

angeyan1
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Formation lecture Autistes-T.E.D. CHALON SUR SAONE SAMEDI 28 09 2013

Message par anniel2 le Lun 13 Mai - 8:13


Relayer pour informer et multiplier les partenariats.
Informations diffusées par
>> contact@lesteds.fr
>> www.lesteds.fr
détails

AUTISME 71 GEPAP organise une formation


Samedi 28 septembre 2013
à Chalon sur Saône (71)

« L’apprentissage de la lecture : outils et pratiques. » animé par Agnès Woimant


Cette formation s'adresse aux A.V.S., aux parents et aux professionnels : orthophonistes, ergothérapeutes, éducateurs, enseignants, qui souhaitent
mettre en place des stratégies adaptées, pour aider les personnes ou enfants avec une forme d’autisme (TED), à apprendre à lire, qu’ils soient verbaux ou non.


Agnès Woimant est Vice Présidente d’Autisme France et intervient depuis des années, auprès de professionnels (enseignants, éducateurs), à la demande de l’Education Nationale et de l’Education Spécialisée (cf site INSHEA).
Elle a collaboré également à la réalisation de 3 films sur le parcours scolaire d’un élève autiste.


Agnès Woimant est mère d’un garçon autiste de 15 ans, elle a construit de nombreux outils pédagogiques (voir son site http://autisme-apprentissages.org), qui seront présentés et pourront être consultés le jour de la formation.









Cette formation de qualité aura lieu :



à la maison des Syndicats de Chalon sur Saône - 2, rue du parc
Samedi 28/09/2013 de 9h30 à 12h30 et de 14 h à 17 h.


Tarif : 25 euros et 15 euros pour les A.V.S./E.V.S. et
les adhérents de l’association AUTISME 71 GEPAP

Vous trouverez dans l’affichette ci-jointe le programme de la journée et le bulletin d’inscription, à joindre à votre règlement.


Merci de faire circuler cette information, auprès de votre entourage, des A.V.S., enseignants, professionnels de l'autisme.






http://autisme-apprentissages.org

anniel2
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rôles des neurones miroirs - neurosciences ? philosophies de l'esprit ? sciences sociales ? représentation de l'action ? entrelacements perceptif et cognitif ? Intersubjectivité ?

Message par living le Mar 14 Mai - 5:59

bonjour,
je m'intéresse aux théories et en parcourant différents forums, je suis tombée sur le sujet : neurones miroirs.
Il est précisé sommairement que


"...lorsque nous exécutons une tâche, les neurones sont activés. Si nous observons une personne faire cette même tâche,
les mêmes neurones sont activés. Le dysfonctionnement serait là chez les autistes ; les neurones ne s'activent pas s'ils observent une personne
faire quelque chose."
mais j'en suis venue à la question typique :

Quel rôle devraient avoir ces neurones en s'activant ?





La date/heure actuelle est Mar 14 Mai 2013 - 9:03

Bonjour L.,

Quel rôle devraient avoir ces neurones en s'activant ?

Mhum....., je ne suis pas une spécialiste...Toutefois, forte de mon expérience sur le terrain :
assistance auprès de jeunes autistes (...) et d'autres types de personnes affectées "d'handicap ou pathologies différentes"

Précisions personnelles :
je suis autodidacte et mon parcours s'appuie sur des rencontres et échanges régulières avec des jeunes ou personnes autistes ou assimilées.

Contexte :
dans le cadre de ma reconversion professionnelle mûrement réfléchie.
- 5 années de recul et d'expériences - (ex-collaboratrice d'arch.).

Si je peux me le permettre, je créditerai sous entendu avec beaucoup d'espoir, ces théories :
dysfonctionnement des neurones miroirs. (et tout comme beaucoup d'entre vous, je cherche à comprendre, à stimuler, et faire évoluer cette théorie.)

Applications personnelles.
J'ai principalement accentuée mes travaux de soutien sur le mimétisme, le cognitif...(N.B. Je suis moi-même affectée du syndrome d'Arnold Chiari de type 1-travail régulier sur l'empathie-réapprentissage, maintien des acquis, restructuration...mise à niveau.....S.F.T. en 2008).

Constatations :
Après beaucoup d'exercices, d'échanges, d'investigations....d'obstinations, de persévérances, de joies mais aussi de fatigue.

Au terme d'une première année de travail, de répétitions, de mise en confiance...
euréka :
La compréhension des actes pour un jeune adolescent autiste-hyper actif, m'a semblé enfin, possible d’où possible activation de ses neurones (miroirs),
Médicalement-biologiquement, ça je ne peux le confirmer.


Langage-verbalisation
Toutefois, personnellement, je n'ai pas résolue l’énigme et je ne suis pas parvenue à l'aider à surmonter, la difficulté d'arriver à lui faire prononcer ou l'aider à retranscrire correctement toutes les consonnes :
"R" , est une véritable épreuve.
Alors, et s'il y aurait un problème technique-anatomique ? langue trop courte ??? (suppositions....voir un spécialiste de la parole....HELP).

N.B. Ce jeune adolescent est suivi par une orthophoniste qui déploie beaucoup d'ingéniosités et de patience...

Pour revenir au sujet.
De manière générale, si j'essayais de résumer : Activation des neurones miroirs
(pures spéculations ou interprétations, je le rappelle, je ne suis pas une spécialiste...) :

rappel de base - les neurones, ce ne sont pas les nerfs ! Cf sujet http://amis-d-mom.forums-actifs.com/t10p5-autisme-ted-s-forum-echanges-forum-informations-formations#124


En s'activant, ils nous permettent de ressentir et de comprendre ce qu'il se passe devant nous (vue).

Par exemple, une personne se prend un coup dans le bras, certains neurones vont s'activer (nos neurones miroirs nous indiquent que la personne a du avoir mal à cet endroit). Et l'empathie serait ainsi "active" (existante-et en service....).

Bien évidemment, il y a plusieurs interprétations possibles et les investigations se multiplieront.
Il serait bien de les mettre en commun, si possible en œuvre et d'approfondir... non ? qu'en pensez-vous ? S.V.P. lancez vous ! Thanks very much.


Autre exemple, ces neurones miroirs auraient aussi un rôle dans la théorie de l'esprit.
Ce serait avec l'activation de ces neurones que l'on pourrait prédire les intentions d'une personne, ses actions, etc.

Alors différences ou dysfonctionnements des neurones miroirs chez les autistes, T.E.D.S etc.... ?

Réponse ?????
C'est encore et malheureusement un peu, voir énormément "indéfinissable"
mais, ne dit-on pas, que l'espoir fait vivre, alors patientons.

Quoiqu'il en soit, rien ne nous interdit d'exploiter cette piste ou théorie et développer ou de réfléchir à de nouvelles méthodes permettant l'acquisition du langage, l'apprentissage de la lecture (public autistes, T.E.D'S.....) ?


Les orthophonistes, les enseignants, les A.V.S., les parents, les différents professionnels....
ont probablement des éléments qui intéresseraient les scientifiques.

Mais réunir les uns et les autres, encourager leurs propres neurones miroirs à une collaboration.
?


Cet entrelacement existera t-il un jour ?


Bon, primo
Que dire ou écrire, succinctement sur les Neurones miroirs ?

Je me lance, j'active mes cases mémorisations, pensées, réflexions, leçons retenues, résumés de lecture et j'espère pour ceux qui ne liront pas le lien proposé ou le "copie-collé" que les phrases clés, déclinées ci-dessous, recèleront d'informations qui vous parleront :

- entrelacement entre deux niveaux, le perceptif et le cognitif ;
- capacités à se représenter l’action ;
- imitation-reproduction de l'acte- (mimétisme) ;
- empathie ; capacités ;
- émetteurs-récepteurs ;
- intersubjectivité ;
- rôle multifonctionnel ;

Bien naturellement, il serait intéressant de "se plonger" dans la littérature scientifique....les publications des recherches....
décoder, localiser, voir comprendre les dysfonctionnements, n'est-ce pas une des premières démarches qu'il faudrait envisager ?

Plusieurs ouvrages ou études ont été menées et publiées :
confère textes, études, propos, conférences......
Pr Ramachandran, Rizzolatti, (conférence donnée à l’Académie des sciences, déc. 2006), Corrado Sinigaglia, Simon De Keukelaere, R. Girard, Hegel...(listes non exhaustives)...

Voici un "copié-collé" (cliquer sur le lien reporté ci-dessous) pour ceux qui ne peuvent pas l'ouvrir, voici une partie de l'article qui vous permettra de saisir la finesse du rôle des neurones miroirs ? Cet article est l'un, me semble t-il, des plus complets...
Mais, comme souvent, il y a un "hic" : dommage que ces études ne semblent pas intéresser les spécialistes ? et qu'on ne sache pas encore quoi faire de ces découvertes ou informations !

LIENS
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/neurones-miroirs-i-une-decouverte-48805

".....1. Découvertes des neurones miroirs.

Évoquer les neurones miroirs en un seul billet risque de laisser de côté nombre d’implications scientifiques mais aussi philosophiques. Ce sujet mérite à lui seul un ouvrage, ce que fit Rizzolatti dont le livre co-écrit avec Corrado Sinigaglia, philosophe des science, a été traduit en français en 2008 chez Odile Jacob. Pour l’instant, cette découverte concerne les neurosciences mais comme on le verra, elle pourrait avoir des conséquences plus larges, en philosophie de l’esprit et en sciences sociales.


Rappel des faits. Rizzolatti et son équipe ont découvert par hasard que des neurones placés dans la zone F5 du cortex moteur, activés quand le macaque exécute une action, sont également activés chez un autre macaque qui observe son congénère. Sans pour autant effectuer l’action. Ce constat a fait dire à Rizzolatti que ces neurones servent à projeter une représentation de l’action, que celle-ci ait lieu ou non. Autrement dit, pour comprendre ce que fait l’autre, un sujet doit activer ses propres neurones moteurs qui en situation d’agir, seraient activés pour réaliser la même action que celle déployée par l’individu observé.


« Les neurones miroirs constituent une classe particulière de neurones initialement identifiés dans le cortex pré central du macaque. Leur caractéristique principale est de s’activer aussi bien lorsque le singe effectue une action spécifique ou lorsqu’il observe un autre individu en train d’exécuter la même action. Ainsi un tel neurone s’active quand le singe saisit un objet donné, ou lorsqu’il voit l’expérimentateur saisir le même objet. Certains de ces neurones sont très spécifiques, ne s’activant que si les deux mouvements, saisie observée et saisie exécutée, sont réalisés de la même façon (…)

Quel est le rôle fonctionnel des neurones miroirs ?
Diverses hypothèses ont été avancées.

En fait, leur fonction n’est pas unique. Leur propriété est de constituer un mécanisme qui projette une description de l’action, élaborée dans les aires visuelles complexes, vers les zones motrices. Ce mécanisme de transfert comporte toute une variété d’opérations. Une de leurs fonctions essentielles est la compréhension de l’action. Il peut paraître bizarre que, pour reconnaître ce que l’autre est en train de faire, on doive activer son propre système moteur. En fait, cela n’est pas tellement surprenant. Car la seule observation visuelle, sans implication du système moteur, ne donne qu’une description des aspects visibles du mouvement, sans informer sur ce que signifie réellement cette action. Cette information ne peut être obtenue que si l’action observée est transcrite dans le système moteur de l’observateur. L’activation du circuit miroir est ainsi essentielle pour donner à l’observateur une compréhension réelle et "expérientielle" de l’action qu’il voit » (Rizzolatti, conférence donnée à l’Académie des sciences, déc. 2006)


Depuis 1996, la présence des neurones miroirs a été confirmée par nombres d’études ouvrant la voie vers une compréhension des mécanismes perceptifs ainsi que des processus cognitifs essentiels comme l’interprétation des actions perçues. Les neurones miroirs sont spécifiques et réagissent sélectivement. Par exemple, lorsqu’un singe voit une action assortie d’un bruit, des neurones sont activés et réagissent aussi lorsqu’on soumet ce singe à un même bruit, sans que l’action soit visualisée. Le plus intéressant, c’est certainement cet entrelacement entre les deux niveaux, le perceptif et le cognitif. Selon Rizzolatti, deux classes d’informations sont articulées, celles portant sur ce que fait un individu et sur la finalité associée à cette action, autrement dit, le pourquoi. Par exemple, lorsque nous voyons une dame se saisir d’une pomme, nous identifions ce geste à partir de notre répertoire de « perceptions sémantisées », mais nous pouvons en savoir
plus, notamment sur l’intention liée à cette action. Cette dame va-t-elle mettre la pomme dans un panier ou bien la manger. La finesse de notre système d’interprétation est telle que nous saisissons l’intention avant que l’exécution de l’action ne laisse planer aucun doute. Autrement dit, lorsque nous constatons que la pomme est entre les dents ou bien dans le panier. L’imagerie IRM a confirmée dans certain cas cette perception de l’intention liée à l’activation de neurones miroirs chez les singes auxquels on a appris à effectuer des actes intentionnés.

Chez l’homme, on a observé la présence des neurones miroirs dans le cerveau encore immature du jeune enfant. Et chez l’adulte, ces réseaux miroirs apparaissent comme bien plus développés que chez les autres primates. Ce détail semble anodin et couler de source puisque le cerveau de l’homme est bien plus gros que celui des singes. Mais le fait que les neurones miroirs y soient très développés n’est pas fortuit. Car tout dispositif naturel possède une contrepartie fonctionnelle et si ces neurones sont présents en nombre, c’est sans doute parce qu’ils ont un lien avec ce qui sépare l’homme de l’animal. La raison et le langage aurait dit Aristote. Et plus généralement, l’intersubjectivité.



2. Mystère épistémologique. Une découverte qui n’est pas entrée dans le domaine public

Aussi étrange que cela puisse paraître, cette découverte, saluée par quelques gens du sérail cognitiviste et neuroscientifique comme étant gigantesque, n’est pas entrée dans le domaine public comme par exemple le gène ou la physique quantique. Un épistémologue averti trouverait cette situation assez étrange, cocasse, pour ne pas dire incompréhensible. Sans doute, plusieurs facteurs expliquent le peu d’engouement pour les neurones miroirs.
D’abord, cette découverte n’a pas d’applications techniques directes. Nous sommes dans de la recherche la plus fondamentale qui soit. Et si innovation il y a, celle-ci porte une compréhension nouvelle des processus cognitifs avec des perspectives intéressantes mais qui ne peuvent encore être évaluées.

Voici ce que déclare Robert Sylvester, écrivain des sciences « La découverte des neurones miroirs est absolument renversante. C’est aussi la découverte la plus
importante et elle est pratiquement négligée parce qu’elle est si monumentale que nul ne sait qu’en faire
» Monumentale, c’est possible, mais pour l’instant, les monuments scientifiques et autres châteaux d’idées restent à l’état de fondations et encore, qui sait si, pour parler comme Strauss, nous n’avons pas affaire au toit de l’édifice. Écoutons ce qu’en ditV.S. Ramachandran, directeur du Center for Brain and Cognition « La découverte des neurones miroirs est la plus importante nouvelle non-transmise de la décennie. Je prédis que les neurones miroirs feront pour la psychologie ce que la DNA a fait pour la biologie. Elles vont fournir un cadre unifiant et aider à expliquer une quantité de dispositions mentales qui jusqu’à maintenant restaient mystérieuses et inaccessibles à l’empirisme » L’affaire se précise. Les neurones miroirs auraient dans le champ des sciences cognitives et sociales un rôle aussi important à jouer que celui exercé par l’ADN dans le domaine de la biologie.


Dans un article détaillé (Automates Intelligents, mars 2005) Simon De Keukelaere offre quelques pistes de réflexion intéressantes. Il faut dire que nous avons affaire à un spécialiste de l’œuvre de René Girard. Et bien évidemment, comment ne pas déceler le mimétisme en œuvre dans les mécanismes de miroir neuronal. Il est évident que l’activation du processus miroir rend compte des phénomènes d’imitation. Et que la saisie des intentions par un processus miroir constitue une confirmation et un champ d’étude permettant de corroborer la thèse de Girard selon lequel le mimétisme en œuvre dans les sociétés ne se résume pas à une simple mimesis formelle (celle du peintre) mais à une mimesis des intentions, et donc des désirs. L’auteur expose intelligemment les résultats d’expérience sur les enfants, montrant que très tôt, ceux-ci penchent vers une imitation des adultes, tout en se détournant de leurres artificiels. Plus précisément, les jeunes enfants se concentrent sur les intentions et buts qu’ils parviennent à déceler en observant les adultes. Et quelques théoriciens audacieux vont jusqu’à proposer que chez l’homme, l’imitation se fait sur les buts et intentions. Quoi qu’il en soit, la mimesis paraît bien constituer l’une des essences de l’homme, comme la volonté. Et si le
cortex moteur est l’instrument de la volonté, alors les neurones miroirs sont les instruments de l’imitation. Plus exactement, ces neurones sont non seulement le support cellulaire des représentations d’intentions, actes et buts, mais aussi l’articulation entre représentation et action.

De Keukelaere ne croit pas si bien dire en plaidant pour une rencontre entre les sciences humaines et les sciences du cerveau, afin de donner aux neurones miroirs
une place éminente dans le champ transdisciplinaire. Il ne s’est pas privé en allant enquêter du côté de Platon et surtout, de Girard. Le neurone miroir est en fait multifonctionnel. Et semble fonctionner selon trois modes, le négatif, suscitant l’aversion et donc, porteur de différenciation ; puis le neutre, disons la cognition empathique, détachée de force attractive ou répulsive ; enfin le positif, lieu où le désir se fait mimétique et où le danger de conflit se dessine. C’est d’ailleurs Rizzolatti qui dans un entretien récent, évoquait le danger de l’imitation chez les singes, tout en soulignant que l’imitation n’est que très peu pratiquée chez nos
congénères primates non humains. Par contre, le désir mimétique apparaît comme essentiel chez l’homme et si pour un sociologue comme Tarde, le mimétisme était source de stabilité sociale (et on peut ajouter, de conformisme), il en va tout autrement pour Girard qui y voit les mécanismes de violence se dessiner. Autrement dit, nous si nous imitons des intentions bien plus que des représentations, alors nous sommes le siège de désirs identiques et ce désirs peut conduire à des rivalités, d’où le danger, que Girard a décelé dans les Evangiles interprétées comme des textes visant à prévenir l’homme de ses penchants, envie, désir, orgueil.


Il existe une sorte de mécanique, voire de dialectique des miroirs. En fait, un processus de renforcement, de surenchère, que Bateson avait du reste découvert dans les conflits et que Girard voit d’une clarté toute biblique dans les Écritures. En imitant son désir, je ne fais que renforcer celui de mon rival pour sa chose ou son être désiré. Et parfois, je lui redonne le désir de son épouse qu’il avait délaissée depuis longtemps (Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair, Livre de Poche) Laissons à Girard les développements de cette thèse du désir mimétique comme schéma universel en œuvre dans les sociétés. Pour mettre l’accent sur une dimension importante. S’il y a désir mimétique, c’est qu’un processus cognitif est en œuvre dans le sujet. Il faut en effet une précision, une finesse cognitive bien développée pour identifier les désirs et les intentions. On sait maintenant que ce sont les neurones miroirs qui en assurent la fonction. Des neurones trouvés chez les singes mais qu’on pourra soupçonner chez d’autres mammifères, eux aussi soumis aux désirs mimétiques, tels deux cerfs en rut se faisant front et se combattant pour une femelle. Et les oiseaux ? N’avons nous pas un mécanisme de ce type lorsque deux moineaux se disputent une miette de pain ? Et aussi dans la genèse des langages que ces subtils animaux ont pu déployer pour communiquer à travers le champ. Ce qui nous ramène à l’homme et une question sur l’origine du langage. Selon Rizzolatti, les mécanismes miroirs font que des actions deviennent des messages sans médiation cognitive (sous entendu, rationnelle) Si bien que le mécanisme miroir pourrait être à l’origine de la genèse du langage. En permettant notamment qu’un message émis devienne pertinent pour son récepteur.

En un mot, le mécanisme miroir renvoie à la compréhension de la relation avec l’autre et même la connaissance de l’Autre. Et surtout à l’intersubjectivité, au partage des émotions, désirs, aversion, à l’empathie et qui sait, à l’intersubjectivité dans la littérature et l’art. Que de perspectives. Même Hegel se loge dans le mécanisme miroir (et réciproquement) lorsqu’on lit avec attention la première partie de la Phénoménologie et le fameux passage sur la force sollicitée qui devient sollicitante. Et nous ne sommes pas au bout des surprises car le mécanisme miroir pourrait bien éclairer nombre de textes venant de l’Antiquité, ceux de Platon, Aristote, Plotin. Et… ?....."



Sur le même thème
Miroirs (II) : Évocations historiques d'une vieille époque ne connaissant pas les neurones...
Neurones de l'autre côté du miroir
Votre chien tire la gueule, c'est normal, il sait que vous êtes injuste à son égard
De l'admiration au rejet : le parcours du bouc émissaire
Miroirs (III) La science du 21e siècle et le principe du miroir

Alors théories ou pistes d'investigations ?
C'est souvent difficile de comprendre des textes aussi élaborés
et si on redevenait des enfants ?
Pourquoi, ne dirions nous pas tout simplement.

Alors "Dis... on fait comment pour associer le cognitif et les neurones miroirs ???"

Riche de toutes ces informations, dialectiques, théories...... et comme personne ne sait que faire de cette découverte !!

Est ce que des familles ont pu mener des essais ou développer des méthodes spécifiques...d'apprentissage avec leur proche autistique ? (apprentissage lecture, langage, empathie....) ?

dernière question
Avez vous remarqué que certaines personnes autistes, T.E.D.S. mais aussi d'autres pathologies.... écrivaient ou reproduisaient ou reconnaissaient parfois ce qu'elles visionnaient à l'envers ?
Ce qui m'a amené à penser que le miroir ne nous a pas encore tout dit !


A suivre
cordialement
estelle




La date/heure actuelle est Mar 14 Mai 2013 - 10:27

OK - on peut se lancer

Et si on faisait un jeu en s'appuyant tout bonnement sur le terme littéral "miroir" !

je propose un test tout simple :


Exercice :
Essai de reproduction des lettres et puis de ....se rapprocher d'une orthophoniste pour l'interprétation.

Tenir compte de l'âge, des bases acquises (cognitives, apprentissages, aptitudes, intérêts....)

Vous trouverez ci-dessous un support de l'alphabet inversé - vous pouvez masquer et utiliser cette base de plusieurs façons.


sur un fond clair




















Fond noir



















Vous pouvez poster vos croquis, vos essais...les réflexions communes sont souvent très intéressantes, s'entrelacent et qui sait, permettront de gommer un jour prochain, l'étain du miroir et réaliseront l'entrelacement du perceptif et du cognitif ?






question et réponse à conserver pour l'orthophoniste.


si vous parvenez à lui suggérer ses deux essais (inversé) et
l'essai écriture des lettres.

questions
sur quel document, reconnait-il rapidement, la voiture (écriture) ?
Vérifier quel modèle a t-il choisi pour écrire;
Liaison ou non des lettres ?
Consonnes ? facilités....difficultés
s'il est capable de le réaliser à l'envers ?
comment procède t-il ?
a t-il été aidé pour compléter les cases ?
facilités ? difficultés rencontrées ?
a t-il compris que son test avait été inversé ?
lequel préfère t-il reproduire ?
























living
Invité


Revenir en haut Aller en bas

methode pour aider la représentation de l'acte

Message par CARTrie le Mar 14 Mai - 22:26

bonsoir,
ma méthode pour aider mon enfant autiste, à se représenter les actes est simple, j'utilise une caméra et je filme des lieux, des actes et mon enfant les visualisent.

Il visionne les prises sur son ordinateur, il lui arrive régulièrement ou en permanence d'inverser les images et de modifier les paramètres d'affichage de l'écran de son ordinateur.

CARTrie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

autiste mais a t-il un problème d'astigmatie de photophobie sensibilité lumiere, fond blanc

Message par astig le Mer 15 Mai - 6:51

bonjour,
je lisais la réponse précédente et je me disais que la personne autiste peut également être atteinte d'astigmatie ou de photosensibilité - lumière, blanc.
je ne suis pas une pro de l'informatique et on doit pouvoir reproduire ces tests avec des calques transparents. - miroir- inversion possible.

astig
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La méthode d'apprentissage - travaux d'une maman très investie auprès de son jeune adolescent.

Message par passion1 le Mer 15 Mai - 8:11

Bonjour,

Avec l'accord de l’intéressée et faisant suite à la rencontre d'Anne et Estelle de ces derniers jours.

Il nous a paru très enrichissant de vous donner la possibilité de partager les notes et les travaux d'Anne S. (71).

Son travail auprès de son enfant nous semble élogieux et très intéressant.

Puis-t-il servir à d'autres parents.

Notes à demander par messagerie électronique : contact@lesteds.fr

passion1
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: AUTISME - T.E.D.'S - FORUM - échanges - forum - Informations - Formations

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum